Classique

La gloire de mon père, Marcel Pagnol

Titre : La gloire de mon père
Auteur : Marcel Pagnol
Edition : Pastorelly
Pages : 300
Prix : introuvable…
4e de couverture : Marcel Pagnol raconte, en qualité de témoin, les personnages de son enfance et la vie dans la famille d’un instituteur d’Aubagne, qui va s’animer avec la location d’une bastide dans la garrigue de l’arrière-pays marseillais où ils vont passer les grandes vacances. Cette villa dont rêve Marcel depuis toujours se nommera la Bastide neuve, il y passera les plus beaux jours de sa vie.
On y voit comment le petit Marcel parvient à épanouir peu à peu sa personnalité, celle d’un fils aîné de Provence, passionné par la lecture et les aventures dans les collines, partagé entre son amour exclusif pour la belle couturière, éternelle jeune fille incarnée par Augustine, qui sera une mère tendre et discrète, et l’admiration pour son père, Joseph le maître d’école, anticlérical et anti-alcoolique, mais profondément humain. Il ne deviendra complètement son héros qu’en lui prouvant qu’il aime autant que lui ses chères collines, glorifié par un exploit de chasse. L’enfant se débat entre ses rêves et les découvertes parfois angoissantes de la réalité du monde où il vit : Les adultes peuvent aussi mentir…
Sentir qu’il est aimé et entouré, parvenir à être fier de ses parents et de lui-même est le défi même de cette belle et poignante histoire…. à la fois unique et universelle.
Mon avis : 

Après des années de recommandations, j’ai décidé d’organiser une lecture commune sur Livraddict pour lire la saga « Souvenirs d’enfance » de Marcel Pagnol cet été, à raison d’un tome par mois. Vous pouvez encore vous inscrire, et si vous ne respectez pas exactement les dates, aucun souci, le principal est de venir partager votre ressenti ! 
L’histoire est très simple, on suit l’auteur pendant un été dans une maison de vacances avec sa famille. Les premiers chapitres nous détaillent les membres de sa famille : grand-père, père, mère, frère et soeur, tantes et oncles. Puis Marcel Pagnol commence ensuite réellement un récit suivi de son été en Provence où il a appris que les adultes aussi pouvaient mentir mais où surtout, il a vu « la gloire » de son père. 
La simplicité de cette histoire en fait tout le charme. Voir cet enfant autant admirer son père, le voir se contenter de plaisirs simples et voir son innocence être mise en défaut par les adultes est vraiment touchant. Pour autant, ce livre ne restera pas un incontournable pour moi. Pourquoi ? Parce qu’il y a beaucoup trop d’animaux maltraités et de descriptions un peu longues. J’aime bien les descriptions quand elles sont équilibrées par de l’action, là, l’histoire étant assez simple, comme il y a peu d’action, je n’ai pas trouvé beaucoup de relief au roman. J’en garderai donc un bon souvenir mais pas impérissable non plus. 
Concernant les personnages, j’ai eu du mal à m’attacher à Marcel que je trouvais cruel avec les animaux et assez égoïste parfois (désolée monsieur Pagnol !), par contre j’ai beaucoup aimé l’image de ses parents. Augustine en mère aimante et attentionnée, et Joseph en père décidé à veiller sur l’instruction de ses enfants et à ne pas les laisser sous la tutelle de l’Eglise. On sent la profonde affection qui lie cette famille dans ce livre, l’admiration de l’enfant pour le père et l’envie d’impressionner. J’ai plus été touchée par le message du roman que par l’histoire en elle-même ou les personnages. 
L’écriture de Marcel Pagnol est assez agréable, j’ai rigolé à certains moments, mais à d’autre je me suis un peu ennuyée de voir tant de descriptions alors que le roman n’avait déjà pas beaucoup d’action. Un bon 15/20 et rendez-vous en juillet pour mon avis sur la suite : Le Château de ma mère.
Publicités

4 réflexions au sujet de « La gloire de mon père, Marcel Pagnol »

  1. Personnellement, je ne m'aventurerai jamais dans cette lecture. J'ai déjà vu les films qui m'ont bien ennuyée…Mais c'estsûr, ça enrichit toujours la culture 🙂

    J'aime

  2. J'avais du le lire quand j'étais à l'école primaire (ya plus simple comme roman à cet âge là…) et même si je suis à peu près certaine de ne pas avoir tout compris à l'époque, j'en garde un superbe souvenir! Je ne le relirai donc pas, j'ai trop peur de trouver ça un peu chiant maintenant…! 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s