Coup de coeur

Le monstre d’acier, Patrick Bousquet

Titre : Le monstre d’acier
Auteur : Patrick Bousquet
Edition : Serpenoise
Pages : 77
Prix : 7€
4e de couverture : « Depuis presque un siècle, le monstre avait réussi à se faire oublier. Mais il attendait son heure. 
Puisqu’il avait été crée, fabriqué, programmé par des hommes, pour détruire. Pour tuer. Pour mutiler. Broyer les os, déchirer les chairs d’autres hommes. Puisque son unique raison de vivre, c’était de donner la mort. »
Mon avis : 

Après avoir reçu ce petit livre dans ma Box de Pandore, il a traîné longtemps sur ma bibliothèque, mais entre deux pavés de 800 pages, une pause petits livres s’imposait, et je l’ai donc sorti ! 
On suit un narrateur qui est enterré du côté de Verdun. Au début on ne sait pas qui il est, il nous parle de sa naissance, de ses rêves, de sa vie jusqu’à ce moment. Puis on apprend que c’est un obus de la Première Guerre Mondiale. Alors qu’il désespère d’accomplir son devoir et qu’il commence à valoriser la vie, deux enfants viennent jouer près de lui, impatient de faire ce pour quoi il a été crée, le monstre veille…
J’ai énormément aimé ce petit livre. Il traite avec justesse des conséquences de la guerre, pas que de la Première Guerre Mondiale mais de toutes les guerres : les morts, les morts et blessés même après la fin de la guerre. L’auteur personnalise l’obus et en fait le miroir de tous les espoirs et de toutes les peurs des gens qui ont vécu la Première Guerre, et il l’utilise aussi pour faire passer un message : les armes ne regardent pas la personne qu’elles tuent, ami ou ennemi. 
Le seul personnage qui est dans cette histoire, c’est l’obus. Et on ne peut s’empêcher de prendre en affection et de comprendre cet obus, son envie de vivre ce pour quoi il est né, mais aussi son envie de ne pas le faire. Son impuissance face aux hommes qui l’ont crée et son dégoût d’eux. L’obus, toujours désigné comme un monstre, n’en est en fait pas vraiment un. 
La plume de Patrick Bousquet rend chaque parole vraiment puissante. Les phrases sont courtes, il y a beaucoup de retours à la ligne et du coup, on prend le temps de peser et de savourer chaque mot. Pour moi, ce petit livre jeunesse est une pépite, que beaucoup, enfants et adultes, devraient lire pour réfléchir sur la guerre et ses conséquences. Un 19/20 et un grand bravo à M. Bousquet. 
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s