Fantastique·Jeunesse·Contemporain·Aventure

Harry Potter and the Half-Blood Prince, J.K Rowling

TitreHarry Potter and the Half-Blood Prince

AuteurJ.K. Rowling

EditionBloomsbury

Pages560

Prix10,40€

RésuméWhen Dumbledore arrives at Privet Drive one summer night to collect Harry Potter, his wand hand is blackened and shrivelled, but he does not reveal why. Secrets and suspicion are spreading through the wizarding world, and Hogwarts itself is not safe. Harry is convinced that Malfoy bears the Dark Mark: there is a Death Eater amongst them. Harry will need powerful magic and true friends as he explores Voldemort’s darkest secrets, and Dumbledore prepares him to face his destiny.

Mon avis : 

Ca y est, je me suis remise à la relecture des Harry Potter en anglais. J’avoue qu’après m’être enfilé les 900 pages du cinquième tome l’été dernier, j’avais un peu saturé, mais avec l’arrivée des beaux jours, l’envie de reprendre est revenue !

Je me suis replongée avec joie (et un peu d’appréhension j’avoue) dans ce sixième tome car le 5 et le 6 sont ceux que j’aime le moins. Et j’ai eu la surprise de le redécouvrir finalement puisque j’ai tout simplement dévoré le livre en quelques jours, au point d’en sacrifier mon sommeil ! Harry retourne à l’école pour la 6e année, mais Voldemort est de retour et le Ministère de la Magie l’admet enfin ! Dumbledore s’est également mis en tête de l’entrainer dans le passé du Mage Noir afin d’y trouver des indices sur comment le vaincre. 

Ce tome est à mon sens une première transition vers le tome 7, puisqu’Harry quitte peu à peu de cadre de Poudlard pour vivre ses aventures, en cela il grandit et s’émancipe à la fois de Dumbledore (même s’il le suit) et des adultes en général pour en devenir un lui-même (à 16 ans, oui c’est jeune je sais, mais on ne peut pas tous être l’Elu). Pour moi, ce tome est avant tout un tome d’informations sur la vie de Voldemort, de réflexion sur comment le tuer, et hormis la fin, je trouve malheureusement qu’il manque un peu d’action, et de magie. C’est peut-être pour ça qu’il me chamboule un peu moins que les autres (hormis la fin qui évidemment m’a brisé le coeur), il manque la dose de magie qui fait rêver (et pas uniquement peur) et un peu d’action saupoudrée tout au long du récit.

Nos personnages ont grandi et découvrent les sentiments, Harry pour une personne qu’on connait bien, Ron pour quelqu’un qui faisait partie du background sans qu’on la remarque vraiment. Pour autant, je trouve dommage que ça tombe un peu comme un cheveu sur la soupe, dans le sens où Harry, par exemple, n’avait jamais ne serait-ce qu’imaginé ou montré une quelconque inclination pour la personne. Par contre Hermione est plus réaliste dans ses sentiments, et évidemment elle reste mon personnage préféré ! ( ❤ )

Ce tome, bien que moins apprécié par moi, reste une valeur sûre puisque c’est un Harry Potter et garde donc quand même un bon 15/20.

Aventure·Fantastique·Historique·Romance·Voyage dans le temps

Outlander 5 : La croix de feu, Diana Gabaldon

TitreLa croix de feu

AuteurDiana Gabaldon

EditionJ’ai Lu

Pages1533

Prix17€

Résumé : 1770, Caroline du Nord. Exilés dans le Nouveau Monde, les Fraser y ont trouvé leur place. Claire, devenue guérisseuse, tente d’aider les gens grâce à ses remèdes et ses connaissances. De son côté, Jamie a gagné la confiance du gouverneur. Néanmoins, la guerre d’Indépendance approche à grands pas et des émeutes éclatent de toute part. Inconscients du danger qui les guette, Claire et Jamie sont rejoints par leur fille Brianna. Ensemble, parviendront-ils à réécrire l’histoire ?

