Aventure·Dystopie·Jeunesse·Romance·Science-Fiction

Phobos², Victor Dixen

TitrePhobos 2

AuteurVictor Dixen

EditionCollection R

Pages496

Prix17,90€

RésuméReprise de la chaïne Genesis dans
3 secondes…
2 secondes…
1 seconde…
Ils croyaient maîtriser leur destin.
Ils sont les douze pionniers du programme Genesis.
Ils pensaient avoir tiré un trait sur leur vie d’avant pour devenir les héros de la plus fabuleuse des odyssées.
En réalité, ils sont les victimes de la plus cruelle des machinations.
Elle croyait maîtriser ses sentiments.
Sur Mars, Léonor espérait trouver la gloire et, pourquoi pas, l’amour.
Elle pensait pouvoir ouvrir son coeur sans danger.
En réalité, elle a ouvert la boîte de Pandore du passé.
Même si les souvenirs tournent au supplice, il est trop tard pour oublier.

 

Mon avis : 

J’avais plutôt bien apprécié le premier tome que j’avais trouvé très rapide à lire et très original avec ce mélange de conquête de l’espace et de télé-réalité.

Ici, nos personnages sont prêts à prendre une décision capitale : prendre le risque de mourir sur la route du retour ou tenter le tout pour le tout sur Mars. Evidemment, vu qu’il y a plusieurs tomes, on se doute de la décision et c’est donc le séjour des premiers humains sur Mars qu’on suit particulièrement ici ! Pourquoi un habitat est-il défectueux ? Comment le réparer ? Les couples vont-ils tenir après s’être formés aussi « rapidement » ? Comment se prémunir de Serena qui a la main mise sur la pressurisation des habitats ? Pleins de questions qu’on prend plaisir à découvrir !

On redécouvre nos personnages chéris, particulièrement Kris et Marcus pour moi. J’ai eu plaisir également à m’attacher à Kelly et Kenji, qui prennent un peu plus de place bien qu’ils demeurent discrets. Et même quand on pense tout connaitre des personnages, Victor Dixen arrive encore à nous surprendre avec une grosse révélation qui fait office de cliffhanger pour le début du tome 3 !

Ce livre se dévore, mais même si j’ai adoré, j’ai trouvé que parfois certains passages étaient « vides » dans le sens où je n’en voyais pas trop l’intérêt car c’était des choses qu’on savait déjà, ou des tergiversations de personnages dont on connaissait déjà l’issue. Ca ne m’arrive pas souvent mais du coup parfois je lisais en diagonale, pour autant j’ai adoré ce livre, c’est juste que je ne pouvais pas m’empêcher de sauter ces pages car elles ne me passionnaient pas.

Un roman addictif, qui se lit en quelques heures et nous laisse à cran pour la suite, un joli 16/20.

Contemporain·New Romance·Romance

Marked Men 3 : Rome, Jay Crownover

TitreRome

AuteurJay Crownover

EditionHugo Roman

Pages440

Prix17€

RésuméIntrépide et pleine de vie, Cora Lewis est aussi celle qui veille sur ses amis  » bad boys  » tatoueurs, d ans le salon Marked où elle officie comme perceuse. Derrière son apparente joie
se cache un coeur brisé et Cora est bien décidée à ne plus jamais se laisser embraser par une passion dévorante.
Elle attend maintenant l’homme parfait, sans bagages douloureux ni histoire dramatique, avec qui elle pourra s’engager. Et elle rencontre Rome Archer. Sous ses airs rassurants d’ancien soldat, Rome est en fait têtu, autoritaire et rigide. Pas très  » homme parfait  » ! Et surtout il revient du front…
Si Rome avait l’habitude d’être le grand frère protecteur, le fils aimant, le b on soldat, aujourd’hui il n’est aucun de ces hommes-là. Traumatisé, il cherche un moyen de survivre et de reprendre le cours de sa vie, malgré les démons de la guerre qui le rongent. Pour cela, il pensait être seul, jusqu’à ce que Cora débarque dans sa vie et l’éclaire de mille couleurs. Parfois les mauvais chois sont les meilleurs.

