Conte·Déception·Historique·Romance

Au douzième coup de minuit, Eloisa James

Titre : Au douzième coup de minuit
Auteur : Eloisa James
Edition : J’ai Lu
Pages : 344
Prix : 6,60€
4e de couverture : « Réduite au rang de servante depuis la mort de son père, Kate vit sous le joug de sa belle-mère Mariana. L’odieuse femme va bientôt marier sa fille, Victoria, à un éminent parti; mais avant tout, la future épouse doit être présentée au prince Gabriel. Par un coup du sort, Victoria ne peut pas se rendre au château. C’est donc Kate qui est envoyée à sa place, déguisée en fiancée. Kate va rencontrer Gabriel, un prince aussi charmant qu’arrogant. Un prince pour qui son coeur vacille, mais que le destin s’acharne à lui dérober. Et si un baiser avait le pouvoir de tout changer ? Et si les contes de fées existaient ? »
Mon avis : 

D’un pierre deux coups j’ai lu ce roman pour le Book Club de Février sur Livraddict, et pour le French Read-a-thon. J’en attendais beaucoup, moi qui adore les réécritures de contes, et j’ai été déçue. 
Kate, jeune orpheline vit sous le joug de sa belle-mère et de sa méchante demie-soeur pas si méchante que ça. Elle gère le domaine et renonce à s’enfuir car sa belle-mère menace de renvoyer les amis que Kate s’est fait parmi les employés. Jusque là tout va bien. Mais on apprend vite que Victoria est bel et bien la demi-soeur de sang de Kate et que cette dernière doit se faire passer pour elle auprès d’un prince, pourquoi ? Parce que Victoria a voulu donner la becquée à ses chiens car c’est à la mode et s’est donc fait mordre la lèvre. Déjà je commence à trouver ça bizarre. De plus, le tout se passe en Angleterre, pendant la montée Napoléonienne et ce contexte, pourtant très riche, n’est pas du tout exploité ! Je n’en dirais pas plus sur la suite pour ne pas spoiler, mais avis au moins de 18 ans, il y a du sexe dans ce livre, mais à mon sens, il y en a juste pour en mettre, ça ne sert pas l’histoire.
Ensuite, ce livre se veut une réécriture de Cendrillon, mais à part le contexte familial et la pantoufle de verre (qui d’ailleurs ne sert strictement à rien dans ce roman, si ce n’est à faire un rappel du conte original), il n’y a rien. On retrouve bien la gentille marraine qui surgit de nulle-part mais ce n’est pas non plus énorme. 
Que dire des personnages ? J’ai trouvé les personnages secondaires vraiment peu développés. Victoria aurait pu l’être un peu plus, surtout quand le secret de sa naissance est dévoilée. C’est d’autant plus dommage que j’aimais vraiment ce personnage. De même la belle-mère, il n’est fait aucune mention d’une quelconque raison de son mépris pour Kate. A croire que les personnages secondaires ne sont bons qu’à faire tapisserie. 
De plus j’ai détesté Gabriel, son seul point positif selon moi c’est sa passion pour les antiquités. Je l’ai trouvé imbu de lui-même, extrêmement pervers dans sa façon d’être avec les femmes. Mais bon, à défaut d’aimer le prince, j’ai au moins aimé la princesse. Kate est une fille qui en a et qui ne le cache pas. Son seul défaut a été de céder un peu tôt à mon goût sachant qu’elle connait le prince depuis même pas une semaine. En parlant de cela, j’ai trouvé leur relation vraiment trop rapide et je n’y ai pas cru, si ce n’est à la toute fin quand Kate croit l’avoir perdu. 
Le style de l’auteur quant à lui n’est pas exceptionnel bien qu’il soit agréable. En somme ce livre ne me laissera pas un grand souvenir, il se lit rapidement et bien mais pour moi il y avait plus de potentiel que ce qui a été exploité et c’est dommage. Je lui mets un 12/20. 
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s