Bien-être·Contemporain·Coup de coeur·Drame·Homosexualité·Romance·Vie quotidienne

La rencontre du dernier espoir, Kelley York

TitreLa rencontre du dernier espoir

AuteurKelley York

EditionPKJ

Pages288

Prix17,90€

RésuméDurant dix-huit ans, Vincent n’a cessé d’être trimballé de foyer en foyer. Quand Maggie le recueille, il pense avoir enfin trouvé son refuge. Mais il se trompe, une fois de plus. Brisé, Vince consulte Suicide Watch, un forum destiné à ceux qui songent à la mort. Il y rencontre Casper, tentée d’abandonner son combat contre le cancer, et le très discret Adam, qui se croit insignifiant.
Vince va devoir faire un choix : vivre et affronter ses sentiments ou mourir sans savoir s’il aurait pu, un jour, goûter au bonheur.

Mon avis : 

Je n’étais tellement pas prête à ressentir autant de choses avec ce livre…

Bon, commençons déjà par un avertissement, ce livre traite du difficile sujet du suicide. Nos personnages sont tous membres du forum Suicide Watch, où ils discutent de leur envie de se suicider, des moyens etc. On suit nos trois personnages : Vince, un jeune homme seul au monde et paumé, Casper une adolescente atteinte d’un cancer et à qui il ne reste que quelques mois à vivre, et Adam, un jeune timide passionné de musique mais dont la mère se fiche complètement.

Ces adolescents sont aussi attachants les uns que les autres. Ils se découvrent via un site internet mais s’unissent autour de leur manque de désir de vivre et autour de Casper, la seule dont le souhait ne peut pas être réversible et qu’ils vont chercher à rendre heureuse dans ses derniers instants. Oh comme j’ai pleuré à la fin du livre, je n’avais qu’une envie, qu’on me fasse un gros calin en me disant qu’on m’aime et que je ne suis pas seule comme eux. Ca faisait longtemps qu’un roman ne m’avait pas fait ressentir ça et c’était tellement puissant que j’y ai repensé pendant plusieurs jours après.

A travers ce roman, Kelley York aborde avec beaucoup de tact mais frontalement les sujets du suicide, de l’homosexualité, de la non-assistance à personne en danger, des dangers d’internet,… Autant de sujets sensibles qu’elle traite extrêmement bien selon moi. Les sites du genre existent, les gens ne cherchent pas forcément à s’aider les uns les autres dans le bon sens et il peut effectivement y avoir des abus. Mais comment juger le désir de mourir de quelqu’un ? On peut essayer d’aider mais finalement, seule la personne elle-même peut s’aider. Tout ce qu’on peut faire c’est montrer à la personne qu’elle n’est pas seule. C’est à mon sens un des grands messages de ce roman : on est jamais seul dans sa détresse, on manquera forcément à quelqu’un, même si on pense le contraire. Et la solitude est éminemment dangereuse pour l’humain car elle peut le pousser à l’irréversible.

Un livre dur mais que je ne peux que conseiller tant il m’a retournée, un magnifique coup de coeur, coup de poing, coup de foudre, un magnifique 20/20.

Bien-être·Contemporain·Coup de coeur·Harcèlement·Homosexualité·Jeunesse·Vie quotidienne

Normal(e), Lisa Williamson

TitreNormal(e)

AuteurLisa Williamson

EditionHachette

Pages350

Prix16,90€

Résumé« La voilà, l’occasion pour moi de tout déballer.
Cinq petits mots : Je. Veux. Être. Une. Fille. Une phrase qui refuse de sortir. Qui me réduit au silence. Maman s’attend certainement à ce que je lui dise que je suis gay. Il y a sans doute des mois qu’elle se prépare à cette conversation. Sauf qu’elle et papa ont tout interprété de travers.
Je ne suis pas gay. Je suis juste une fille coincée dans un corps de mec. »

Mon avis : 

Les romans sur la transidentité sont assez rares, surtout en jeunesse, pour être signalés, donc merci Hachette de l’avoir traduit, et Netgalley de m’avoir permis de le recevoir !

