Contemporain·Fantastique·Jeunesse·Romance·Young Adult

La danse des ombres/La danse des flammes, Yelena Black

Titre : La danse des ombres/La danse des flammes

Auteur : Yelena Black

Edition : Pocket Jeunesse

Pages : 336/352

Prix : 17,90€/tome

Résumé : Vanessa vient d’être admise à la prestigieuse académie du New York Ballet… après sa soeur, brillante élève, disparue il y a trois ans. Un drame qui hante chaque instant, chaque pensée, chaque geste de Vanessa. Entre deux répétitions acharnées de l’ Oiseau de Feu, la jeune ballerine n’a plus qu’une idée en tête : se lancer sur les traces de Margaret. Au risque de se perdre elle-même en chemin…

 

Mon avis :

Pendant les vacances, j’ai été prise d’une subite envie de sortir cette duologie de ma PAL où elle trainait depuis un peu plus d’un an.

On y suit Vanessa, dévastée par la disparition de sa soeur quelques années plus tôt au Royal Ballet de New York. Persuadée que Margaret est vivante, Vanessa se lance à corps perdu dans la danse et est acceptée à l’école où elle devient vite la vedette de par sa façon sauvage et puissante de danser. Sélectionnée par le chorégraphe Josef, elle se voit confier le rôle titre dans le ballet L’Oiseau de Feu et doit danser une partie mystérieuse intitulée La Danse du Feu, avec son partenaire Zep.

L’univers de la danse est très présent dans ce livre, si on est pas intéressé ou curieux de ce domaine, on peut toruver certaines longueurs aux romans. Personnellement j’ai adoré ces parties car ça m’a permis de découvrir un univers que je ne connaissais pas vraiment. A travers les perceptions de Vanessa, on ressent l’amour de la danse que peuvent avoir les danseurs, on sent la portée de cet art, l’amour de l’effort et de la musique classique.

Si au début du premier tome et pendant une grande partie, on est dans le classique du young adult avec la vie d’une ado à l’école, les copines et les petits-amis; à la fin et durant tout le second tome, on bascule dans du fantastique totale avec l’intrigue des nécrodanseurs. C’est ce côté presque trop fantastique au point que j’avais vraiment du mal à le croire, qui a fait que je suis ressortie de ma lecture mitigée. Ca partait tellement loin pour moi que j’ai fini par lire sans y croire. Et pourtant, même si le fantastique était le thème principal je l’ai trouvé sous-exploité dans certains sujets, comme la collophane, l’histoire des nécrodanseurs,… Et la fin n’a pas arrangé les choses car je l’ai trouvé trop heureuse. Dans le sens où pour peu qu’on envisageait une fin heureuse, c’était évident qu’il s’agirait de celle-ci, de ce fait il était difficile de se faire vraiment du souci pour les personnages.

Les personnages, hormis Vanessa et Margaret, ne sont que peu approfondis. Particulièrement celui de Zep qui pourrait pourtant être très intéressant car il a une dualité en lui qui s’exprime dans les deux tomes. J’ai également regretté l’absence d’un rôle un peu plus fort des amies de Vanessa dans le second tome alors qu’elles aidaient à me faire aimer l’histoire. Car oui, j’ai eu beaucoup de mal avec les deux personnages principaux : Vanessa et Justin. J’ai trouvé Vanessa beaucoup trop centrée sur elle-même, ses déboires amoureux et le triangle qu’elle forme avec Justin et Zep. Quant à Justin je n’ai pas réussi à m’y attacher car on ne sait pas grand chose de lui : il passe d’un danseur bof à un danseur superbe d’un tome à l’autre sans explication, a des liens avec les Fratelli qui ne sont que peu développés et expliqués, et ses sentiments pour Vanessa me laissent perplexes car je ne suis attachée à aucun des deux.

J’ai pourtant bien aimé cette duologie, l’écriture était fluide et le domaine de la danse m’a vraiment intéressée. Je regrette simplement le traitement de l’univers et des personnages qui n’est pas assez poussé pour moi.

Bien-être·Contemporain·Drame·Homosexualité·Vie quotidienne·Young Adult

Girlhood, Cat Clarke

Titre : Girlhood

Auteur : Cat Clarke

Edition : Collection R

Pages : 360

Prix : 17,90€

Résumé : J’ai sombré quand ma soeur jumelle est morte, et mes amies m’ont reconstruite, morceau par morceau.
Depuis, je pensais que jamais rien ne pourrait nous séparer.
Jusqu’à ce que débarque cette nouvelle fille…

 

Mon avis :

Jusqu’à aujourd’hui, je n’avais jamais lu de Cat Clarke. Mais je n’en entendais que du bien, on me disait que ses romans étaient poignants, sur des sujets difficiles et toujours avec une fin surprenante. J’ai donc sauté sur l’occasion de lire son dernier livre quand la maison d’édition l’a proposé sur Netgalley.

