Fantasy

La cité des méduses, Emmi Itaranta

TitreLa cité des méduses

AuteurEmmi Itaranta

EditionPresses de la Cité

Pages358

Prix20€

RésuméC’est sur cette île, dans la cité des Méduses, qu’Eliana, citoyenne modèle, a grandi. Tisseuse au palais des Toiles, elle s’acquitte chaque jour avec application de sa tâche, dissimulant au monde un lourd secret. Sa solitude prend fin lorsqu’une intruse est découverte dans le palais, la langue coupée. D’où vient-elle ? Que fait-elle ici ? Le seul indice tient en un prénom tatoué sur sa main : « Eliana « . Les deux jeunes femmes se retrouvent bientôt au coeur d’une machination orchestrée par le Conseil. Et si, pour survivre et sauver l’île des eaux qui commencent à envahir les rues, Eliana n’avait d’autre solution que de faire appel à ce don qu’elle avait jusqu’alors considéré comme une malédiction : rêver ?

Mon avis : 

J’ai pu lire ce livre mystérieux grâce à Netgalley et à la maison d’édition qui m’en ont envoyé l’ebook.

On y suit Eliana, une tisseuse (je n’ai pas vraiment compris en quoi ça consistait), qui vit au palais des Toiles mais a la particularité de rêver, ce qui en fait une jeune fille un peu à l’écart. Contrairement à ce que fait penser le titre, il n’est que peu question de méduses ici. L’univers est lent et long à se mettre en place. Je l’ai trouvé assez onirique, ce qui m’a bien plu. Au début on se sait pas trop si on évolue sous la mer (comme la couverture et le titre le font penser) ou à l’air libre. Le trou reste flou mais ça participe à l’ambiance un peu étouffante qui est créée. 

Car c’est un huit-clos qui se déroule ici. A partir de l’arrivée de Valéria, Eliana va petit à petit apprrendre à réellement connaitre son univers et ses secrets. Notamment ceux cachés au sein du palais. Il n’y a que peu d’action dans ce roman, tout est en réflexions et mystères.

La narration se fait principalement autour du personnage d’Eliana et c’est bien les personnages qui sont le point fort du roman. Car ce livre dresse une très belle galerie de portraits de femmes, parfait en cette Journée des Droits de la Femme. La plume de l’auteur est belle et dégage beaucoup de sensibilité. L’univers et les personnages sont esquissés à traits fins mais impactants et c’est un délice à lire.

Je ne peux que déplorer parfois le manque d’action mais c’est un style narratif qui peut plaire à certains. Un joli 15/20 pour moi.

Publicités

2 réflexions au sujet de « La cité des méduses, Emmi Itaranta »

  1. J’ai assez aimé le style très lent de l’auteure qui arrive à mettre une ambiance vraiment particulièrement ! Par contre il y a trop de choses que je n’ai pas tout à fait compris, c’est un peu frustrant…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s