Fantasy

Le prieuré de l’oranger, de Samantha Shannon

TitreLe prieuré de l’oranger

AuteurSamantha Shannon

EditionDe Saxus

Pages992

Prix24,90€

RésuméLa maison Berethnet règne sur l’Inys depuis près de mille ans. La reine Sabran IX qui rechigne à se marier doit absolument donner naissance à une héritière pour protéger son reinaume de la destruction, mais des assassins se rapprochent d’elle…
Ead Duryan est une marginale à la cour. Servante de la reine en apparence, elle appartient à une société secrète de mages. Sa mission est de protéger Sabran à tout prix, même si l’usage d’une magie interdite s’impose pour cela.
De l’autre côté de l’Abysse, Tané s’est entraînée toute sa vie pour devenir une dragonnière et chevaucher les plus impressionnantes créatures que le monde ait connues. Elle va cependant devoir faire un choix qui pourrait bouleverser son existence.
Pendant que l’Est et l’Ouest continuent de se diviser un peu plus chaque jour, les sombres forces du chaos s’éveillent d’un long sommeil… Bientôt, l’humanité devra s’unir si elle veut survivre à la plus grande des menaces.


Mon avis : 

J’ai acheté ce livre pour fêter ma réussite au concours de la fonction publique il y a 8 mois. Il est donc très spécial pour moi mais je dois avouer que j’ai été un peu déçue par rapport à ce qui m’avait été vanté. Ce roman a pleins de qualités mais il n’est pas la pépite ou le coup de coeur auquel je m’attendais.

L’histoire commence avec le réveil d’un ancien ennemi, le Sans-Nom, qui devrait être empêché si la reine Sabran met au monde une fille. Or, celle-ci n’a aucune intention de se marier et est plus préoccupée par la vie de sa cour. Pendant ce temps-là, Ead fait tout pour la protéger et obéit à une société secrète étrange… De l’autre côté de l’Océan, une jeune fille, Tané, rêve de devenir dragonnière et est prête à tout pour ça, même transgresser les lois… L’intrigue est très complexe et fournie, on sent un réel enjeu politique qu’on met du temps (un peu trop ?) à comprendre. Mais rien de très original pour de la fantasy : un grand méchant se réveille, il faut trouver ce qui permet de le détruire et le vaincre au cours d’une grande bataille finale. On sent très fortement l’influence de Tolkien ici avec les envoyés du méchant, le truc perdu qu’il faut retrouver pour vaincre le méchant, les tentatives d’alliance pour vaincre, …

Les personnages sont en revanche les points forts de l’histoire, je me suis attachée à chacun, homme ou femme, car ils sont loin des clichés habituels du genre. On a des femmes qui se battent et d’autres non, une femme qui règne et d’autres qui servent. Cependant leurs motivations étaient parfois floues, comme Tané. J’aurai aimé plus de développement dans les personnages, plus d’approfondissement dans leur psychologie,… J’ai également aimé que les amitiés hommes-femmes fortes et sans ambiguité soient possibles, car c’est encore trop rare en littérature. En revanche, même si Niclays est un personnage infect, c’est celui qui m’a le plus touché. Il se révèle plus qu’un vieil homme aigri, et il est difficile de ne pas être touchée par son histoire…

L’écriture belle et il est facile de rentrer dedans, mais il y a parfois des problèmes de rythme : on met les 2/3 du roman à comprendre l’intrigue, à avancer les pions doucement, pour que tout soit ensuite réglé en quelques pages. Ça m’a un peu fait pensé à la série TV Game of Thrones où les premières saisons sont très lentes et détaillées avant que le tout soit pressé et presque baclé (notamment la grande bataille finale). L’originalité tient à la complexité des intrigues politiques, à la mythologie mise en place dans cet univers, et à la place faite à la diversité au sein du roman. J’ai déjà parlé des intrigues politiques, mais la mythologie est également poussée, il est juste dommage qu’on ne la découvre réellement qu’à la fin et de manière assez rapide.

Ce roman m’a déçue car je pense que j’en attendais trop, mais on a ENFIN un roman de fantasy avec des personnes racisées, plusieurs types de sexualité et des femmes au pouvoir ! Enfin, j’avais un livre avec plusieurs héroïnes auxquelles m’identifier et pas juste une demoiselle en détresse ou une femme guerrière sexy… Il est donc bien évidemment à lire et à recommander autour de vous !

4 réflexions au sujet de « Le prieuré de l’oranger, de Samantha Shannon »

      1. Effectivement, ta chronique est sans appel x) C’est vrai que tous les avis autour du livres suggèrent qu’on va se prendre une immense claque et au final ça retombe un peu comme un soufflé. Après j’ai quand même passé un bon moment de lecture personnellement 🙂

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s