Harper vit en pension depuis la mort de sa soeur jumelle Jenna, qui est décédée suite à son anorexie. Harper est persuadée d’en être responsable et garde ce poids en elle. Auprès de ses amies Rowan, Lily et Ama, elle s’est reconstruite. Mais c’était sans compter sur l’arrivée de Kirsty, une nouvelle qui comprend étonnamment bien le ressenti d’Harper puisqu’elle a elle aussi perdu sa soeur. Dès le début, les deux filles s’isolent des autres, mais on soupçonne une manipulation malsaine. L’ambiance est creepy et girly à souhait, parfait à lire en période d’automne sans pour autant avoir trop peur.

Kirsty est un personnage très ambivalent. Elle est partagée entre son amitié pour Harper et son inaptitude à être en groupe. Elle cherche à l’isoler du groupe et ça se ressent dès le début à travers l’ambiance assez sombre et pesante, et de petits détails qui mettent la puce à l’oreille tout en semblant complètement psychotiques. Comme Harper, on devient paranoïaques, on s’interroge sur qui a vraiment raison, même si intérieurement on sait que tout ceci est le fruit d’une manipulation et de la jalousie. Le duo formé par ces deux personnages m’a mise un peu mal à l’aise car je savais qu’il se basait sur des mensonges, mais en même temps, il est difficile de ne pas compatir vu ce qu’elles ont vécu.

En revanche, j’ai adoré sans limites les personnages Rowan, Lily et Ama ! Chacune avec leurs points forts et leurs faiblesses elles se sont soutenues et ont traversé les épreuves. Elles incarnent la vraie amitié et c’est plaisant de lire des livres avec des amitiés aussi fortes malgré les hauts et les bas.

Mais ce qui m’a manqué ce sont les rebondissements. Avec ce que j’avais entendu sur Cat Clarke, je m’attendais à plus d’action et à régir beaucoup plus au cours de ma lecture. Finalement, ça aura été un bon roman, un peu creepy et pesant, mais sans plus et en cela je suis un peu déçue car j’en attendant beaucoup plus.

Bien-être·Contemporain·Drame·Romance

Des étoiles dans la mer, Natasha Boyd

TitreDes étoiles dans la mer

AuteurNathasha Boyd

EditionMxM Bookmark

Pages354

Prix5,99€ (ebook)

RésuméLivvy a pris la fuite. Elle s’est échappée là où personne ne pourra jamais la retrouver.
Mais dans le cottage isolé où elle se réfugie, il y a déjà Tom, un mystérieux inconnu, qui est là pour des raisons personnelles.
Dans l’intimité de ce cottage abandonné, au cœur de la nature sauvage de l’île, leur connexion immédiate est impossible à ignorer. Mais alors qu’ils fuient leur histoire et refoulent leurs secrets, le passé les rattrape et bouleverse leurs vies de façon inimaginable.
Malgré leurs sentiments profonds et leur alchimie puissante, ils devront se battre contre un enchevêtrement de mensonges et surmonter les blessures de leur passé. La vérité, en émergeant, fera peut-être plus de mal que de bien.

 

Mon avis : 

La couverture m’a directement attirée sur le site de Netgalley, je remercie donc l’éditeur de m’avoir permis de lire ce roman.

On suit alternativement les points de vue d’Olivia, une jeune fille en fuite et en proie aux crises de panique; et Tom, qui semble être le gardien de la vieille maison de la grand-mère d’Olivia. Une cohabitation s’engage entre eux et on apprend rapidement qu’Olivia  fuit sa famille. Il y a quelques années, sa soeur ainée, Abby, est décédée dans un accident de voiture après s’être enfuie.

Dès le début, on sent qu’Olivia cache un lourd secret qui a trait aux violences physiques et sexuelles. Elle subit de nombreuses crises de panique liées à sa soeur et a un rapport très décomplexé à la sexualité qu’elle utilise comme un moyen d’arriver à ses fins. Si Olivia ne reconnait pas Tom, celui-ci sait qui elle est, il connaissait sa soeur et se met en tête de la protéger mieux qu’il ne l’a fait avec l’ainée.