Dès la première page, il a fallu que je mette un signet sur ma liseuse pour noter ce passage tant il était beau et touchant, je ne peux pas résister à l’envie de vous le retranscrire ici :

« Un après-midi, alors que j’avais huit ans, la maîtresse nous a dit d’écrire ce que nous voulions devenir une fois plus grands. Mlle Box a fait le tour de la classe pour demander à chacun de se lever et de partager ce qu’il ou elle avait écrit. Zachary Olsen voulait jouer en Première Ligue. Lexi Taylor rêvait de brûler les planches. Harry Beaumont se voyait Premier Ministre. Simon Allen espérait devenir Harry Potter, à tel point qu’il s’était gravé un éclair sur le front à coups de ciseaux le trimestre précédent. Moi je ne voulais rien de tout ça. Voilà ce que j’avais écrit : Je veux être une fille.« 

On suit donc David, qui est né garçon mais s’est toujours senti fille au point de détester son corps et d’en être dégouté. C’est ce rejet de lui-même qui m’a le plus marquée, je ne pensais pas que ça pouvait être aussi puissant. A l’école il se fait également harceler et n’a autour de lui que ses deux meilleurs amis, désormais en couple; jusqu’à l’arrivée de Léo, transféré de son ancien lycée pour une raison inconnue.

Ce livre a été un vrai coup de coeur et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord les thèmes abordés : celui de la transidentité évidemment, qui est traité avec beaucoup de délicatesse tout en étant poignant, mais également celui de la famille avec l’absence du père mais également l’acceptation face à la transidentité. L’auteur a su, à travers David puis par un suite un autre personnage, me mettre à la place de ces personnes, montrer leurs souffrances, leur inadéquation avec leur corps. 

J’ai plusieurs fois failli pleurer, que ce soit de tristesse face à la détresse des personnages, ou de joie devant cette fin qui m’a vraiment rendue heureuse. Frileux de romance, n’ayez crainte, ce n’est clairement pas le sujet de ce roman, et c’est tant mieux car alors le sujet principal n’en ressort que plus et ne sert pas uniquement de prétexte à une romance torturée. 

Je ne veux pas trop en dire plus car selon moi il faut plonger dans ce livre sans trop en savoir pour l’apprécier pleinement et vivre les choses avec les personnages. C’est pour moi un coup de coeur, qui devrait être enseigné dans les établissements scolaires pour prôner la tolérance, un 20/20.

 

Aventure·Coup de coeur·Fantasy·Homosexualité

Prince Capif 3 : Le roi, C.S. Pacat

TitreLe roi

AuteurC.S. Pacat

EditionMilady

Pages416

Prix14,90€

RésuméSa véritable identité révélée, Damen doit avouer à son maître, le prince Laurent, qu’il est Damianos d’Akielos, le meurtrier de son frère, l’homme que Laurent a juré de tuer… et le convaincre de s’allier à lui. L’avenir de deux royaumes repose sur l’issue d’une bataille historique. Au sud, l’armée de Kastor se rassemble, tandis que les forces du régent se mettent en marche au nord.
Pour reconquérir leurs trônes, les deux héritiers devront traverser Akielos, où l’opposition est plus féroce que jamais, et faire face ensemble aux usurpateurs. Mais même si la fragile confiance qu’ils partagent résiste à la révélation de la véritable identité de Damen, suffira-t-elle pour venir à bout de la dernière et plus impitoyable manigance du régent ?

Mon avis : 

C’est un an et demi après avoir enchainé les deux premiers tomes que j’ai enfin terminé la saga du Prince Captif qui fait désormais partie de mes sagas chouchous.

La reprise a été un peu difficile au début, du fait du nombre des personnages et de la politique compliquée de l’histoire. Je me souvenais uniquement du fait que l’identité de Damen avait été plus ou moins dévoilée à la fin du tome précédent et que les conséquences avaient été difficiles. Heureusement, l’écriture si addictive de C.S. Pacat m’a aidée à retourner dans son univers et j’ai retrouvé avec plaisir Damen et Laurent ainsi que leur relation magnifique mais conflictuelle.

L’histoire n’est qu’une succession de chevauchées, trahisons, coups tordus, morts, suspense,… On ne se repose pas un seul instant et les réponses à nos questions sont enfin apportées, le tout amenant à une fin explosive. Pour les frileux de l’homosexualité, soyez avertis qu’il y a des scènes sexuelles détaillées un peu plus fréquemment que dans les deux premiers tomes puisque nos héros ont succombé une première fois à la tentation et que lorsque c’est le cas, il est plus aisé d’y succomber plusieurs fois par la suite.