Mon avis :

Environ un an après la lecture du quatrième tome, je me suis lancée dans ce cinquième volume en compagnie que mon adorable Kurel fait une pause, et je dois dire que j’étais contente de retrouver Jamie et Claire ❤

Claire et Jamie sont maintenant en Amérique depuis environ trois ans, Brianna et Roger sont sur le point de se marier tandis que le petit Jemmy va sur ses deux ans tranquillement. On les retrouve à un gathering (rassemblement d’écossais immigrés) en Caroline du Nord et sur le point de célébrer les mariages de Brianna et Roger, et de Duncan et Jocasta (la tante de Jamie). Pour le contexte historique, nous sommes en 1771, et quelques manifestants, appelés les « Régulateurs » causent des troubles que Jamie est chargé de réprimer en mettant une milice sur pied. Les temps sont tendus puisque les Régulateurs sont des connaissances des membres de la milice et il s’agit donc de réprimer des amis. Au milieu de tout ça plane encore la menace de Stephen Bonnet, pirate infâme qui veut mettre la main sur Brianna et Jemmy.

Maintenant que ce petit contexte est posé, qu’ai-je pensé de ce pavé de plus de 1500 pages ? Et bien malheureusement, comme pour le quatrième tome, je l’ai trouvé assez inégal. La première partie (disons les 800 premières pages) a été ardue, j’avançais lentement, intéressée mais pas passionnée par l’histoire comme ça avait pu être le cas pour les tous premiers tomes. Ce n’est qu’aux environs des 800 pages que j’ai commencé à tourner les pages plus vite, jusqu’à les lire en 2 jours (alors que le début m’avait pris 10 jours).

Je pense que j’ai moins apprécié le début du fait des événements historiques qui étaient un peu compliqués à comprendre (que revendiquent les Régulateurs ?), et l’impression que ça tournait en rond parfois, les dangers n’en étaient pas vraiment. Au contraire dans la seconde moitié du livre, les personnages sont vraiment en danger et ça se ressent ! On tremble pour eux, on est soulagés ensuite s’ils s’en sortent, et c’est ça que j’aime tellement dans Outlander !

Jamie et Claire ont bien vieilli, ils ont maintenant la cinquantaine et j’ai apprécié que l’auteur le montre dans le roman, elle n’hésite pas à dire qu’ils sont fatigués, qu’ils ont des cheveux blancs. Quant à Roger et Brianna, ils prennent d’avantage de place, comme pour prendre la relève à la fois dans leur vie mais aussi dans le coeur des lecteurs.

La saga reste donc toujours bonne, mais je déplore le fait que les tomes soient aussi inégaux dans leurs contenus, et l’impression que j’ai de tourner de plus en plus en rond. Ce tome reste tout de même intense à lire et les révélations sont présentes, c’est donc un 15/20.

Aventure·BD·Fantastique·Historique

Où le regard ne porte pas…(1-2), Olivier Pont & Georges Abolin

TitreOù le regard ne porte pas

Auteur/Illustrateur : Olivier Pont & Georges Abolin

EditionDargaud

Pages96/album

Prix16,45€/album

Edition1906, Barellito. Une famille venue de Londres emménage au bord de la mer, dans un petit village d’Italie. Le père veut se consacrer à la pêche. Le fils, William, se réjouit déjà à l’idée de courir en pleine nature, loin de la grisaille londonienne. Et puis, il y a Lisa, la petite voisine aux cheveux noirs qui l’a si gentiment accueilli… Mais les habitants de Barellito ne cachent pas leur hostilité aux nouveaux arrivants. Ils n’apprécient pas que des  » étrangers  » s’installent chez eux. Quant à Lisa, elle semble douée d’étranges pouvoirs… Au premier regard, le cadre enchanteur de Barellito semble destiné à préserver ses habitants du malheur. La mer, le ciel bleu, le soleil, la nature… Mais il ne faut pas se fier aux apparences. Derrière ce décor de carte postale, la vie peut prendre les couleurs sombres du drame et de la haine…

 

 

Mon avis : 

Pour ce premier « Lundi BD », je voulais vous présenter une bande-dessinée dont je n’avais jamais entendu parler avant que mon père ne me la prête en me conseillant de la lire, et cette BD a été une très bonne surprise.