J’ai eu beaucoup de mal à m’attacher à Olivia, c’est un personnage tellement sombre et torturé, qui ne cesse de faire de mauvais choix… Je me doutais fortement de son passé mais ça ne m’a pas empêchée de ne pas compatir, sauf à la fin lorsqu’elle raconte réellement ce qu’elle a subi. Alors j’ai compris l’ampleur de son traumatisme, redoublé par la mort de sa soeur.

Ce roman, c’est une histoire d’amour mais c’est surtout l’histoire d’un traumatisme, d’enfants attouchés, de décès dont on ne se remet pas. C’est loin d’être rose, mais c’est touchant et profond, aussi profond que la mer qui borde l’île où se sont réfugiés nos personnages. La plume de l’auteur est addictive et on ne lache pas le livre avant la fin. Attention toutefois aux âmes sensibles.

Contemporain·Erotique·New Romance·Romance

Marked Men 5 : Rowdy, Jay Crownover

Titre Rowdy

AuteurJay Crownover

EditionHugo Roman

Pages440

Prix17€

RésuméAprès que la seule fille qu’il n’ait jamais aimé lui dit qu’il ne serait jamais assez bien, Rowdy St.James quitte le Texas. Depuis il souhaite juste profiter de la vie avec ses amis et refuse de prendre quelque chose au sérieux, surtout quand il s’agit des filles. Brûlé par l’amour il n’est pas prêt à donner sa confiance une nouvelle fois.
Mais ça, c’était avant qu’un fantôme du passé ne resurgisse.
Salem Cruz a grandi dans une maison où il y avait trop de règles et pas assez de joie. De son enfance, elle n’a qu’un seul bon souvenir, celui d’un gentil petit garçon aux yeux bleus qui habitait près de chez elle et qui était amoureux de sa petite soeur. Aujourd’hui, alors que le destin et un vieil ami les ont réunis, Salem est déterminée à montrer à Rowdy « qu’il était une fois, il avait choisi la mauvaise soeur ». Tout fonctionnait parfaitement jusqu’à ce que la personne qui les liait par le passé refasse surfance, menaçant de les séparer pour de bon.

 

Mon avis : 

Doucement et surement, je suis arrivée au Marked Men qui m’intriguait le plus : Rowdy et son style rockabilly !

Avec l’arrivée de Salem à la fin du tome précédent, je me doutais que ça n’allait pas être rose pour notre boute-en-train. Rowdy, qu’on avait jusque là toujours vu comme le joyeux luron de la bande, se révèle être pleins de faiblesses et de rancœur contenue depuis trop longtemps. Quand Salem revient, c’est tout le passé de Rowdy qui lui revient, et notamment le fait qu’il était amoureux de la soeur de Salem et qu’elle lui a brisé le coeur. Ca crée un précédent entre nos futurs tourtereaux.

Rowdy c’est l’homme qui accepte son passé mais ne veut pas en parler, il s’est construit malgré ça, malgré les douleurs. Il a perdu sa mère jeune et a été élevé à côté d’une famille très catholique. Se moulant dans le rôle d’enfant sage pour plaire à la petite soeur, il n’était lui-même qu’avec la grande. Quand Salem revient dans sa vie après en être partie précipitamment à dix-huit ans, c’est tout son passé qui lui revient au visage.

Quant à Salem, elle a fuit la présence tyrannique et oppressante de son père et s’est construite, malgré les difficultés. Elle a du affronter la pauvreté, faire du strip tease, se former elle-même,… C’est une femme de caractère, qui décide de sa vie et de son avenir, envers et contre tous, surtout contre sa famille.

Cette histoire, outre la romance, aborde le sujet difficile de la violence conjugale et de l’oppression parentale d’une manière très dure mais en même temps juste. La victime ici, ne l’est pas seulement face à son compagnon, mais également à sa famille qui conçoit le tout comme une punition pour une faute finalement inexistante, au point que même la victime s’en convint. On voit là toute la manipulation mentale que peut engendrer la violence conjugale et c’est vraiment prenant.

Cet avant dernier tome fut une très bonne lecture, comme les autres je le recommande !