Le personnage de Laurent est toujours aussi mystérieux et plein de secrets qu’avant, c’est un maître de la manipulation et il nous le prouve encore une fois. Mais il montre de plus en plus ses faiblesses à Damen et ça en fait un des personnages les plus complexes, psychologiquement parlant, qu’il m’ai été donné de voir. Quant à l’akielonien, je l’aime toujours autant : fort, fier, juste, doux; il incarne un peu les qualités de l’homme idéal pour moi !

Je ne peux que recommander cette série qui a le mérite de mettre en place une relation gay sans pour autant tomber dans la romance cliché, et qui l’intègre dans un univers particulier. Contrairement à de nombreux romans, ici la relation sert l’histoire et l’univers plutôt que l’inverse. C’est une saga coup de coeur ! 

Contemporain·Homosexualité·Jeunesse·Romance·Young Adult

Sous la même étoile, Kelley York

Sous la même étoile, Kelley YorkTitre : Sous la même étoile
Auteur : Kelley York
Edition : PKJ
Pages : 320
Prix : 17,50€
Résumé : « Une fois le lycée terminé, Hunter et sa demi-soeur Ashlin décident de prendre une année sabbatique et d’emménager chez leur père. Là-bas, ils retrouvent Chance, un garçon
fantasque avec qui ils passent tous leurs étés depuis l’enfance. Si le jeune homme les a toujours fascinés, Ashlin et Hunter éprouvent bientôt pour lui de tout autres sentiments. Mais ils comprennent aussi que les excentricités de Chance dissimulent une vérité bien plus noire… »
Mon avis : 
 
Je n’entendais que du bien de ce livre, je m’y suis donc lancée avec confiance, et j’ai découvert une très belle histoire d’amour et d’amitié.

On suit les points de vue d’Ashlin et Hunter, des demis-frères et soeurs qui se retrouvent chaque été chez leur père et passent leur temps avec Chance, un garçon qu’ils connaissent depuis l’enfance. Sauf que cette fois-ci, ils se rendent chez leur père en hiver, et le cadre différent leur permet de connaître les gens différemment. Alors que le temps passe, les sentiments changent, Ashlin et Hunter sont tous deux attirés par Chance, et ce dernier se révèle encore plus mystérieux que d’habitude. Dans une ambiance automnale, teintée de mélancolie, c’est l’histoire d’une amitié et d’un amour qui se noue et se dénoue.

J’ai tout simplement adoré la narration et l’ambiance, j’ai ressenti une réelle nostalgie, la fraicheur des premiers temps de l’automne et de l’hiver, les jeux d’enfants,… Pleins de sensations qui appelent à la mélancolie et au souvenir. C’est une ambiance que j’aime particulièrement car ça me donne une impression de familiarité.
L’histoire est également très belle, bien que très sombre. On découvre la vie de Chance en même temps que nos protagonistes, son étrangeté nous interroge et même si on devine un peu l’horreur, on  a du mal à en imaginer l’envergure. Quant à la fin, Kelley York a réussi à la rendre à la fois aussi horrible que parfaite. Sur le coup j’ai eu envie de crier et de m’énerver, mais en y repensant par la suite, je me suis dit qu’il ne pouvait pas y avoir d’autre fin que celle-ci. Elle correspond tant à l’histoire, aux personnages et à leur évolution. C’est une fin très ouverte et très belle.

Et les personnages me direz-vous ? J’ai beaucoup aimé Ashlin et Hunter, ils sont débrouillards et intelligents. J’ai apprécié leur relation fraternelle et leur propre évolution personnelle. Hunter apprend à comprendre ses sentiments pour Chance, de même qu’Ashlin apprend à accepter les siens. Ils grandissent tous les deux et en refermant le livre, on sait qu’ils ne seront plus jamais les mêmes que quand on l’a ouvert. En revanche, j’ai eu un peu de mal avec Chance, qui avait un comportement si ambigu avec tout le monde qu’il les blessaient, ce que je ne cautionnais pas. Mais plus j’en apprenais sur sa vie, plus je le comprenais et j’avais envie de le revoir encore pour en savoir plus. Un personnage ambigu mais profondément intéressant donc.