 

Mon avis : 

J’ai enchainé ce tome après avoir refermé « Jet », j’avais beaucoup trop envie de savoir comment Cora et Rome pourraient finir ensemble après avoir pris un si mauvais départ. Et je n’ai pas été déçue, Jay Crownover livre encore une superbe romance, à la fois douce et piquante, addictive, dramatique et pleine de vie ! 

Cora est un personnage qu’on ne peut qu’aimer pour son énergie, et elle est un peu l’exemple de la femme trahie, décidée à chercher l’homme parfait pour ne plus risquer d’être blessée. Mais à trop se focaliser sur l’idée d’un homme parfait, elle se bloque à un bonheur possible avec Rome et c’est ce qui m’a parfois fait rager contre elle. D’un autre côté, Rome est un homme détruit par la guerre. Ancien soldat, il souffre du traumatisme du survivant et a du mal à se réhabituer à la vie civile. Aidé par le propriétaire du Bar, par des anciens soldats et par les Marked Men, il essaie de se rapprocher de Cora, qui le sort de toute la noirceur qui l’habite.

J’ai beaucoup aimé ce couple, ils sont le jour et la nuit mais ils fonctionnent si bien ensemble, ils se tirent mutuellement vers le haut : Rome loin de ses démons, Cora loin de son ex fiancé. J’ai apprécié que l’auteur montre un couple dépassé par les événements et qui doivent gérer un « incident » et se renforce à travers lui. C’est beau, ça donne espoir en l’amour.

Pour la première fois, on a un personnage non tatoué, ça permet de montrer un regard extérieur à l’univers du tatouage et c’est intéressant de voir Rome un peu réticent, alors qu’on avait pris l’habitude de personnages qui en faisaient l’apologie. C’est encore une fois une belle romance, je ne peux que la recommander c’est un joli 18/20.

Contemporain·Erotique·New Romance·Romance

Night Owl 1 : Long Night, M. Pierce

TitreLong Night

AuteurM. Pierce

EditionHugo Roman

Pages320

Prix17€

RésuméÀ vingt-huit ans, Matt Sky a une vie parfaite. Il a une belle petite amie, il a hérité d’une véritable fortune, et il a déjà écrit quatre best-sellers sous le pseudonyme de M. Pierce.
À vingt-sept ans, Hannah Catalano a été victime d’un accident de train. Son petit ami est un looser fauché et elle déteste son boulot.
Matt et Hannah se rencontrent sur le net en tant que partenaires d’écriture. Leur relation est platonique et innocente… Jusqu’à ce que Matt voit une photo d’Hannah. Ce portrait de la jeune femme suscite une irrésistible attraction sur lui. Et lorsque les circonstances les amènent à se rencontrer, Matt et Hannah vont vivre une histoire d’amour passionnée, émouvante, inoubliable, incontrôlable et imparable.

 

Mon avis : 

Allez savoir pourquoi, pendant les vacances, j’ai eu une semaine où je n’avais envie de lire que des romances, et plus particulièrement des romances érotiques. On peut dire que j’ai trouvé mon compte ici, même si j’ai quelques défauts à reprocher au livre.

L’histoire est racontée des points de vue de nos deux personnages principaux. Matt est un trentenaire riche, auteur sous pseudonyme, il vit avec sa copine mais souffre de ce qui semble être une dépression. Il se traine dans son existence et sa seule réelle distraction est sa discussion avec Hannah. De l’autre côté nous avons Hannah justement, une jeune femme qui vient de quitter son mec car elle s’ennuyait dans leur relation. Un peu paumée dans sa vie, elle revient chez ses parents…dans le même état que Matt ! D’abord liés par une relation d’écriture purement professionnelle, ils dérivent rapidement dans les sextos et entament une relation sexuelle sans tabous et avec un petit jeu de domination.

