Coup de coeur·Fantasy·Lib-Lit·Manga

La petite faiseuse de livres T.1, de Suzuka & Miya Kazuki

TitreLa petite faiseuse de livres 1

AuteurMiya Kazuki

EditionOtoto

Pages160

Prix6,99€

RésuméSi les livres n’existaient pas, il faudrait les inventer ! Une étudiante bibliovore se réincarne en petite fille dans un monde caractérisé par l’illettrisme, et où l’imprimerie semble n’avoir pas encore été inventée… Mais pour celle qui est morte écrasée par sa bibliothèque, les livres sont vitaux !! Il n’y a qu’une seule solution s’il n’y en a pas, elle va les fabriquer. Une bibliofantaisie pour les amoureux des livres, par des amoureux des livres !


Mon avis : 

Est-ce utile de vous indiquer pourquoi j’ai voulu lire ce livre ? Il suffit de regarder la couverture et le sujet…

On suit, une jeune bibliothécaire morte après l’écroulement d’une pile de livres sur elle et qui se réincarne en fillette de cinq ans, dans un univers où les livres n’existent presque pas. Ils sont réservés aux franges extrêmement riches de la population. Notre héroïne décide alors d’en fabriquer elle-même mais plusieurs obstacles s’imposent : comment faire quand on est dans le corps d’une enfant de cinq ans et avec une famille sur le dos ?

C’est le point de départ d’un manga aussi mignon qu’intelligent. Avec douceur, on entre dans un univers quasi médiéval et notre héroïne se voit contrainte de tout fabriquer elle-même : shampoing, bougies odorantes, … Autant de fabrications dont elle nous donne la recette de manière succincte mais qui permettent de se rendre compte de l’origine de ces produits du quotidien. Avec ce premier tome, on apprend des choses tout en découvrant l’univers et les personnages.

Ceux-ci sont d’ailleurs tous plus adorables les uns que les autres, que ce soit par leur apparence ou leur caractère. Les illustrations me font beaucoup penser à des chibis, bien qu’ils soient un peu plus détaillés. Les personnages ont des caractères assez doux, hormis celui de notre héroïne qui est très combative. Mais ils sont pour l’instant effacés au profit de Mai (si je ne me trompe pas de nom), qui demeure le personnage principal. J’espère les voir prendre un peu plus de place par la suite car ils pourraient apporter beaucoup à l’histoire, notamment sur la culture dans ces univers particulier.

En somme, c’est un manga coup de coeur pour sa douceur et son sujet, qui est à lire de toute urgence !

Lib-Lit·TOP 10

TOP 10 : Ces livres avec des livres !

Peut-être l’avez-vous vu ces dernières années, mais un nouveau genre littéraire s’est développé : la lib-lit. Contraction de library (bibliothèque en anglais) et de litterature (pas d’accent car c’est le mot anglais), ce genre regroupe les histoires se passant dans ce que je qualifierai d' »univers littéraire ». Pour moi, ce sont les romans où les livres ont une grande place, et j’apprécie particulièrement ce genre un peu doudou. C’est donc parti pour les 10 livres qui entrent dans cette catégorie ou s’en approchent de par le rôle des livres dedans, et que j’ai adoré !

 

 

  • La bibliothèque des coeurs cabossés, de Katarina Bivald

Tout commence par les lettres que s’envoient deux femmes très différentes : Sara Lindqvist, vingt-huit ans, petit rat de bibliothèque mal dans sa peau, vivant à Haninge en Suède, et Amy Harris, soixante-cinq ans, vieille dame cultivée et solitaire, de Broken Wheel, dans l’Iowa. Après deux ans d’échanges et de conseils à la fois sur la littérature et sur la vie, Sara décide de rendre visite à Amy. Mais, quand elle arrive là-bas, elle apprend avec stupeur qu’Amy est morte. Elle se retrouve seule et perdue dans cette étrange petite ville américaine.
Pour la première fois de sa vie, Sara se fait de vrais amis – et pas uniquement les personnages de ses romans préférés –, qui l’aident à monter une librairie avec tous les livres qu’Amy affectionnait tant. Ce sera pour Sara, et pour les habitants attachants et loufoques de Broken Wheel, une véritable renaissance.
Et lorsque son visa de trois mois expire, ses nouveaux amis ont une idée géniale et complètement folle pour la faire rester à Broken Wheel…

