Dystopie·Jeunesse·Science-Fiction

Aussi libres qu’un rêve, Manon Fargetton

TitreAussi libres qu’un rêve

AuteurManon Fargetton

EditionCastelmore

Pages312

Prix14,90€

RésuméEn cette fin de XXIe siècle, la loi des Dates de naissance régit l’accès aux métiers. Né en janvier, vous avez accès au métier de vos rêves : acteur, chanteur, tout est possible. Né en décembre, préparez-vous à racler le fond de l’océan et à plonger les mains dans des algues gluantes ! Silnöa et Silnëi sont soeurs jumelles, nées à quelques minutes d’intervalle la nuit du 31 décembre. La première à 23h58 et la seconde à 0h17 ! La tyrannie des Dates de naissance leur promet des destins radicalement différents, mais cela ne les empêchera pas d’unir leurs forces pour combattre l’injustice et l’ordre établi, aidées par Kléano, le chanteur rebelle d’un groupe de rock.

Mon avis : 

De même que les romans de Nathalie Le Gendre, ce roman était publié dans la collection Autres Mondes de chez Mango, que je vous avais dit affectionner particulièrement au collège.

Dans cette société qui est notre futur (je plussoie les références à la Bretagne), notre date de naissance détermine nos études ainsi que les métiers auxquels on pourra postuler une fois adulte. Pour Silnoa et Silnei c’est la déception, l’une est du début de l’année et destinée à être actrice alors qu’elle veut juste être en contact avec la nature, l’autre est née en décembre et destinée à réparer les filtres à eau des bateaux alors qu’elle ne rêve que de chanter et d’écrire. Ajoutez à ces héroïnes : Kléano, un jeune novembre qui a monté un groupe de rock et qui est poussé à la rebellion par son grand-père, et N. (j’ai un doute de prénom), fils du chef politique qui ne pense qu’à la révolte et correspond avec Silnoa en lui cachant sa vraie identité.

A chaque fois, je m’émerveille des mondes immersifs que recelle cette collection de romans. Pourquoi il n’y a qu’ici que je trouve des mondes aussi immersifs en aussi peu de pages et qui créent une intrigue complète et bien exploitée ? L’univers mis en place ici par Manon Fargetton tient la route, il est bien expliqué, on a même des révélations sur comment il a été mis en place. La fin n’est pas toute rose mais c’est aussi ce qui fait le charme du roman, tout le monde ne s’en sort pas, ça change et ça fait du bien.

Les personnages de Silnei et Silnoa sont très attachants. Chacune à leur manière, elles veulent vivre leurs rêves. Elles s’envient sans se le dire, mais démontrent tout de même d’un lien sororal très fort et qui me touche beaucoup. Quant à N. et Kléano, leur relation me laisse encore dubitative car je ne sais pas trop comment prendre leurs réactions face aux révélations, je les trouve un peu légères. Mais j’ai apprécié les interrogations personnelles de N. qui illustrent enfin que faire une révolution ne va pas de soi pour tout le monde, quoiqu’on en dise, et que des paroles aux actes il y a parfois un monde ! 

Relire ce livre a été le lire comme une première fois, j’ai compris des choses que je n’avais pas vu au collège (BZH power). La plume de Manon Fargetton est addictive puisque j’ai dévoré ce livre en une soirée, et je ne peux que le recommander en lui mettant 18/20.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s