Sans catégorie

Le vieil homme et la mer, Ernest Hemingway

Titre : Le vieil homme et la mer
Auteur : Ernest Hemingway
Edition : Folio
Pages : 148
Prix : 5,80€
4e de couverture : « Tu veux ma mort, poisson, pensa le vieux. C’est ton droit. Camarade, je n’ai jamais rien vu de plus grand, ne de plus noble, ni de plus calme, ni de plus beau que toi. Allez-vas-y, tue-moi. Ça m’est égal lequel de nous deux qui tue l’autre. Qu’est-ce que je raconte ? pensa-t-il. Voilà que je déraille. Faut garder la tête froide. Garde la tête froide et endure ton mal comme un homme. Ou comme un poisson. »
Mon avis : 

Dans le cadre du challenge « Cinq écrivains anglophones et l’aventure », j’ai lu ce livre si connu. Ca se passe au XXe siècle au large de Cuba. Santiago, un vieux pécheur, n’a jamais de chance à la pêche, alors les parents de son jeune ami Manolin empêchent ce dernier de continuer à travailler avec lui. Au matin du 85e jour sans prise, Santiago part seul en mer, loin de la côte. Quand ça mord, il comprend que c’est un marlin de taille très importante qui est au bout et il se jure de l’attraper. Commence alors une lutte qui va durer près de trois jours. 
Ce livre très court ne comporte pas une intrigue de dingue ou une action énorme. C’est surtout un livre sur la psychologie de l’homme face à la nature. Un combat jusqu’à la mort de l’un ou l’autre des combattants. J’ai beaucoup aimé les personnages du « gamin » et du « vieil homme ». Leur relation est belle, comme un grand-père et son petit-fils. Il n’y a pas de pitié, juste de l’affection entre eux. Manolin est toujours là pour Santiago, pour l’aider. Et il se fiche de ne pas faire de prise à la pêche pendant plusieurs jours tant qu’il va en mer avec Manolin. Quant au personnage de Santiago, en particulier, j’ai aimé sa psychologie quand il est en mer. Il est calme et respecte la nature pour sa force. 
Le seul problème que j’ai eu avec ce livre, ce sont certains dialogues très « oralisés ». Je galérais un peu à les lire, ça me faisait mal au yeux. Mais je comprends pourquoi Hemingway les a mis, c’est le langage des marins, cela donne plus de vérité au texte. 
Je n’ai pas grand chose à dire de plus sur un texte aussi court, si ce n’est que c’était très beau à lire, et d’une grande force émotionnelle malgré sa taille. C’est un beau 16/20. 
Publicités

3 réflexions au sujet de « Le vieil homme et la mer, Ernest Hemingway »

  1. C'est le dernier roman qu'il me reste à lire pour mon challenge (j'ai honte d'être aussi en retard), et tu m'as encore plus motivée à le lire !
    C'est vrai que le discours oralisé est très présent chez des auteurs du 19°, 20° siècle. Dans certaines nouvelles en VO de Jack London, il reprend l'argo des chercheurs d'or, c'est assez particulier !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s