Contemporain

Rosa Candida, Audur Ava Olafsdottir

Titre : Rosa Candida
Auteur : Audur Ava Olafsdottir
Edition : Points
Pages : 336
Prix : 7,60€
4e de couverture : « Dans le monde d’Arnljotur, vingt-deux ans, il est question de boutures, de graminées et surtout de sa fierté, les roses à huit pétales, les Rosa Candida. Sa passion dans la vie : le jardin et les fleurs. Une nuit, dans une serre, Arnljotur et Anna s’aiment. Ils se connaissent à peine, pourtant leurs existences en seront chamboulées à jamais car, en Islande, les filles naissent bien dans les roses… »
Mon avis : 

Tout d’abord, la 4e de couverture ne dit absolument rien du livre et ça m’a juste perdu pendant quelques chapitres avant que j’aille trouver un autre synopsis pour ce livre. Car ce livre est avant tout l’histoire de l’acceptation du deuil de la mère d’Arnljotur.

J’ai eu du mal au début du livre, je trouvais l’écriture lourde, l’ambiance très sombre alors que je ne m’y attendais pas au vu du résumé. Puis, quand j’ai un peu su de quoi parlait le livre, l’écriture s’est allégée et dès lors que le héros part, la magie de l’histoire a opéré et j’avais du mal à lâcher le livre. On suit donc Arnljotur, un homme de 22 ans, avec un frère jumeau autiste et un père un peu trop soucieux. La mère est morte dans un accident de voiture avant le début du livre et c’est toute l’expérience de ce deuil que raconte ce livre. On découvre le personnage principal détaché de tout, perdu dans ses envies, dans sa vie. Il ne voit presque jamais la mère de son enfant et semble en dépression. La pensée de la mort est constante jusqu’à ce qu’il parte sur le continent pour restaurer la roseraie d’un monastère. Sur le chemin, il fait des rencontres, mais surtout, il revoit la mère de sa fille et sa petite fille. Je n’en dirais pas plus pour ne pas spoiler mais ce n’est certainement pas un livre d’action.

Ce livre m’a touchée sans que je ne m’en rende immédiatement compte, il m’a absorbée petit à petit dans son jardin. Dès que je le refermais, j’avais des images de fleurs et de soleil plein la tête et ça fait du bien. Certes, il est triste par moment, car le deuil ce n’est pas joyeux. Mais le fait que le personnage principal le surmonte à travers des choses simples de la vie est extrêmement touchant.
J’ai beaucoup aimé le fait qu’il ne soit pas fait mention du pays ou de la langue qui y est employée. On ne sait pas vraiment où on est et cela ajoute au charme de l’histoire.

C’est un roman que je recommande à ceux qui aiment les histoires simples et touchantes, mais en précisant de ne pas se fier au résumé très trompeur je trouve. C’est un très bon 16/20.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s