Vraiment, j’ai beaucoup aimé cette histoire, elle donne un arrière goût d’été indien et d’amitiés d’enfance qui fait du bien au moral, un joli 17/20.


EOLEHey ! Moi c’est Eole ! Ici je partage un peu toutes mes passions : la lecture, la musique, un peu d’expériences personnelles et quelques astuces ! Pour ce qui est de la littérature, je chronique aussi pour le site Songe d’une nuit d’été !
Coup de coeur·Homosexualité·Romance

Patriotes, Amheliie

Titre : Patriotes
Auteur : Amheliie
Edition : Autoédité
Pages : 376
Prix : 14,77€
4e de couverture : « Trois destins, deux amants, une guerre, l’horreur. Grayson, Deacon et Chandler sont amis depuis l’enfance. Ils ont grandi dans les pures traditions américaines, où le patriotisme est un devoir qu’on leur a insufflé dès leur plus jeune âge. Ils étaient gamins lorsque le 11 septembre a traumatisé tout un pays. Ils sont adultes lorsque servir le pays devient leur premier objectif. Alors qu’ils s’engagent ensemble dans l’United States Army pour aller défendre leur patrie, leurs destins vont prendre un tournant auquel ils ne s’attendaient pas. Les trois soldats vont faire face à l’horreur d’une guerre, tout en gérant d’autres conflits plus sombres et plus personnels. Comment survivre à ses démons lorsque les sentiments s’en mêlent et que nos rêves se révèlent être le pire de nos cauchemars dans un milieu plus que dangereux? Remarques : Cette fiction est une romance M/M. Il ne s’agit pas d’un trio. Les lieux ou les noms cités ne sont que pures coïncidences avec la réalité. »
Mon avis : 

Ce livre étant un service de presse reçu dans le cadre de mon poste de chroniqueuse chez Songe d’une nuit d’été, vous pouvez retrouver ma chronique sur le site, ici
Contemporain·Homosexualité·Romance

Si ce n’est qu’en rêve, Keira Andrews

Titre : Si ce n’est qu’en rêve
Auteur : Keira Andrews
Edition : KA
Prix : 9,48€
Pages : 198
4e de couverture : « Pour être à la maison pour Noël, ils doivent combler le fossé entre eux. Charlie Yates est désespéré. C’est presque Noël, et son vol pour rentrer chez lui de l’université a été retardé. Depuis des jours, Charlie a promis à sa petite sœur Ava qu’il serait à la maison pour ses premières vacances, depuis sa rémission d’une leucémie. Maintenant, il est coincé de l’autre côté du pays et quelqu’un d’autre vient de prendre la dernière voiture de location. Quelqu’un à qui il n’a pas parlé depuis quatre ans. Quelqu’un qui lui a brisé le cœur. L’amitié d’enfance qui liait Gavin Bloomberg et Charlie s’est terminée une nuit après une journée de baisers volés. Avec des années de ressentiment entre eux, ils ne veulent pas être ensemble dans la même pièce, sans parler d’une voiture. Mais pour l’amour d’Ava, Gavin accepte de partager le véhicule et de traverser tout le pays avec lui. Alors qu’ils font face à des incidents inattendus tout au long de la route, Charlie et Gavin pourront-ils ouvrir une voie vers un futur ensemble ? »
Mon avis : 

J’avais gagné cet ebook via un blog au moment de Noël, et bien sûr, je ne l’ai pas du tout lu à la bonne période !
L’intrigue est très simple : deux ex se retrouvent à parcourir tout le pays pour rentrer chez eux à Noël…dans la même voiture. C’est partir pour 43h de trajet ! 
Autant le dire tout de suite, cette lecture n’était pas exceptionnelle. Mais j’avoue que j’ai passé un très bon moment et que je me suis replongée dans l‘ambiance de Noël avec plaisir. En pleine tempête de neige, ils sont obligés de revenir sur leur histoire pour avancer. 
A partir de la petite soeur de Charlie, Ava, la conversation s’engage et tous les non-dits ressortent. le voyage se transforme vite en purge émotionnelle et le tout est puissant. Parfois trop peut-être car j’ai regretté que pendant les scènes de sexe (car oui il y en a, des années de frustration il faut bien se lâcher) le tout soit assez « violent », il n’y a pas vraiment de romantisme, juste des paroles très crues. Pour moi qui suis une romantique dans l’âme, j’ai trouvé ça dommage, d’autant que le reste du temps, les deux personnages ont des gestes très tendres l’un pour l’autre. 
Hormis ces scènes trop brutales pour moi, j’ai vraiment trouvé ce roman mignon comme tout, qui aborde en douceur le thème du coming-out, du rejet, de l’acceptation. Une bonne romance de Noël mêlée à un road-trip explosif ! Un bon 16/20. 
Autobiographie·Homosexualité

