Conte·Fantastique·Jeunesse

The tales of Beedle the Bard, J.K. Rowling

TitreThe tales of Beedle the Bard

AuteurJ.K. Rowling

EditionCelle-ci n’est plus en vente

PagesUne centaine

PrixEnviron 7€

RésuméThe Tales of Beedle the Bard, a wizarding classic, first came to Muggle readers’ attention in the book known as Harry Potter and the Deathly Hallows. Now, thanks to Hermione Granger’s new translation from the ancient runes, we present this stunning edition with an introduction, notes, and illustrations by J.K. Rowling, and extensive commentary by Albus Dumbledore.
Never before have Muggles been privy to these richly imaginative tales: « The Wizard and the Hopping Pot, » « The Fountain of Fair Fortune, » « The Warlock’s Hairy Heart, » « Babbitty Rabbitty and Her Cackling Stump, » and of course « The Tale of the Three Brothers. » But not only are they the equal of fairy tales we know and love, reading them gives new insight into the wizarding world.

Mon avis : 

Assez différent des deux autres livres qui composent la Bibliothèque de Poudlard, ce petit livre est celui qui est le plus présenté dans la saga principale puisqu’il a un rôle important dans le dernier tome. Il est composé de cinq petits contes dont quatre inédits : « The wizard and the hopping pot », « The fountain of fair fortune », « The warlock’s hairy hair », « Babbitty Rabbitty and her cackling stump ».

On y retrouve les codes des contes que nous, pauvres moldus, connaissons : un ou une héroïne, de la magie (forcément chez des sorciers), environ trois péripéties ou épreuves et une petite morale à la fin. J’ai particulièrement aimé « The fountain of fair fortune » et « The wizard of hopping pot » qui étaient un peu drôles et bon enfant. Au contraire les deux autres sont beaucoup plus sombres et abordent la mort puisqu’on y parle meurtres.

Les commentaires d’Albus Dumbledore sont surement les éléments les plus importants de ce livre car ils s’interrogent sur le rôle de ces contes dans le monde magique : leur réception, les débats qui en ont découlé, le contexte d’écriture supposé,… A partir de là, il revient sur les débats au sujet du secret des sorciers par rapport aux moldus, etc.

C’est surement le livre le plus complémentaire à l’univers de la saga Harry Potter et c’est un joli 16/20.

Aventure·Conte·Coup de coeur·Dystopie·Fantastique·Réécriture·Science-Fiction

Les Chroniques Lunaires 4 : Winter, Marissa Meyer

TitreWinter

AuteurMarissa Meyer

EditionPKJ

Pages992

Prix22,90€

RésuméOn dit que Winter est encore plus belle que la reine Levana…
La princesse déteste sa belle-mère, qui désapprouve ses sentiments pour Jacin, le séduisant garde du palais. Mais Winter n’est pas aussi faible que Levana le croit. Avec l’aide de Cinder et de ses alliés, elle aurait même le pouvoir de lancer une révolution et de gagner cette guerre qui dure depuis trop longtemps.
Cinder, Scarlet, Cress et Winter réussiront-elles à battre Levana ? Le conte aura-t-il une fin heureuse ?

Mon avis : 

Un an après avoir fini le troisième tome, je me suis lancée dans la dernière aventure des Chroniques Lunaires…et ce fut épique !

On retrouve nos personnages quelques semaines après l’enlèvement du prince Kai par Cinder et son équipage. La tension est à son comble car Levana attaque la Terre, Scarlet est prisonnière sur la Lune et le mariage princier doit avoir lieu dans quelques jours. Sur 987 pages, je ne me suis pas ennuyée une seule fois, c’est une fin en apothéose que nous propose Marissa Meyer et ça fonctionne !

