Déception·Dystopie

Red Queen, Victoria Aveyard

Titre : Red Queen
Auteur : Victoria Aveyard
Edition : Msk
Pages : 444
Prix : 18€
4e de couverture : « Dans le royaume de Norta, la couleur de votre sang décide du cours de votre existence. Sous l’égide de la famille royale, les Argents, doués de pouvoirs hors du commun, règnent sur les Rouges, simples mortels, qui servent d’esclaves ou de chair à canon.
Mare Barrow, une Rouge de dix-sept ans, tente de survivre dans une société qui la traite comme une moins que rien. Quand elle révèle sans le vouloir des pouvoirs extraordinaires et insoupçonnés, sa vie change du tout au tout. Enfermée dans le palais royal d’Archeon et promise à un prince argent, elle va devoir apprendre à déjouer les intrigues de la cour, à maîtriser un don qui la dépasse, et à reconnaître ses ennemis, pour faire valoir l’indépendance de son peuple. »
Mon avis : 

J’ai lu ce livre en lecture commune avec la team Book-a-holics Anonymes mais malheureusement…je n’ai pas accroché malgré les nombreuses éloges autour de ce livre (17,5/20 sur Livraddict). Je n’en ai lu que 150 pages, donc cette critique ne sera pas complète et je m’en excuse. 
Le roman commence en nous présentant Mare, une jeune femme Rouge, qui vole pour fournir à sa famille de quoi vivre, tandis que sa petite soeur (dont j’ai oublié le nom) travaille comme couturière pour les Argents. Quand elle apprend que son meilleur ami, suite à la mort de son maître d’apprentissage, va être envoyé au front, elle trouve un moyen de le faire échapper mais c’est très cher. Déterminée à trouver l’argent, elle va, accompagnée de sa soeur, chez les Argents dans l’espoir de voler des objets de grande valeur. C’est alors qu’un attentat a lieu, revendiqué par une Garde Ecarlate, mettant tous les Argents en colère contre les Rouges présents en ville. Comme elles doivent s’enfuir avant d’avoir pu voler quelque chose, la soeur de Mare tente le tout pour le tout mais se fait attraper et se voit donc briser les doigts, l’empêchant de continuer son métier de couturière, seule réelle source de revenus pour la famille. Alors que Mare s’apitoie sur son sort, elle rencontre Cal, un gentil Argent qui lui offre de l’argent pour la dépanner et lui trouve un travail de domestique au palais. Mais une fois là-bas, Mare révèle des pouvoirs normalement signe privilégié des Argents, devant toute la cour. Enlevée à sa famille, elle est promise au frère du prince héritier tout en découvrant que Cal est le prince héritier et promis à une pimbêche garce qui déteste Mare. 
C’est quelques pages plus loin que je me suis arrêtée. Pourquoi ? Parce que même si l’histoire n’est pas trop mal, je me suis ennuyée. J’ai eu l’impression que tout était beaucoup trop prévisible, l’histoire est celle basique des dystopies que l’on voit un peu partout et ça manquait d’action pour me tenir vraiment en haleine. Le monde a un vrai potentiel mais je ne le trouve pas assez exploité dès le premier tome, et la trame du prince qui se déguise en pauvre, rencontre l’héroïne qui ne sait pas qui il est mais commence à tomber amoureuse de lui avant de se retrouver promise à un autre est trop banale pour moi. 
Quant aux personnages…J’ai trouvé Mare énervante, elle ne fait que se plaindre, elle se met et met sa famille dans le caca mais ensuite nous montre bien qu’elle se sacrifie pour le bien de sa famille. oui, quel sentiment noble…enfin il le serait s’il n’était pas aussi flagrant et qu’elle n’était pas aussi énervante ! 
J’ai beaucoup plus aimé sa soeur, digne et qui souffre en silence sans reprocher des choses aux autres, elle assume ses erreurs et le fait avec classe. De même Cal, m’a plu dans le rôle du prince charmant mais il est trop stéréotypé, c’est le prince par excellence, qui se marie avec une peste (qui est la peste par excellence). 
Parlons maintenant du style de l’auteur, certes il est fluide et les pages se lisent vite, mais il n’a pas réussi à me convaincre et c’est dommage car je ne suis, habituellement, pas difficile niveau livres, on peut compter mes déceptions sur les doigts d’une main depuis début 2015. C’est dommage. Le premier quart du livre m’a franchement ennuyée, la personnage principale m’a énervée et à part sa soeur, je trouve la plupart des autres personnages très stéréotypés. Je n’ai pas été assez intriguée pour pousser plus loin ma lecture, c’est donc un 9/20 pour moi. 
Publicités

6 réflexions au sujet de « Red Queen, Victoria Aveyard »

  1. Je ne peux pas te donner totalement tort dans le sens où au début, Mare ne fait rien de sa vie, par fatalisme. Mais je ne l'ai pas trouvée calculatrice du tout par rapport à sa famille, j'ai senti beaucoup d'amour et de culpabilité d'avoir longtemps eu l'impression d'être « inutile ».

    J'aime

  2. Je n'ai pas dit calculatrice, c'est juste que je trouve qu'elle se plaint beaucoup par rapport à sa soeur qui subit en silence. Certes elle aime sa famille et tout, mais en meme temps le fait qu'elle leur reproches leurs valeurs (ne pas utiliser des choses volées) m'a énervé… ^^

    J'aime

  3. Tous les livres ne peuvent pas faire l'unanimité !
    Honnêtement, j'hésite car j'ai tellement de livres à lire en ce moment… Si jamais l'occasion se présente pourquoi pas.
    Et j'ai pour principe de toujours aller jusqu'au bout des livres commencés ^^ Or de question d'abandonner en cours de route !

    J'aime

  4. C'est vrai que si tu as déjà beaucoup de livres à lire, il n'est pas forcément prioritaire selon moi ^^ D'habitude je n'abandonne jamais un livre, mais là vu que c'était numérique j'ai eu moins de scrupules 😛

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s