Coup de coeur·Dystopie·Romance·Science-Fiction

C’est le coeur qui lâche en dernier, Margaret Atwood

TitreC’est le coeur qui lâche en dernier

AuteurMargaret Atwood

EditionRobert Laffont

Pages450

Prix22€

RésuméStan et Charmaine ont été touchés de plein fouet par la crise économique qui consume les États-Unis. Tous deux survivent grâce aux maigres pourboires que gagne Charmaine dans un bar sordide et se voient contraints de loger dans leur voiture… Aussi, lorsqu’ils découvrent à la télévision une publicité pour une ville qui leur promet un toit au-dessus de leurs têtes, ils signent sans réfléchir : ils n’ont plus rien à perdre. À Consilience, chacun a un travail, avec la satisfaction d’oeuvrer pour la communauté, et une maison. Un mois sur deux. Le reste du temps, les habitants le passent en prison… où ils sont également logés et nourris ! Le bonheur. Mais le système veut que pendant leur absence, un autre couple s’installe chez eux avant d’être incarcéré à son tour. Et Stan tombe bientôt sur un mot qui va le rendre fou de désir pour celle qui se glisse entre ses draps quand lui n’y est pas :  » Je suis affamée de toi. « 

Mon avis : 

Après avoir entendu toutes les éloges au sujet de « La servante écarlate » de la même auteur, j’ai été ravie de pouvoir recevoir l’ebook de ce roman grâce à Netgalley et à l’éditeur, d’autant plus que je l’ai adoré !

Si vous avez lu et aimé « Farenheit 451 » de Ray Bradbury ou « 1984 » de George Orwell vous aimerez ce livre, car c’est une bonne dystopie à l’ancienne. Qu’est-ce que j’appelle une dystopie à l’ancienne ? Une dystopie avec des héros adultes, monsieur et madame tout-le-monde, pas forcément beau, pas forcément « choisis »; une dystopie avec un univers très proche du notre, une dérive dans laquelle notre société actuelle pourrait facilement tomber et qui rend l’histoire encore plus oppressante, intéressante, flippante. Loin de toutes les dystopies young-adult qui fleurissent donc depuis quelques années, non pas que ces dernières soient mauvaises.

Ici on suit donc Stan et Charmaine, un couple obligé de vivre dans sa voiture après avoir tout perdu suite à une grosse crise financière qui a touché une grosse partie des Etats-Unis : incapables de bouger trop loin par manque de moyens, incapables de se relever car il n’y a plus de travail nul part. Plus tard on apprend qu’il y a 40% de chômage, un chiffre qui fait peur quand on voit ce que ça donne dans l’histoire, et le chiffre de chômage de notre société actuelle. Abattus, terrorisés, ils sont happés par le Projet Positron : on leur promet un toit et le plein emploi contre une condition, ils passent un mois à vivre normalement, un mois dans une prison à travailler pour la communauté mais avec du confort. Le plus choquant quand on lit ce roman, c’est que vu comme c’est exposé, ce système parait parfaitement logique et viable. Jusqu’à ce que se révèle la corruption et la soif infinie de pouvoir et d’argent de ceux à l’origine du projet.

Ce roman est un vrai coup de coeur. Les premières pages sont un peu dures à appréhender car la plume de Margaret Atwood est très descriptive et on ressent l’apathie des personnages dès le début. Mais une fois qu’on est dedans, impossible de le lâcher, je l’ai dévoré en une journée tant je voulais savoir ce qui allait arriver à Stan et Charmaine. Et entre les manipulations mentales, les tromperies, la séquestration, la fabrication de robot, l’espionnage, … je peux vous dire qu’il s’en passe des choses ! 

Au fond, en refermant le livre je ne sais pas trop si j’aime Charmaine et Stan, ils sont parfois lâches, trompeurs, menteurs, égoïstes, mais c’est finalement ce qui les rend si humains, ils ne sont pas parfaits. Même si leur relation est bancale, parfois malsaine, ce roman c’est aussi une jolie histoire d’amour, un amour qui progresse malgré les difficultés. Une réflexion sur les différentes formes d’amour également : le vrai amour, le désir, les relations homosexuelles, celles avec des objets, etc. 

Vous l’aurez compris, ce roman est complexe et passionnant, angoissant et magnifique. Je vous le conseille énormément et c’est un coup de coeur !

2 réflexions au sujet de « C’est le coeur qui lâche en dernier, Margaret Atwood »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s