De la Lune à la Terre on navigue entre les intrigues à bord du Campanule. Des révélations sur Levana sont faites, la révolte commence à gronder, Kai prend de l’assurance ! Les masques tombent enfin, on voit que le grand thaumaturge a plus de pouvoir que prévu, que la reine est littéralement psychotique et que tout n’est pas rose sur la Lune. Car oui, dans ce tome, la majorité de l’action se passe sur la Lune et on en apprend enfin plus sur le fonctionnement de cette société basée sur la noblesse à Artemisia et les pauvres dans les zones périphériques. J’ai adoré en apprendre plus sur la Lune, car jusqu’à présent ma représentation personnelle était assez floue.

Pendant toute ma lecture j’ai ri des blagues de Thorne, souri face aux couples, frissonné dans les dangers que nos héros traversaient, frémi d’horreur face à Levana et espéré jusqu’au bout que tout le monde s’en sorte. Vivre autant d’émotions, c’est ce que je recherche dans un livre. Cette saga a tout pour entrer dans les mémoires, elle reprend juste ce qu’il faut des contes originaux de Cendrillon, Le Petit chaperon Rouge, Raiponce et Blanche-Neige, et réinvente le reste avec une petite pointe de Star Wars qui fait plaisir !

Marissa Meyer a su gagner mon coeur, je n’avais pas envie de quitter cet univers en fermant le livre et je compte bien replonger dans ces romans aussi vite que possible. Cette saga et ce tome sont des coups de coeur et un 20/20 !

BD·Conte·Fantastique·Graphic Novel·Religion

Habibi, Craig Thompson

TitreHabibi

AuteurCraig Thompson

EditionCasterman

Pages672

Prix29€

RésuméAncré dans un paysage épique de déserts, harems et bâtiments industriels, Habibi raconte l’histoire de Dodola et Zam, deux enfants liés par le hasard, puis par un amour grandissant. Réfugiés dans l’improbable épave d’un bateau échoué en plein désert, ils essaient de survivre dans un monde violent et corrompu. Seule la sagesse des récits narrés par la jeune femme, issus des Livres sacrés et des traditions orientales, pourra les protéger de l’avidité des hommes. A la fois contemporain et intemporel, Habibi est une histoire d’amour aux résonances multiples, une parabole sensible et lucide sur le monde moderne et la relation à l’autre.

 

Mon avis :

Cette bande-dessinée m’a été recommandée par mon amie Lily et je suis ravie de l’avoir trouvée à la Bibliothèque Universitaire.

A travers des dessins semblant être faits au pinceau à encre et un trait magnifique et précis, on suit une jeune fille qui a été tour à tour mariée de force alors qu’elle n’était qu’une enfant, puis esclave avant de s’échapper en emmenant avec elle un petit garçon noir. Ensemble ils se réfugient sur une carcasse de bateau dans le désert et y vivent grâce à une oasis sacrée et des échanges avec les marchands itinérants. Le récit alterne présent où la jeune fille est enceinte d’un sultan qui la retient dans son harem, et le passé où elle se rappelle sa vie avec le petit garçon. Le tout est ponctué des récits qu’elle lui raconte pour l’endormir et qui mêle le Coran et l’imagination.

Au début j’ai été un peu perdue par le récit qui mêle plusieurs époques ainsi que des récits à tiroirs, un peu comme les Mille et Une Nuits. Mais j’ai ensuite pris mes marques ainsi qu’un grand plaisir à suivre les aventures de nos héros. A travers leur histoire, l’auteur aborde de nombreux thèmes : l’esclavage, la mutilation, la transexualité, le commerce sexuel, l’amour, la famille, le sens du devoir, l’évolution des villes, les bidonvilles,…

C’est une bande-dessinée pour adultes, tant par les thèmes abordés que pour la trame narrative qui demande une réelle réflexion pour l’apprécier. Pour ma part j’ai adoré et elle me restera un bon moment en tête. La fin m’a laissée quelque peu perplexe mais en y réfléchissant, c’est une boucle qui est bouclée, et il n’y avait pas d’autre fin possible. Un texte très beau, très émouvant, que je recommande avec un beau 17/20.