Avec des planches aux couleurs vives et au style simple mais expressif, les auteurs nous racontent l’histoire de William, un anglais qui emménage dans le sud de l’Italie au début du XXe et se lie d’amitié avec les enfants du village, dont Lisa, malgré l’hostilité des adultes face aux nouveaux habitants. L’histoire se déroule à plusieurs niveaux : celui des adultes avec le refus des étrangers par les hommes du village ; et le niveau des enfants qui se découvrent et s’amusent malgré leurs différences, unis par un lien mystérieux et mystique.

En deux tomes, les auteurs ont réussi à créer une histoire complète, sur plusieurs années, et dont les tenants et aboutissants sont expliqués et clôturés à la fin. Le premier tome raconte l’enfance des protagonistes, la découverte du rejet, mais aussi de l’amitié. Il est plein de mystères car on ne sait pas d’où vient le lien entre les enfants, on ne comprend pas. Le second tome se concentre sur la période adulte, les protagonistes se retrouvent 10 ans après et partent en quête à l’autre bout du monde. Ici, les secrets sont dévoilés et tout est expliqué.

Cette bande-dessinée ne manque pas d’originalité, l’histoire ne ressemble à rien que j’ai pu lire auparavant. Mais la fin est assez déprimante, j’en aurai espéré une plus joyeuse, mais en même temps je me dis que pour un album aussi étrange, il faut bien une fin particulière. En tout cas, si vous cherchez une BD originale, avec de beaux dessins et une intrigue prenante, je ne peux que vous la recommander.

Aventure·Fantastique·Jeunesse

L’île des monstres, Tuutikki Tolonen

TitreL’île des monstres

AuteurTuutikki Tolonen

EditionCollection R

Pages320

Prix14,90€

RésuméLa petite Mimi a suivi Grah, son ami monstre, dans son monde souterrain. Mais elle a perdu sa trace et la robe de chambre magique ne lui parle plus… Pendant ce temps, Koby et Halley, restés à la surface, cherchent à tout prix le moyen de retrouver leur soeur.
Nos trois héros ne sont pas au bout de leurs surprises : de nombreuses créatures étranges se cachent au centre de la Terre, et toutes ne sont pas aussi gentilles que Grah !

Mon avis : 

J’avais plutôt bien aimé le premier tome même si j’y avais trouvé des longueurs, je ne savais donc pas trop à quoi m’attendre pour ce second volume que j’ai pu lire grâce à Netgalley et l’éditeur.

Ce second tome s’est révélé être une très bonne surprise puisque je l’ai plus apprécié que le premier. On retrouve Mimi directement là où on l’avait laissée, abandonnée par le portier, avec sa robe de chambre muette et sans Grah. Pour le coup, on est aussi perdu que la petite Mimi dans ce nouvel univers : on ne sait pas où est Grah, à qui faire confiance, où aller,… On le découvre avec elle et avec un regard d’enfant qui fait du bien. On s’émerveille face à certaines choses, et on tremble face à d’autres qui ne sont que suggérées. 

J’ai adoré découvrir cet univers des monstres, voir les différents niveaux du monde, sa gestion, le rôle des sorcières (car oui on découvre enfin leur rôle !) et celui du professeur Runar Kali. Ce roman ne manque pas d’originalité et l’auteur le démontre pleinement dans ce tome. Toutefois, si la fin du premier présageait ce second tome, je trouve que la fin de celui-ci n’invite pas forcément à en faire une trilogie.

Le personnage de Mimi prend ici une place encore plus grande puisque c’est principalement elle qu’on suit, ainsi que sa robe de chambre magique et le portier. Pleine de ressources, courageuse et amicale avec tous, on ne peut que s’attacher à cette petite fille. La robe de chambre dévoile enfin son jeu bien qu’on se sache toujours pas comment elle s’est mise à parler, ça fait partie de la magie de cette saga et je pense qu’on ne le saura jamais. Le tout est fait pour faire appel à l’imagination des enfants et ça marche,  je ne peux que recommander ce roman aux enfants à partir de 9-10 ans ! C’est une belle réussite et un 18/20 pour ce second tome !

