Classique·Drame·Nouvelle·Romance

Lettre d’une inconnue, Stefan Zweig

Titre : Lettre d’une inconnue
Auteur : Stefan Zweig
Edition : Pocket
Pages : 65
Prix : 1,55€
4e de couverture : «  »A toi qui ne m’as jamais connue. » La lettre, anonyme, s’adresse bien à lui, à l’homme qu’il était et qu’il est demeuré, l’écrivain célèbre pour son talent, sa frivolité et ses conquêtes. Comment se souvenir de cette femme qui lui déclare sa passion de toute une vie, de cette adolescente de 13 ans qui l’épiait et l’adorait naguère en silence? Comment revoir le visage de cette inconnue qui se donnerait à lui, plus tard, et de leur brève idylle dans Vienne enneigée? »
Mon avis :

J’ai ENFIN lu un Stefan Zweig…et pourquoi ne l’ai-je pas fait avant ?!
Cette nouvelle raconte l’histoire d’un écrivain très connu mais dont on ne sait pas le nom. Un soir, fatigué par sa journée, il reçoit une lettre de 24 pages, d’une femme, qu’il n’a pas l’impression de connaître mais qui l’a aimé depuis des années. Cette femme n’a pas de nom, pas d’âge précis mais on sait qu’elle vient de perdre son enfant. Et cette perte entraîne sa propre mort, du fait du chagrin (du moins on le suppose), elle dit bien à l’écrivain que s’il reçoit cette lettre c’est qu’elle est morte, c’est comme une confession. Dans cette longue lettre, elle lui dévoile avec passion son amour pour lui depuis ses treize ans, quand il a emménagé face à chez elle, lui l’écrivain de vingt-cinq ans, leurs quelques rencontres furtives et passionnées dont malheureusement, il ne se souvenait jamais vraiment. Lettre d »amour et en même temps, même si elle dit le contraire, de reproche envers cet homme qui ne l’a jamais reconnue avec les années, envers cet homme qui l’a rendue à la fois heureuse et malheureuse. 
Cette histoire est touchante comme pas possible, j’ai ressenti tellement d’émotions contradictoires pendant ma lecture c’était très perturbant mais qu’est-ce que j’ai aimé ressentir toutes ces émotions.
Le personnage de la femme est si bien retranscrit… Ses émotions font si réelles, chapeau bas à Stefan Zweig pour avoir su retranscrire avec autant de justesse, la fascination d’une jeune fille pour un homme qui ne la regarde pas toujours. Un amour qui évolue au fil des ans mais ne faiblit pas. 
L’écrivain on lui en veut mais en même temps il est difficile de vraiment lui en vouloir car il n’est pas pleinement responsable de ce qui arrive à cette inconnue puisqu’il ne la connait en fait, qu’assez peu. 
Pour finir, la plume de Stefan Zweig est juste magnifique et d’une justesse sans égale, je lirais avec plaisir d’autres de ses livres et nouvelles, et en attendant, celle-ci a été un coup de coeur et donc un 20/20. 
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s