 

BD·Conte·Coup de coeur·Fantastique·Polar·Réécriture

Fables 1-4 (comics), Bill Willingham & Lan Medina & Steve Leialoha

TitreFables

AuteursBill Willingham & Lan Medina & Steve Leialoha

EditionVertigo

Pages145 par tome

Prix15€/tome

Résumé du premier tomeLes héros de contes de fées existent et vivent parmi nous !
Chassés de leurs royaumes par l’Adversaire, les Fables trouvent refuge dans notre monde et établissent leur communauté au coeur même de New York. Mais loin du conte de fées, la soeur de Blanche-Neige, Rose Rouge, est trouvée assassinée, et c est à Bigby, shérif de Fableville et Grand Méchant Loup repenti, de résoudre l’affaire. Deux suspects se détachent : Barbe Bleue, ex-amant de la jeune victime et serial killer compulsif, et Jack, bon à rien débonnaire descendu de son haricot.

 

 

Mon avis : 

Revisiter les contes de notre enfance à la sauce adulte ? C’est le pari de cette bande-dessinée et il est parfaitement réussi !

Les personnages des contes de fées ont été exilés dans notre monde après l’invasion du leur par l’Adversaire, ils se sont réfugiés à Fableville et c’est Blanche-Neige l’adjointe du maire, tandis que le Grand Méchant Loup est le comissaire. On commence fort avec l’annonce du meurtre de Rose, la soeur de Blanche-Neige, qui a disparue mais dont l’appartement a été retrouvé dévasté et plein de sang ; et son petit ami Jack (de Jack et le haricot magique) est soupçonné. Joyeux n’est-ce pas ? Avec ce point de départ, les auteurs nous montrent déjà les bases des relations entre les différents personnages.

Au travers de cette enquête, on suit également les déboires des autres Fables : le prince Charmant est un dragueur invétéré, la Bête et la Belle sont régulièrement en instance de divorce, Barbe-Bleue est un milliardaire plutôt détesté par les gens. Bien loin des clichés véhiculés par Disney, nos personnages sont complexes et loin d’être niais ou innocents. 

Dans le second tome, l’univers est encore développé puisqu’on apprend que les Fables qui ne peuvent pas s’intégrer dans la ville humaine à cause de leur physique sont relégués à la Ferme, en pleine campagne américaine. Je n’en dis pas plus, mais je pense que le titre du volume, La ferme des animaux, est assez révélateur de l’histoire.

Car avec ces premiers tomes, on voit bien que tout n’est pas rose, les vieilles rancoeurs sont encore présentes, et surtout l’Adversaire n’a jamais été vaincu ! Le tout est porté par un dessin qui fait très « ancien » comic (même si je ne m’y connais pas beaucoup dans le domaine) et j’aime beaucoup. Définitivement c’est une saga à découvrir, je n’ai lu que les 4 premiers tomes mais elle en compte déjà plus d’une dizaine ! Un beau 17/20 pour cette saga de comics !

Conte·Jeunesse·Réécriture

Miroir Miroir, Serena Valentino

Miroir Miroir, Serena ValentinoTitre : Miroir, miroir
Auteur : Serena Valentino
Edition : Hachette
Pages : 240
Prix : 13,90€
Résumé Il était une fois une jeune femme qui ignorait qu’elle était belle. Si belle qu’un roi en tomba éperdument amoureux. Il l’épousa et l’emmena vivre da Le roi avait une fille, Blanche Neige. Une vie de rêve commença pour faite de rires, de bals et de banquets. Tout était parfait. Jusqu’au jour où la guerre arriva, et qu’une ombre apparut dans le miroir de la reine. Une ombre qui allait déchaîner sa cruauté…
Mon avis : 
 
Tout d’abord, je tiens à signaler la beauté de l’objet livre, car de l’autre côté de cette couverture, c’est la tête de sorcière de la Méchante Reine qui se trouve dessiné, et si on met le livre à plat, c’est à un vrai effet de miroir que l’on assiste.

Ensuite, j’ai récemment été plutôt mitigée sur les réécritures initiées par Disney, que je trouvais limite ridicules (il suffit de voir mon avis sur Il était un rêve), mais je dois dire que cette fois-ci j’ai été particulièrement séduite ! D’ailleurs, j’ai hâte qu’Hachette publie les autres volumes sur la Bête (La Belle et la Bête) et sur Ursula (La petite Sirène). 