=> La chronique

 

  • La lettre oubliée, de Nina George

Il a toujours un livre en tête pour soulager les maux de l’âme : dans sa « Pharmacie littéraire » installée sur une péniche, le libraire Jean Perdu vend des romans comme on vendrait des remèdes pour vivre mieux. Il sait soigner tout le monde – à l’exception de lui-même.
Cela fait vingt-et-un an, déjà, que Manon, la belle Provençale, s’est éclipsée pendant qu’il dormait en lui laissant pour tout adieu une lettre qu’il n’a jamais osé ouvrir. Mais voilà qu’arrive l’été, un été pas comme les autres qui verra Jean Perdu s’échapper de la rue Montagnard pour s’engager dans un voyage au pays des souvenirs, en plein cœur de la Provence, avant de revenir à la vie.
Une histoire pleine de chaleur, de réflexion et de drôlerie, racontée avec beaucoup de finesse, qui va tout droit au cœur du lecteur.

=> La chronique

 

  • Le coeur entre les pages, de Shelly King

Maggie, 34 ans, vient d’être licenciée de la start-up branchée de la Silicon Valley où elle travaillait. Que faire sinon traîner au Dragonfly, la pittoresque librairie de livres d’occasion ? Lassé de la voir végéter, Dizzy, son meilleur ami, lui propose de participer à un club de lecture. Au programme : L’Amant de Lady Chatterley. Dans l’édition ancienne qu’elle déniche, Maggie découvre une mystérieuse correspondance amoureuse… Cette découverte va bouleverser la vie de la jeune femme et celle de la petite librairie menacée de fermeture par la concurrence. Le tout sous les yeux espiègles de Grendel, le chat qui a élu domicile parmi les rayonnages.

=> La chronique

 

  • Fahrenheit 451, de Ray Bradbury

451 degrés Fahrenheit représentent la température à laquelle un livre s’enflamme et se consume.
Dans cette société future où la lecture, source de questionnement et de réflexion, est considérée comme un acte antisocial, un corps spécial de pompiers est chargé de brûler tous les livres dont la détention est interdite pour le bien collectif. Montag, le pompier pyromane, se met pourtant à rêver d’un monde différent, qui ne bannirait pas la littérature et l’imaginaire au profit d’un bonheur immédiatement consommable.
Il devient dès lors un dangereux criminel, impitoyablement pourchassé par une société qui désavoue son passé.

 

  • Dash and Lily’s Book of Dares, de David Levithan & Rachel Cohn

“I’ve left some clues for you.
If you want them, turn the page.
If you don’t, put the book back on the shelf, please.”

So begins the latest whirlwind romance from the New York Times bestselling authors of Nick & Norah’s Infinite Playlist. Lily has left a red notebook full of challenges on a favorite bookstore shelf, waiting for just the right guy to come along and accept its dares. But is Dash that right guy? Or are Dash and Lily only destined to trade dares, dreams, and desires in the notebook they pass back and forth at locations across New York? Could their in-person selves possibly connect as well as their notebook versions? Or will they be a comic mismatch of disastrous proportions?

=> La chronique

 

  • Madame Bovary, de Gustave Flaubert

Pour son malheur, Emma Bovary est née femme et vit en province. Mère de famille contrainte de demeurer au foyer, elle mène une existence médiocre auprès d’un mari insignifiant. Pourtant, Emma est nourrie de lectures romantiques et rêve d’aventures, de liberté et surtout de passion. L’ennui qui la ronge n’en est que plus violent, au point de la pousser à l’adultère.