Fantastique·Historique·Jeunesse·Romance

The paper magician 2 : The glass magician, Charlie N. Holmberg

TitreThe glass Magician

AuteurCharlie N. Holmberg

EditionAmazon Publishing

Pages236

Prix9,90€

RésuméTrois mois après avoir rendu son cœur au magicien Emery Thanes, Ceony Twill est bien partie pour devenir Plieur. Malheureusement, toutes ses pensées ne sont pas uniquement tournées vers la magie du papier : bien qu’on lui ait prédit une histoire d’amour, Ceony n’a toujours pas réussi à dépasser la barrière étudiant-professeur qui la sépare d’Emery, en dépit de leur intimité grandissante. Lorsqu’un magicien revanchard est persuadé que Ceony possède un secret, il fait le vœu de le découvrir… même si cela doit compromettre l’essence même de leur magie. Ceony comprend qu’elle devra trouver les vraies limites de ses pouvoirs quand ceux qu’elle aime le plus se retrouvent victimes d’une série d’attaques dirigées contre elle… tout en faisant en sorte que son savoir ne tombe pas entre de mauvaises mains.

Mon avis : 

Alors que Ceony a sauvé Emery de son ex-femme, l’exciseuse Lira, celle-ci a des complices. En effet quelques mois plus tard, Ceony est victime d’attaques par Grath et Siraj, deux magiciens qui veulent ranimer Lira, figée pour l’éternité par notre héroïne. L’histoire redémarre donc sur les chapeaux de roues par des scènes d’action, des machinations et beaucoup de mystère. Qui sont vraiment les assaillants ? Quelle magie maîtrisent-ils ? Où est Lira ? Les attaques visent-elles Emery ou Ceony ? Comment les arrêter ? J’ai beaucoup aimé cette intrigue qui permet le développement de nouveaux personnages mais surtout d’autres formes de magie que celle du papier et du sang. Car ici, la magie du feu et celle du verre sont mises en avant. Celle du verre est particulièrement intéressante puisqu’elle permet une sorte de téléportation.

Incarnée principalement par Delilah, une amie de Ceony, on en apprend plus sur cet élément de magie puisque Delilah prend la peine d’en expliquer les bases à Ceony. D’ailleurs j’ai particulièrement apprécié le personnage de Ceony dans ce tome : elle demeure forte et puissante, mais pour autant la réalité la rattrape, elle demeure avant tout une élève et peut avoir besoin de ses maîtres pour s’en sortir. Elle n’est pas toute puissante et sait demander de l’aide quand il faut. J’ai également trouvé qu’elle avait gagné en assurance par rapport au premier tome. En revanche j’ai trouvé Emery inchangé, toujours réservé, presque fermé, avec sans cesse son air mélancolique et ses secrets.

Si j’avais déjà trouvé Lira un peu tarée, que dire de ses acolytes ? Ce sont de grands psychopathes et cette fois l’auteur ne nous épargne pas la mort de personnages auxquels on s’était attaché. Siraj m’a particulièrement fait peur alors même qu’on ne le voit presque pas de tout le roman, on ne le connait qu’à travers la description de ses méfaits. Quant à Grath… cet homme a été rendu fou par le désir de pouvoir et ça se voit…

A la fermeture de ce roman, je ne peux que m’interroger sur la suite que nous réserve l’auteur pour cette saga originale et que je ne peux que conseiller, un joli 17/20.

Contemporain·Fantastique·Jeunesse·Réécriture

Les Outrepasseurs 4 : Ferenusia, Cindy van Wilder

TitreFerenusia

AuteurCindy van Wilder

EditionGulf Stream

Pages380€

Prix18€

RésuméPrivé de la magie presque disparue, l’empire des Outrepasseurs se disloque de toutes parts. Seuls survivants dans cette débâcle, les Ferreux, des fés réduits à l’esclavage, s’échappent de leurs prisons. Soutenus par Ferenusia, un réseau clandestin, ils n’ont qu’un seul objectif : obtenir les mêmes droits que les humains, dans un monde qui ignore tout de leur existence. Mais leurs anciens maîtres sont prêts à tout pour protéger leurs secrets, quitte à éliminer le moindre témoin de leurs anciens forfaits…

Mon avis :

Ce tome est une sorte de suite/spin-off de la saga des Outrepasseurs. Suite car les événements se passent après la saga et en découlent directement, spin-off car on ne suis plus les Outrepasseurs mais principalement les Ferreux, des derniers fés vivants.