Lettre à Hervé, Eric Sagan

Titre : Lettre à Hervé
Auteur : Eric Sagan
Edition : Autoédité
Pages : 112
Prix : 9,90€
4e de couverture : « Il y a 24 ans, tout a commencé par un cahier qu’Hervé n’aurait jamais dû voir. Puis, il y a eu cette lettre. 24 ans après l’avoir écrite, 24 ans après avoir osé la donner à son destinataire, voici que la vie la renvoie à l’expéditeur, brute, touchante et drôle. Pour parler de ce livre, il faut raconter l’histoire du livre lui-même. Il était une fois un garçon d’une vingtaine d’années. Qui tombe amoureux d’un mec. D’un mec hétéro. Rien de très original. Mais ce garçon se met en tête d’écrire une lettre. Dans cette lettre, il va raconter sa vie, son enfance, ses peurs, ses péripéties d’enfant normal, ou presque, péripéties touchantes, souvent drôles, parfois choquantes, toujours humaines. Cette lettre il la donne à Hervé. Et il la donnera également plus tard à ses parents, en se rendant compte qu’il n’avait jamais rien écrit de mieux pour expliquer qu’il était différent. Des années passent. Il reçoit alors l’appel d’un inconnu : le psychologue de son père. Il apprend que son père s’était lui aussi servi de cette fameuse lettre, pour parler de son fils sur le divan. Pourquoi ce psy avait-il appelé ? Pour demander l’autorisation de faire lire cette lettre à un autre patient, dont le fils était gay, lui aussi. Pour l’aider à accepter son fils. Cette histoire, vraie, et d’autres événements de la vie, allaient finir par convaincre l’auteur de publier cette lettre, sous forme de fiction, en préservant l’authenticité de l’original. Voici donc « Lettre à Hervé ». »
Mon avis : 

Je remercie énormément Livraddict et l’auteur pour m’avoir envoyé ce livre, d’autant plus que l’auteur a laissé une lettre avec le livre, ce qui est toujours très agréable. 
Comme le résumé le dit, ce livre se compose de deux lettres : l’une est la lettre originale écrite à Hervé, la seconde est une autre lettre à Hervé écrite par l’auteur de nos jours. Je m’attendais à une lecture émouvante. C’est l’écriture d’un jeune homme de 24 ans qui nous raconte son histoire avec ses mots : la relation à double tranchant avec le père, les premières amours, la découverte de l’homosexualité. Le tout ponctué de touches d’humour pour dédramatiser cette lettre si personnelle. J’avoue avoir espéré en apprendre plus sur le père et cette histoire de psychologue, mais l’auteur a fait le choix de ne pas en parler plus car après tout, ce n’était pas son histoire et ce n’était pas le sujet du livre. Le sujet de ce livre était le cheminement de l’auteur jusqu’à la découverte et l’acceptation de son homosexualité. 
Contrairement à beaucoup de récits sur le sujet, l’auteur n’en fait pas trop, ne catégorise pas. Il parle d’amour avant de parler d’étiquettes, il parle de s’accepter soi-même avant de se révéler aux autres. Il parle des errances avant de trouver son chemin. Un beau récit de vie, tout en finesse qui m’a mis les larmes aux yeux et que je pense recommander longtemps. 
Tout au long du livre j’ai eu l’espoir d’avoir une réponse d’Hervé mais non, je n’ai eu que la seconde lettre de l’auteur et elle m’a apportée de l’espoir avant de me briser le coeur en pleins de petits morceaux. 
Un récit beau, simple, drôle et triste. Une belle leçon de vie que je recommande. 17/20.