 

  • Le liseur du 6h27, de Jean-Paul Didierlaurent

Guylain Vignolles est préposé au pilon et mène une existence maussade et solitaire, rythmée par ses allers-retours quotidiens à l’usine. Chaque matin en allant travailler, comme pour se laver des livres broyés, il lit à voix haute dans le RER de 6H27 les quelques feuillets qu’il a sauvé la veille des dents de fer de la Zerstor 500, le mastodonte mécanique dont il est le servant.
Un jour, Guylain découvre les textes d’une mystérieuse inconnue qui vont changer le cours de sa vie…

=> La chronique

 

  • Le maître des livres, d’Umiharu Shinohara
À la bibliothèque pour enfant « La rose trémière » vous êtes accueillis et conseillés par Mikoshiba, un bibliothécaire binoclard célèbre pour son caractère bien trempé. Mais contrairement à ce qu’il peut laisser paraître, c’est un professionnel de premier ordre. Aujourd’hui encore, adultes comme enfants perdus dans leur vie viennent à lui en espérant qu’il leur trouvera le livre salvateur.

 

  • Le pays des contes, de Chris Colfer

Il était une fois, dans une ville parfaitement ordinaire, des jumeaux prénommés Alex et Conner… Le jour où leur grand-mère leur offre un livre ancien, Le Pays des contes, leur vie plutôt morose change du tout au tout.Et pour cause !Ce grimoire se révèle magique et les transporte dans un univers où les contes sont devenus réalité. Sauf que ce monde est beaucoup moins merveilleux que celui des belles histoires qu’ils ont lues. Boucle d’Or est une criminelle recherchée, Blanche Neige dissimule un lourd secret, et le Petit Chaperon Rouge n’a même plus peur du loup. Pour rentrer chez eux, Alex et Conner n’ont qu’un seul moyen : rassembler huit objets magiques comme la pantoufle de Cendrillon ou encore des cheveux de Raiponce, tout en tentant d’éviter les foudres de la Méchante Reine. Car cette dernière semble avoir un plan machiavélique qui pourrait bien piéger les jumeaux dans cette étrange contrée. À tout jamais.

=> La chronique

 

  • Tour B2 mon amour, de Pierre Bottero

 » Un coup frappé à la porte. Un surveillant entra. Je vous amène la nouvelle élève, elle s’était égarée dans les couloirs… La fille pénétra dans la classe. C’était elle, bien sûr, pensa Tristan. Comme si tout était écrit à l’avance. Je le crois pas ! tonitrua Said. Tristan a flashé sur cette meuf ! Un silence total s’abattit sur la classe. Tristan avait une drôle de boule nouée à l’intérieur du ventre. Une boule faite d’un sentiment étrange qu’il n’avait pas envie d’analyser. Pas encore.  » Dans la rue de Vienne où se dresse la tour B2, un premier amour s’écrit sur le béton.

 

Comédie·Contemporain·Jeunesse·Lib-Lit·Romance

Bookishly Ever After, Isabel Bandeira

TitreBookishly ever after

Auteur : Isabel Bandeira

EditionSpencer Hill Contemporary

Pages375

Prixebook à moins d’1€

RésuméIn a perfect world, sixteen-year-old Phoebe Martins’ life would be a book. Preferably a YA novel with magic and a hot paranormal love interest. Unfortunately, her life probably wouldn’t even qualify for a quiet contemporary.
But when Phoebe finds out that Dev, the hottest guy in the clarinet section, might actually have a crush on her, she turns to her favorite books for advice. Phoebe overhauls her personality to become as awesome as her favorite heroines and win Dev’s heart. But if her plan fails, can she go back to her happy world of fictional boys after falling for the real thing?

Mon avis : 

J’ai mis plusieurs semaines à lire cette jolie romance et je ne sais pas pourquoi : parce qu’elle était en anglais ? Que c’était si mignon que je ne voulais pas quitter les personnages ? Sans doute un peu des deux, toujours est-il que ce contemporain se lit comme un petit bonbon que l’on mange lentement pour l’apprécier complètement.

On suit Phoebe, une « geek » des livres et du tricot, si geek qu’elle passe ses repas avec ses amis à lire; jusqu’à ce que son amie Em la persuade que Dev est amoureux d’elle et ne tente de les pousser ensemble. L’histoire n’est pas très compliquée, pendant plus de 300 pages, on les voit se tourner autour, plaisanter au sujet des livres, s’apprécier et se découvrir. Concrètement, ce roman ne casse pas trois pattes à un canard mais il est vraiment mignon et si vous êtes en manque de douceur je ne peux que vous le conseiller.