Concrètement on sait presque dès le début comment ça va finir : l’empire des Outrepasseurs tombe en ruine, et c’est cette ruine progressive que l’on suit, avec la perte de leur emprise sur les Ferreux. J’ai perçu ce tome comme une lente et longue agonie des Outrepasseurs qui, même s’ils se débattent pour s’en sortir, s’enfoncent et ne peuvent plus rien sans la magie et Noble.

Ici, nos personnages principaux de la saga initiale se font rare, les relations ont changé. Shirley et Peter essaient tant bien que mal de se reconstruire ensemble malgré les traumatismes laissés par les combats, Arnaut tente de se tenir éloigné de toute source de vie de peur que le Chasseur prenne le dessus, et les Ferreux essaient d’obtenir des droits à l’égal des réfugiés. J’ai adoré la relation entre Peter et Arnaut, cette amitié intense qui se transforme au fur et à mesure. Cette relation permet également de mettre en perspective celle qu’il a avec Shirley qu’il aime mais avec qui il n’est pas heureux.

Vous l’avez compris, nos personnages sont ici très approfondis sur le plan psychologique. On en apprend également beaucoup sur les origines des Ferreux et sur l’immense empire des Outrepasseurs. Ce tome, c’est l’univers élargi, l’historique et la réponse à toutes les questions de la saga. Je ne peux que le recommander à qui veut en découvrir plus, c’est un beau 18/20 !

Contemporain·Fantastique·Jeunesse·Réécriture

Les Outrepasseurs 3 : Le libérateur, Cindy van Wilder

TitreLe libérateur

AuteurCindy van Wilder

EditionGulf Stream

Pages352

Prix18€

RésuméUn terrible hiver s’abat sur la Grande-Bretagne. Peter, qui a été sauvé par Arnaut, se retrouve seul, car le Chasseur et le lion d’Arnaut sont affectés par la disparition de la magie. Arnaut tombe dans un coma profond, auquel il semble n’y avoir aucune solution. Jusqu’à ce que Peter comprenne que le sous-sol de Lion House regorge de ressources cachées.

Mon avis :

Plus d’un an après avoir lu le tome 2, j’avoue que mes souvenirs étaient flous. Heureusement la gentille Cindy m’a rappelé les points essentiels de son intrigue et j’ai donc pu me lancer dans le livre en ayant tous les éléments en tête.

On retrouve donc Peter blessé mais recueilli par Arnaut, Noble peu à peu abandonné des siens, Snezkhaïa qui déchaîne l’Hiver et les Ferreux échappés qui trouvent refuge chez Smokey, une mystérieuse jeune fille. Autant dire que tout est réuni pour un final explosif. Les alliances n’ont eu de cesse de se retourner dans ce tome : Peter et Shirley, Shirley et Félix, Hersent et Hermeline, Noble et les autres,… La narration alterne entre nos différents personnages puisque l’action se déroule sur plusieurs plans simultanés. Ca donne une impression d’urgence qui ne fait que s’accentuer tout au long du roman pour finir en apothéose.

Au risque de vous blesser : il y a des morts. Y compris parmi ceux qu’on aime bien. Cindy n’hésite pas à trancher dans le vif et ça fait parfois mal.

J’ai beaucoup apprécié les ouvertures de chapitres avec l’histoire du Chasseur racontée par lui-même. Ca donne un tout autre aspect au personnage et je m’y suis même vraiment attachée car il révèle beaucoup plus de profondeur qu’on ne l’aurait pensé en lisant le premier tome de la saga. Quant aux autres, j’avoue avoir particulièrement aimé Smokey que j’ai trouvé touchante dans sa façon d’hésiter entre ses deux origines : humaine et ferreuse.

Quant à Peter, j’ai encore du mal à savoir si je me suis attachée à lui ou pas, je pense que je suis plus attachée à Arnaut. C’est triste à dire mais j’ai l’impression que Peter subit et se plaint plus qu’autre chose tandis qu’Arnaut fait en sorte de se battre et de faire au mieux pour tous. Heureusement que la fin arrive pour redorer l’image que j’ai de Peter, et dévoiler enfin le Tombeau.

C’est donc un troisième tome aussi bon que les premiers, qui se termine avec des airs d’apocalypse et auquel je mettrai 16/20.