Contemporain·Fantastique·Jeunesse·Romance

Invisibilité, David Levithan & Andrea Cremer

invisibiliteTitreInvisibilité

AuteursDavid Levithan & Andrea Cremer

EditionMichel Lafon

Pages422

Prix15,95€

RésuméQui n’a jamais rêvé être invisible ? Surprendre ses amis, espionner ses ennemis, chaparder sans se faire prendre… Stephen le vit chaque jour depuis sa naissance, mais pour lui, le constat est différent : être invisible est une malédiction, une condamnation à n’exister pour personne, à ne pouvoir être aimé. Jusqu’au jour où Elizabeth emménage dans le même immeuble que lui. Elle seule peut le voir. Et le sauver. Car l’étrange malédiction qui dérobe Stephen aux yeux du monde est en train de le ronger, et il pourrait bien disparaître à jamais…

Mon avis : 

Ce livre a de nombreux avis mitigés et je les comprends, mais il n’est pas non plus si mauvais que ça.

L’histoire pourrait être une romance banale : Stephen est maudit et condamné à être invisible, seule une fille le voit, elle peut le sauver par le pouvoir de l’amour blablabla. Mais en fait ce livre tourne rapidement au fantastique. Les auteurs nous y intégrent des lanceurs de malédiction, des lanceurs de bénédictions, des personnes qui se contentent d’observer les sorts,… C’est peut-être cet aspect qui a le moins plu. En effet, à la lecture du résumé, on s’attend à une romance plus contemporaine qu’autre chose avec un tout petit élément fantastique, et au final on a plutôt un univers fantastique avec une petite romance au milieu. Il y a de quoi déstabiliser un lecteur !

Un autre souci concerne l’univers qui est développé trop rapidement à mon goût puisque toute l’action (entre la découverte du monde et la résolution finale) se déroule sur quelques jours. Hormis ce souci de développement, l’univers reste intéressant. Les malédictions lançées sont assez drôles puisqu’elles peuvent être banales et affecter la vie de tous les jours : l’impossibilité d’appeler un taxi en plein New York par exemple.

J’ai beaucoup aimé le personnage de Maxwell, bien qu’il soit très manichéen. Il est mené par sa haine, au point d’avoir voulu blesser sa propre famille jusqu’à la prochaine génération. C’est un vrai méchant et on le ressent ! Au contraire, j’ai eu plus de mal avec les deux personnages principaux : Elizabeth et Stephen, que je trouvais un peu énervants, bien que touchants dans leur histoire d’amour.

Pour le coup, on ne peut pas retirer à ce roman la capacité qu’il a à faire passer la réalité des sentiments. L’amour adolescent est décrit avec une grande justesse, qui fait forcément vibrer la corde sensible en nous. L’histoire d’Elizabeth et Stephen est adorable et profonde. Quant à la fin ouverte, ma foi pourquoi pas ? C’est un roman en demi-teinte mais qui a tout de même des qualités, un 14/20 donc.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s