Les personnages sont tous attachants à leur manière et l’auteur prend le soin d’inclure des personnages LGBT sans pour autant que ça les définissent en tant que personne (ce qui est malheureusement souvent le cas). Le couple Dev/Phoebe fonctionne à merveille de part leur alchimie. Quant à Phoebe en particulier, comment ne pas se reconnaitre dans cette fangirl qui a appris l’arc pour ressembler à son héroïne de roman préférée et qui se fait des cosplays pour assister aux dédicaces de l’auteur ? Certes je ne suis pas aussi extrême mais c’est beau de voir des personnages aussi impliqués dans un univers.

Si vous vous inquiétez du niveau d’anglais, il n’y a pas besoin car c’est très accessible, il n’y a que peu de vocabulaire spécifique. De plus presque toutes les fins de chapitre sont des extraits du roman favori de Phoebe ce qui donne un petit plus à l’histoire. Un joli 16/20 pour cette petite romance contemporaine.

My review :

I spent several weeks reading this lovely romance and I do not know why: because it was in English? Because it was so cute that I did not want to leave the characters? Doubtless a bit of both, it is just that this contemporary reads like a little candy that one eats slowly to appreciate it completely.

We follow Phoebe, a « geek » of books and knitting, so geek that she spends her meals with her friends to read; Until her friend Em convinces her that Dev is in love with her and try to push them together. The story is not very complicated, for more than 300 pages, we see them turning around each other, joking about books, appreciating and discovering themselves. Concretely, this novel does not break three legs to a duck but it is really cute and if you are in lack of sweetness I can only advise you.

The characters are all engaging in their own way and the author takes care of including LGBT characters without this character designing them (which is unfortunately often the case). The couple Dev / Phoebe works marvelously from their alchemy. As for Phoebe in particular, how not to recognize myself in this fangirl who learned the bow to resemble her favorite heroine of novel and who makes cosplays to attend the dedications of the author? Certainly I am not so extreme but it is beautiful to see characters so involved in a universe.

If you are worried about the level of English, there is no need because it is very accessible, there is little specific vocabulary. In addition almost all the end of chapter are extracts of the favorite novel of Phoebe which gives a little more to the story. A nice 16/20 for this little contemporary romance.

Bien-être·Contemporain·Jeunesse·Lib-Lit·Romance

La bibliothèque des coeurs cabossés, Katarina Bivald

TitreLa bibliothèque des coeurs cabossés

AuteurKatarina Bivald

Edition : J’ai Lu

Pages508

Prix10€

RésuméTout commence par un échange de lettres sur la littérature et la vie entre deux femmes que tout oppose : Sara Lindqvist, jeune Suédoise de vingt-huit ans, petit rat de bibliothèque mal dans sa peau, et Amy Harris, vieille dame cultivée de Broken Wheel, dans l’Iowa. Lorsque Sara perd son travail de libraire, son amie l’invite à venir passer des vacances chez elle. A son arrivée, une malheureuse surprise l’attend : Amy est décédée. Seule et déboussolée, Sara choisit pourtant de poursuivre son séjour à Broken Wheel et de redonner un souffle à cette communauté attachante et un brin loufoque… grâce aux livres, bien sûr.

Mon avis :

Je sais je sais, j’arrive après la bataille, c’était l’année dernière que ce livre faisait fureur… mais que voulez-vous, avant je le trouvais trop cher, puis j’ai oublié, mais en voyant cette magnifique édition en hardback, je me suis dit que c’était le moment !

Les chapitres alternent entre des lettres d’Amy à Sara et l’histoire de Sara venue à Broken Wheel et apprenant qu’Amy est morte. A travers les écrits et la narration, on découvre le quotidien et l’histoire de la petite ville de Broken Wheel. Oh comme j’aime les histoires qui se concentrent sur la vie quotidienne d’une petite ville perdue et de ses habitants ! Ce roman rempli parfaitement ces critères, avec le petit plus que le livre est parsemé de références littéraires ! Au fil de l’histoire, les personnages nous conseillent et nous font découvrir des livres, comme des amis qui aiment à partager leurs découvertes et c’est un vrai plaisir !