Contemporain·Drame·Erotique·New Romance·Romance

Marked Men 4 : Nash, Jay Crownover

TitreNash

AuteurJay Crownover

EditionHugo Roman

Pages440

Prix17€

RésuméSaint Ford, infirmière, concentrée sur son travail, dévouée à ses patients, n’a pas de place pour l’amour. Elle n’a pas besoin d’un gars dans sa vie – surtout quand il s’agit du canon inoubliable qui l’a détruite au lycée. Le sombre et mystérieux Nash Donovan ne se rappelle peut-être pas d’elle ni de la douleur qu’il lui a causé. Mais il a chamboulé son monde… et risque de recommencer.
Nash n’est plus le joueur prétentieux qu’il a été. Dévasté par la découverte d’un secret de famille, il essaie difficilement de comprendre son futur. Il ne peut pas être distrait par la jolie infirmière qu’il croise partout. Mais il ne peut ignorer les étincelles entre eux, ni le fait qu’elle semble le fuir. Mais la Saint douce, rigolote et canon, est bien trop géniale pour qu’il renonce.
Quand Nash découvre la vérité sur leur passé, il réalise qu’il a peut-être déjà perdu son coeur avant même de s’être battu pour lui. Maintenant, Saint doit décider : Nash vaut-il la peine de risquer son coeur à nouveau ?

 

Mon avis : 

A la fin du troisième tome, je savais que le livre sur Nash allait être difficile car il traiterait de la maladie et du deuil.

Les personnages  de Nash et Saint avaient déjà été un peu introduit dans le livre précédent et j’ai adoré les découvrir un peu plus. Nash est un jeune homme qui s’est construit grâce à son oncle Phil mais il apprend que c’est en réalité son père et c’est alors toute son histoire familiale et ce qu’il pensait savoir qui est à reconstruire. Je ne le redirai jamais assez, mais les racines et savoir d’où on vient, ça peut être très important pour se construire en tant que personne. En cela, Nash m’a beaucoup touché, apprendre cette vérité l’a détruit et il essaie tant bien que mal de se reconstruire pour pouvoir aussi construire sa relation avec Saint.

Quant à Saint, je me suis beaucoup reconnue dans cette femme qui fait passer le bonheur des autres avant le sien et qui a gardé des séquelles des insultes et des moqueries qu’elle recevait sur son physique. Son manque de confiance en elle et sa douceur m’ont touchée. Sa relation avec Nash est bancale et pleine de ressentiments mais leur envie est plus forte et ils montrent qu’on peut surmonter un passé.

Je crois que c’est un des tomes qui m’a le plus touché, de part sa dimension de deuil et de maladie car ce sont deux sujets qui peuvent toucher tout le monde. Jay Crownover aborde la relation ambigue qu’on peut avoir avec un malade : on veut le soutenir mais en même temps la maladie fait peur et c’est difficile de rester présent. De même avec le deuil, il peut être difficile de le faire si on en veut à la personne décédée car alors on se retrouve seul avec des regrets et de la rancune et personne sur qui la déverser.

Ce quatrième volume est beau et touchant, je ne peux que le recommander car c’est presque un coup de coeur, un joli 17/20.

Contemporain·New Romance·Romance

Marked Men 3 : Rome, Jay Crownover

TitreRome

AuteurJay Crownover

EditionHugo Roman

Pages440

Prix17€

RésuméIntrépide et pleine de vie, Cora Lewis est aussi celle qui veille sur ses amis  » bad boys  » tatoueurs, d ans le salon Marked où elle officie comme perceuse. Derrière son apparente joie
se cache un coeur brisé et Cora est bien décidée à ne plus jamais se laisser embraser par une passion dévorante.
Elle attend maintenant l’homme parfait, sans bagages douloureux ni histoire dramatique, avec qui elle pourra s’engager. Et elle rencontre Rome Archer. Sous ses airs rassurants d’ancien soldat, Rome est en fait têtu, autoritaire et rigide. Pas très  » homme parfait  » ! Et surtout il revient du front…
Si Rome avait l’habitude d’être le grand frère protecteur, le fils aimant, le b on soldat, aujourd’hui il n’est aucun de ces hommes-là. Traumatisé, il cherche un moyen de survivre et de reprendre le cours de sa vie, malgré les démons de la guerre qui le rongent. Pour cela, il pensait être seul, jusqu’à ce que Cora débarque dans sa vie et l’éclaire de mille couleurs. Parfois les mauvais chois sont les meilleurs.

 

Mon avis : 

J’ai enchainé ce tome après avoir refermé « Jet », j’avais beaucoup trop envie de savoir comment Cora et Rome pourraient finir ensemble après avoir pris un si mauvais départ. Et je n’ai pas été déçue, Jay Crownover livre encore une superbe romance, à la fois douce et piquante, addictive, dramatique et pleine de vie ! 