Ici, c’est l’histoire de la Méchante Reine que l’on découvre : son évolution de jeune mariée et belle-mère à marâtre et sorcière. C’était à la base une femme qui adorait Blanche-Neige, qui a vécu une enfance difficile et s’était jurée de ne jamais reproduire le même schéma parental qu’elle avait vécu. Mais lorsqu’à son mariage, il lui est offert un miroir qui renferme l’âme maléfique de son père, tout commence à s’étioler. D’autant plus quand le deuil s’empare d’elle.

L’auteur a très bien développé le personnage en insistant sur son évolution interne, sur l’impact du miroir sur son esprit. A travers ce personnage, Serena Valentino a traité de la vanité, de la difficulté de surmonter un deuil, de la manipulation, de la peur, de la confiance en soi et de l’amour filial. Le tout de manière magistrale et tout en gardant la structure d’un conte. C’est une lente descente aux enfers qui nous est racontée, et qui remet également en question la fin du dessin animé que l’on connait tous. De plus, j’ai adoré cette fin ouverte et mystérieuse, qui suppose qu’une fois le livre refermé, les personnages principaux pourront tout aussi bien basculer vers le mal que continuer sur le chemin du bien…Après tout, si la reine l’a fait, qui est à l’abri ?

Une super réécriture donc, qui mérite un joli 18/20 !


EOLEHey ! Moi c’est Eole ! Ici je partage un peu toutes mes passions : la lecture, la musique, un peu d’expériences personnelles et quelques astuces ! Pour ce qui est de la littérature, je chronique aussi pour le site Songe d’une nuit d’été !
Conte·Jeunesse

La soupe aux cailloux de Fou, Lou et Shou, Jon Muth

Titre : La soupe aux cailloux de Fou, Lou et Shou
Auteur : Jon Muth
Edition : Editions Fei
Pages : 23
Prix : 14,90€
4e de couverture : Les trois moines tombèrent d’accord : ces gens ignorent ce qu’est le bonheur. « Mais aujourd’hui, déclara Shou, le visage radieux comme la lune, nous allons leur apprendre à cuisiner la soupe aux cailloux ». Nous connaissons tous l’histoire de la soupe aux cailloux… mais celle de Fou, Lou et Shou est particulièrement touchante et poétique. Ce succulent stratagème nous apprend les fondements de la solidarité et du partage.
Mon avis : 

Ce livre étant un service presse reçu dans le cadre de mon poste de chroniqueuse chez Songe d’une nuit d’été, vous pouvez retrouver ma chronique sur le site, ici !

Conte·Déception

Il était un rêve, Liz Braswell

Titre : Il était un rêve
Auteur : Liz Braswell
Edition : Hachette
Pages : 272
Prix : 15,90€
4e de couverture : « Aurore a été adoptée par Maléfique après que ses parents se sont débarrassés d’elle quand elle était petite. Aurore vit à l’intérieur du château de Maléfique, couvert de ronces, avec des serviteurs zélés qui la surveillent. Mais un jour, un troubadour lui glisse une plume d’oiseau bleu : il existe donc des êtres vivants, dehors ! Aurore se met à douter de l’honnêteté de Maléfique à son égard. Elle s’enfuit du château et découvre qu’à l’extérieur, le monde est beau et bien vivant. Elle retrouve le prince Philippe qui lui raconte leur histoire. Les souvenirs d’Aurore reviennent petit à petit. Elle comprend que Maléfique la maintient prisonnière en la gardant endormie et en contrôlant ses rêves. Une nouvelle quête commence pour Philippe et Aurore qui doivent à nouveau terrasser Maléfique pour se libérer et réveiller leurs sujets avant que la méchante sorcière ne les extermine tous durant leur sommeil. »
Mon avis : 

Ce roman étant un service de presse reçu dans le cadre de mon poste de chroniqueuse chez Songe d’une nuit d’été, vous pouvez retrouver ma chronique sur le site, ici !