Au début j’étais perplexe quant aux habitants de Broken Wheel : pourquoi semblaient-ils tant tenir à ce que Sara reste dans la ville alors qu’Amy était morte et qu’ils ne la connaissaient pas ? Puis finalement je me suis prise au jeu et en une journée, j’ai dévoré ce roman. Voir l’amour des livres faire revivre une petite ville américaine, ça fait chaud au coeur. La seconde moitié du roman prend une tournure plus loufoque mais ce n’est pas forcément un mal, ça fait juste passer le roman de romance contemporaine à contemporain feel-good et déjanté. Différentes thématiques sont abordées, mais toujours en douceur : les « cougars », la mort des petites villes, l’importance de la lecture, les relations noir/blanc en Amérique, l’immigration,…

En fait, si je devais définir ce roman par un mot, ce serait « douceur ». Il est doux par son sujet, par la plume de l’auteur, par la narration. Ici pas de violence, pas de grandes passions et de tristesse insondable. Juste de la douceur, de la vie quotidienne, une pointe d’humour et beaucoup de livres ! En bref ? Un roman feel-good, parfait pour l’été et pour les amoureux des livres ! Un joli 16/20

Déception·Fantastique·Lib-Lit

Library Jumpers 1 : La voleuse de secrets, Brenda Drake

Titre : La voleuse de secrets

Auteur : Brenda Drake

Edition : Lumen

Pages : 492

Prix : 15€

Résumé : « Fervente lectrice, passionnée d’escrime, Gianna a perdu sa mère à l’âge de quatre ans. Elle visite pour la première fois l’Athenæum, l’une des plus anciennes bibliothèques de Boston, accompagnée de ses deux meilleurs amis, quand elle remarque le comportement étrange d’un mystérieux jeune homme. L’inconnu finit même par se volatiliser presque sous ses yeux, penché sur un volume des Plus Belles Bibliothèques du monde. Lorsque Gia s’approche à son tour de l’ouvrage, elle se retrouve transportée de l’autre côté du globe, à Paris, dans une magnifique salle de lecture dont une bête menaçante arpente les rayons, comme elle ne tarde pas à le réaliser avec un frisson… La jeune fille vient de mettre le doigt dans un terrible engrenage : une poignée de bibliothèques anciennes mène en effet vers un monde où magiciens, sorcières et créatures surnaturelles s’affrontent depuis des siècles pour éviter que le peuple des hommes ne découvre leur existence. Gia apprend qu’elle est l’une des Sentinelles chargées de protéger cette société secrète. Pire encore, qu’elle est la fille de deux de ces guerriers d’exception – une union interdite – et que sa naissance n’est autre que le présage de la fin du monde. Une malédiction qui lui interdit absolument de se rapprocher d’Arik, l’inconnu aux yeux noirs de l’Athenæum… « 

Mon avis

Ce roman étant un service de presse reçu dans le cadre de mon poste de chroniqueuse chez Songe d’une nuit d’été, vous pouvez retrouver ma chronique sur le site, ici !
 
Contemporain·Lib-Lit

La lettre oubliée, Nina George

Titre : La lettre oubliée

Auteur : Nina George

Edition : Charleston

Pages : 497

Prix : 21€

Résumé : « Il a toujours un livre en tête pour soulager les maux de l’âme : dans sa « Pharmacie littéraire » installée sur une péniche, le libraire Jean Perdu vend des romans comme on vendrait des remèdes pour vivre mieux. Il sait soigner tout le monde – à l’exception de lui-même. Cela fait vingt-et-un an, déjà, que Manon, la belle Provençale, s’est éclipsée pendant qu’il dormait en lui laissant pour tout adieu une lettre qu’il n’a jamais osé ouvrir. Mais voilà qu’arrive l’été, un été pas comme les autres qui verra Jean Perdu s’échapper de la rue Montagnard pour s’engager dans un voyage au pays des souvenirs, en plein cœur de la Provence, avant de revenir à la vie. Une histoire pleine de chaleur, de réflexion et de drôlerie, racontée avec beaucoup de finesse, qui va tout droit au cœur du lecteur. »

 

Mon avis : 
 
Ce livre étant un service presse reçu dans le cadre de mon poste de chroniqueuse chez Songe d’une nuit d’été, vous pourrez retrouver ma chronique sur le webzine ici !

