Coup de coeur·Steampunk

20 000 lieues sous les mers, Jules Verne

Titre : Vingt-mille lieues sous les mers
Auteur : Jules Verne
Edition : Le Livre de Poche
Pages : 595
Prix : 6,60€
4e de couverture : « Une chose énorme » ayant été signalée par plusieurs navires à travers le monde, une expédition est organisée sur l’Abraham Lincoln, une frégate américaine, pour purger les mers de ce monstre inquiétant. A bord se trouvent le Français Pierre Aronnax, professeur au Muséum de Paris, et Conseil, son fidèle domestique. Alors qu’ils s’approchent du fabuleux animal, Aronnax, Conseil et Ned Lanc, un harponneur canadien, sont précipités dans la mer par deux gigantesques trombes d’eau avant de se retrouver sur le dos du monstre…qui se révèle être un étonnant sous-marin, le Nautilus, conçu et commandé par le capitaine Nemo, qui paraît farouchement hostile à toute l’humanité. La plus extraordinaire aventure commence dès lors pour les trois hommes, condamnés à ne plus jamais revoir leur patrie, leurs parents, leurs amis… »
Mon avis :

A partir du thème « steampunk », ce livre a été choisi pour être celui du Book Club d’avril sur Livraddict. J’étais très contente car c’est un classique qui me tentait depuis longtemps !
J’ai adoré ce livre, c’est un coup de coeur ! Au début je le trouvais bien mais sans plus, l’histoire n’est pas palpitante, on suit Pierre Aronnax, Ned Land, Conseil, le capitaine Nemo et son équipage dans un tour du monde sous-marin. Ils vivent bien quelques aventures, mais il n’y a pas de dangers sévères pendant une grande grande grande partie du roman. Mais pourtant, la plume de Jules Verne, sa façon de décrire l’environnement sous-marin, m’a fait grandement m’intéresser aux personnages et à ce qu’ils vivaient. J’étais aussi émerveillée qu’eux devant les beautés sous-marines qu’ils découvraient ! 
Les personnages d’Aronnax et Ned Land ne m’ont pas particulièrement plus, ils ont chacun un avis très tranché sur ce voyage : Aronnax veut rester, Ned partir. Je trouve Aronnax un peu ennuyant et sans vraiment d’opinions. Il n’a pas une personnalité très forte. Et paradoxalement, je n’ai pas non plus vraiment aimé Ned pour sa personnalité très forte et ses envies de quitter le Nautilus, alors même que je reproche à Aronnax son manque de personnalité et son envie de rester sur le sous-marin. 
Par contre j’ai adoré le personnage de Conseil ! Je l’ai trouvé drôle, toujours à classer les poissons mais sans pouvoir les reconnaître (oui oui c’est spécial), et son dévouement aveugle mais réaliste envers Aronnax. Il était ce petit personnage que l’on  n’attend pas mais qui fait rire par sa simplicité. Un vrai plaisir de le suivre. 
De même, j’ai également beaucoup aimé le capitaine Nemo. C’est un personnage très mystérieux, au début du livre on ne sait pas grand chose de lui. On ne sait pas d’où il vient, qui est son équipage, pourquoi il hait l’humanité,… 
SPOILER (à ne pas lire si vous n’avez pas lu le livre)






Et à la fin, on n’en sait pas plus ! Cette fin m’a frustrée au possible mais en même temps je l’ai trouvée parfaite ! On ne sait pas si Nemo survit, ou pourquoi il est comme ça depuis le début de roman. On a quelques indices mais pas de vraie réponse et au vu du personnage, je trouve cette fin parfaitement en accord avec lui. Mystérieuse mais puissante. 
FIN DU SPOILER (vous pouvez continuer la lecture de l’article !)


Pour finir, la plume de Jules Verne m’a happée dès les premières lignes, elle était addictive, et je n’ai pas senti passer les presque 600 pages ! Son talent pour la description est incroyable. Le seul reproche que je peux faire concerne les quelques énumérations de poissons et de leurs espèces qui ponctuent parfois le récit mais qui, pour qui n’est pas connaisseur, sont plus ennuyantes qu’intéressantes. En tout cas ce livre est un pur coup de coeur pour la fin (cf. spoiler). C’est la fin qui m’a achevée ! Un 18/20 pour ce superbe roman ! 
Publicités

3 réflexions au sujet de « 20 000 lieues sous les mers, Jules Verne »

  1. Eh, eh, cela me ramène quelques années en arrière. J'ai lu les classiques de Jules Vernes, et je suis d'accord son art de la description vous font voyager. J'aurai aimé être son contemporain pour apprécier davantage son côté visionnaire.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s