Aventure·Comédie·Contemporain·Harcèlement·Jeunesse

Piglettes (Les petites reines), Clémentine Beauvais

TitrePiglettes (Les petites reines)

AuteurClémentine Beauvais

EditionPushkin Children’s Book (Sarbacane)

Pages200

Prix9,30€/15,50€

RésuméOn les a élues «Boudins de l’année» sur Facebook. Mais Mireille Laplanche et ses «boudinettes». Hakima et Astrid, n’ont pas l’intention de se lamenter sur leur sort ! Elles ont des mollets, des vélos, et elles comptent bien rallier Bourg-en-Bresse à Paris… … pour s’incruster à l’Elysée ! Place aux Petites Reines !!!

Mon avis : 

J’avais vu ce livre beaucoup tourner l’année dernière donc quand je l’ai vu en anglais sur Netgalley, je me suis dit pourquoi pas.

On y suit principalement Mireille, une jeune fille rendue cynique par le fait d’avoir gagné plusieurs années de suite le prix de « Boudin de l’année », le fait que son père soit le mari de la présidente de la République et ignore son existence, et un beau-père qu’elle refuse. Accompagnée des autres « boudins » elle se rend à l’Elysée en vélo et en vendant des saucisses pour financer le voyage…le tout en vue s’incruster à la garden-party de la présidente.

J’avoue, au début j’ai eu beaucoup de mal avec Mireille, je la trouvais insupportable à cause de son cynisme, limite méchante avec les gens. Ce n’est que vers la fin que j’ai commencé à l’apprécier et à réellement apprécier tout le roman. Je trouve que l’histoire prend un réel envol aux deux tiers du livre. Avant, je trouvais ça sympa et sans plus, ce n’est que vers la fin que je me suis dit « Ok, là c’est vraiment un bon bouquin, avec un vrai message ». Il faut dire que le voyage met longtemps à arriver et que je n’attendais finalement que ça.

Rassurez-vous tout de même, j’ai apprécié ma lecture, la plume de Clémentine Beauvais est fluide, on rigole quand même bien en lisant ce roman. Et puis les thèmes abordés sont très importants t bien amenés : le harcèlement, le deuil, l’absence paternelle, les familles recomposées, les héros de guerre, l’amitié, le culte de la beauté. J’ai particulièrement apprécié le traitement du rôle des médias : comment les médias arrivent à s’emparer d’un fait et à lui faire dire tout et n’importe quoi, même quand c’est faux.

Et les autres boudinettes alors ? Et bien je dois dire qu’elles m’ont plus touchées que Mireille. Peut-être car elles semblaient plus sensibles ? Toujours est-il que l’idée de mettre des personnages d’âges et de conditions différents a permis un plus large panel d’évolution : on suit Hakima et sa puberté, A. (je ne sais plus son nom) et son fangirling sur Indochine et Mireille et sa quête de reconnaissance. Trois visions, trois évolutions, trois âges. 

C’est donc un très bon roman jeunesse que nous livre Clémentine Beauvais, un roman qui fait réfléchir aborde des thèmes importants. Même si la première partie du livre m’a laissée un peu réticente, la seconde m’a transportée et c’est bien le plus important, un joli 15/20.

My review : 

I’ve seen this book a lot last year so when I saw it in English on Netgalley, I figured why not.

We mainly follow Mireille, a young girl who had became cynical by having won for many years the prize of « Piglette of the year », the fact that her father is the husband of the Presidente of the Republic and ignores her existence, and a father-in-law whom she refuses. Accompanied by the other « piglettes » she goes to the Elysée by bike and selling sausages to finance the trip … all in sight to be incrusted at the garden party of the president.

I admit, at first I had a lot of trouble with Mireille, I found her unbearable because of her cynicism, almost wicked with people. It was only towards the end that I began to appreciate her and really appreciate the whole novel. I find that the story takes a real flight to two thirds of the book. Before, I found it nice but nothing more, it was only towards the end that I said to myself « Ok, here it is really a good book, with a real message ». It must be said that the journey takes a long time to arrive and that I was only waiting for that.

Don’t be afraid, I appreciated my reading, the pen of Clémentine Beauvais is fluid, we laugh nevertheless well reading this novel. And then the themes are very important and well-attended: bullying, mourning, paternal absence, reconstituted families, war heroes, friendship, the cult of beauty. I particularly appreciated the treatment of the role of the media: how the media can get hold on a fact and make it say anything and everything, even when it is wrong.

And the other piglettes then? Well I must say that they touched me more than Mireille. Perhaps because they seemed more sensitive? The idea of ​​putting characters of different ages and conditions has allowed a broader range of evolution: we follow Hakima and his puberty, A. (I don’t remember her name) and her fangirling on Indochine and Mireille and her quest for recognition. Three visions, three evolutions, three ages. Clementine Beauvais, a novel that reflects on important themes, is a very good youth novel. Although the first part of the book left me a bit reluctant, the second one carried me and that is the most important, a nice 15/20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s