La Playlist (toutes les chansons auxquelles je pense pendant ma lecture) :

– Brave, version de Glee (chapitres 27-28 à peu près)
– Get it right, Glee (en faisant la chronique)

Contemporain·Lib-Lit

Le coeur entre les pages, Shelly King

Titre : Le coeur entre les pages

Auteur : Shelly King

Edition : Préludes

Pages : 384

Prix : 14,60€

Résumé : « Maggie, 34 ans, vient d’être licenciée de la start-up branchée de la Silicon Valley où elle travaillait. Que faire sinon traîner au Dragonfly, la pittoresque librairie de livres d’occasion ? Lassé de la voir végéter, Dizzy, son meilleur ami, lui propose de participer à un club de lecture. Au programme : L’Amant de Lady Chatterley. Dans l’édition ancienne qu’elle déniche, Maggie découvre une mystérieuse correspondance amoureuse… Cette découverte va bouleverser la vie de la jeune femme et celle de la petite librairie menacée de fermeture par la concurrence. Le tout sous les yeux espiègles de Grendel, le chat qui a élu domicile parmi les rayonnages. »

Mon avis : 
 

J’avais repéré ce livre il y a quelques mois avant de l’acheter aux Etonnants Voyageurs. Le pitch me tentait beaucoup : c’est l’histoire de Maggie, une femme trentenaire qui s’est faite viré d’une entreprise qu’elle avait contribué à créer. Alors qu’elle traîne au Dragonfly, la librairie dirigée par son voisin Hugo, son meilleur ami Dizzy lui propose quelque chose : participer à un club de lecture dirigée par une dame du conseil d’administration de l’entreprise qui l’a virée, et qui, si on lui en met plein la vue, peut réintégrer Maggie dans l’entreprise. Le roman ? « L’amant de Lady Chatterley ». Hugo lui en déniche un vieil exemplaire en ruine, dedans, des notes, une correspondance entre Henry et Catherine, deux inconnus, et sur le livre, une date : 1961. Entre lecture, recherche et remise sur pieds de la librairie, Maggie va se découvrir et découvrir ce pour quoi elle est faite.

J’ai bien aimé cette petite histoire. L’atmosphère m’a forcément beaucoup plu, il y a de nombreuses références littéraires qui m’ont fait sourire et j’ai eu l’impression de sentir l’odeur des vieux livres avec un chat qui me regardait. J’ai apprécié que ce livre soit vraiment centré sur la découverte que Maggie fait d’elle-même, et pas sur une quelconque romance qui lui fait voir le monde différemment.

J’ai beaucoup aimé les différentes relations entre les personnages et leurs évolutions. Je les ai trouvées particulièrement bien décrites et réelles. Tout n’y est pas rose, certaines personnes changent, … La personnalité de Maggie se révèle plus complexe qu’elle ne semble au premier abord. On voit que c’est vraiment une femme perdue, anéantie par son licenciement. Son dénuement est plus moral que matériel et la voir remonter doucement la pente comme ça c’est très beau et encourageant !
Au contraire de Dizzy que j’ai trouvé très superficiel, les personnages d’Hugo et de Jason m’ont beaucoup touchée. Je les ai trouvés à la fois fragiles et forts, ils sont chacun émouvants à leur manière et j’étais triste de les quitter.

En ce qui concerne la plume de l’auteur, j’ai eu un peu de mal au début car je l’ai trouvé assez dense et je ne m’y attendais pas. Cependant, une fois que je m’y suis habituée, j’ai bien aimé son style. Ce roman est une histoire  très agréable à lire, elle donne envie de se pelotonner sous une couette, avec un chocolat chaud et un bon roman ! Un joli 16/20.