Cora est un personnage qu’on ne peut qu’aimer pour son énergie, et elle est un peu l’exemple de la femme trahie, décidée à chercher l’homme parfait pour ne plus risquer d’être blessée. Mais à trop se focaliser sur l’idée d’un homme parfait, elle se bloque à un bonheur possible avec Rome et c’est ce qui m’a parfois fait rager contre elle. D’un autre côté, Rome est un homme détruit par la guerre. Ancien soldat, il souffre du traumatisme du survivant et a du mal à se réhabituer à la vie civile. Aidé par le propriétaire du Bar, par des anciens soldats et par les Marked Men, il essaie de se rapprocher de Cora, qui le sort de toute la noirceur qui l’habite.

J’ai beaucoup aimé ce couple, ils sont le jour et la nuit mais ils fonctionnent si bien ensemble, ils se tirent mutuellement vers le haut : Rome loin de ses démons, Cora loin de son ex fiancé. J’ai apprécié que l’auteur montre un couple dépassé par les événements et qui doivent gérer un « incident » et se renforce à travers lui. C’est beau, ça donne espoir en l’amour.

Pour la première fois, on a un personnage non tatoué, ça permet de montrer un regard extérieur à l’univers du tatouage et c’est intéressant de voir Rome un peu réticent, alors qu’on avait pris l’habitude de personnages qui en faisaient l’apologie. C’est encore une fois une belle romance, je ne peux que la recommander c’est un joli 18/20.

Contemporain·Erotique·New Romance·Romance

Night Owl 1 : Long Night, M. Pierce

TitreLong Night

AuteurM. Pierce

EditionHugo Roman

Pages320

Prix17€

RésuméÀ vingt-huit ans, Matt Sky a une vie parfaite. Il a une belle petite amie, il a hérité d’une véritable fortune, et il a déjà écrit quatre best-sellers sous le pseudonyme de M. Pierce.
À vingt-sept ans, Hannah Catalano a été victime d’un accident de train. Son petit ami est un looser fauché et elle déteste son boulot.
Matt et Hannah se rencontrent sur le net en tant que partenaires d’écriture. Leur relation est platonique et innocente… Jusqu’à ce que Matt voit une photo d’Hannah. Ce portrait de la jeune femme suscite une irrésistible attraction sur lui. Et lorsque les circonstances les amènent à se rencontrer, Matt et Hannah vont vivre une histoire d’amour passionnée, émouvante, inoubliable, incontrôlable et imparable.

 

Mon avis : 

Allez savoir pourquoi, pendant les vacances, j’ai eu une semaine où je n’avais envie de lire que des romances, et plus particulièrement des romances érotiques. On peut dire que j’ai trouvé mon compte ici, même si j’ai quelques défauts à reprocher au livre.

L’histoire est racontée des points de vue de nos deux personnages principaux. Matt est un trentenaire riche, auteur sous pseudonyme, il vit avec sa copine mais souffre de ce qui semble être une dépression. Il se traine dans son existence et sa seule réelle distraction est sa discussion avec Hannah. De l’autre côté nous avons Hannah justement, une jeune femme qui vient de quitter son mec car elle s’ennuyait dans leur relation. Un peu paumée dans sa vie, elle revient chez ses parents…dans le même état que Matt ! D’abord liés par une relation d’écriture purement professionnelle, ils dérivent rapidement dans les sextos et entament une relation sexuelle sans tabous et avec un petit jeu de domination.

Si j’ai dévoré le livre du fait de sa plume addictive, je n’ai pas pu m’empêcher d’y voir de nombreux clichés qui m’ont parfois fait lever les yeux au ciel. On retrouve le schéma classique de bon nombre de romances : l’homme dominant, la relation qui se développe d’abord dans le sexe, les secrets qu’on garde jusqu’à ce qu’ils éclatent et manque de détruire le couple. Les personnages ont eu des réactions tellement stupides des fois, des choix qui ont été faits et qui, s’ils avaient été censés, auraient pu éviter bien des problèmes. J’ai toutefois apprécié que pour une fois, un des héros ne soit pas libre, ça apporte un peu de piquant (même si je ne cautionne pas l’infidélité).

Hannah a un côté attachant pour sa naïveté et sa découverte de sa sexualité. Au contraire, j’ai eu beaucoup de mal avec Matt, qui m’a tapée sur les nerfs par ses décisions, sa façon d’être avec les autres et parfois avec Hannah, que je trouvais malsaine. Séparément les personnages sont déjà un peu agaçants mais ensemble, j’avais juste envie de prendre l’un pour taper sur l’autre. C’est un couple malsain, qui se détruit plus qu’autre chose et c’est frustrant à lire. Heureusement que le tout était addictif et que les scènes étaient bien écrites ! Ca restera un 14/20 pour moi.