Si j’ai dévoré le livre du fait de sa plume addictive, je n’ai pas pu m’empêcher d’y voir de nombreux clichés qui m’ont parfois fait lever les yeux au ciel. On retrouve le schéma classique de bon nombre de romances : l’homme dominant, la relation qui se développe d’abord dans le sexe, les secrets qu’on garde jusqu’à ce qu’ils éclatent et manque de détruire le couple. Les personnages ont eu des réactions tellement stupides des fois, des choix qui ont été faits et qui, s’ils avaient été censés, auraient pu éviter bien des problèmes. J’ai toutefois apprécié que pour une fois, un des héros ne soit pas libre, ça apporte un peu de piquant (même si je ne cautionne pas l’infidélité).

Hannah a un côté attachant pour sa naïveté et sa découverte de sa sexualité. Au contraire, j’ai eu beaucoup de mal avec Matt, qui m’a tapée sur les nerfs par ses décisions, sa façon d’être avec les autres et parfois avec Hannah, que je trouvais malsaine. Séparément les personnages sont déjà un peu agaçants mais ensemble, j’avais juste envie de prendre l’un pour taper sur l’autre. C’est un couple malsain, qui se détruit plus qu’autre chose et c’est frustrant à lire. Heureusement que le tout était addictif et que les scènes étaient bien écrites ! Ca restera un 14/20 pour moi.

Contemporain·Drame·New Romance·Romance

Ugly Love, Colleen Hoover

TitreUgly Love

AuteurColleen Hoover

EditionPocket

Pages384

Prix6,95€

RésuméTate, 23 ans, emménage provisoirement chez son frère à San Francisco. Lorsqu’elle tombe littéralement sur Miles, le voisin d’en face, l’attirance, réciproque, est immédiate.
Si le beau pilote de ligne aux yeux bleu caraïbe refuse catégoriquement toute attache, Tate n’a pas le temps pour la passion… Alors, pourquoi ne pas se laisser séduire ? Leur liaison est torride et leur arrangement parfait, tant que sont respectées les deux règles de Miles : ne pas parler du passé, ne rien espérer du futur…
Mais le cœur peut-il suivre d’autres règles que les siennes ? L’amour, même quand il n’est pas une évidence, sera-t-il plus fort que leurs promesses ?

 

Mon avis :

C’était le dernier Colleen Hoover qui a été traduit en français et qu’il me restait à lire, sans surprise c’est une très jolie romance.

L’histoire est constituée des points de vue de Tate, une jeune fille débordée et déçue par l’amour; et de Miles, son voisin, qui se refuse à tomber amoureux pour une obscure raison. Inexplicablement attirés ils se lancent dans la seule relation possible pour eux : une relation purement sexuelle. Ce roman change un peu des autres Colleen Hoover car il est forcément plus centré sur le sexe et il y a plus de scènes que dans ses autres romances, pour autant le tout reste très bien écrit et pas vulgaire.

On s’attache aux personnages au même rythme qu’ils s’attachent l’un à l’autre, en découvrant au compte-gouttes leurs secrets : un premier amour puissant pour Miles, une ambition et une déception pour Tate. La relation de Tate avec son frère m’a beaucoup plu, on sent qu’ils s’aiment et que Corbin veut juste protéger sa petite soeur. J’ai aimé me retrouver au coeur de cette bande avec Tate, Ian, Corbin et Miles, ils sont soudés et on se sent vraiment comme dans une famille.

La révélation sur Miles m’a brisée le coeur car je ne m’attendais vraiment pas à ça. J’ai apprécié le traitement que Colleen Hoover a fait du personnage de Rachel, une femme qui a tout perdu et n’a pas supporté, préférant rejeter la faute sur l’autre, à qui il a fallu un long moment pour accepter les événements.

Ce roman est comme tous les Colleen Hoover : poignant, romantique, dramatique. Un joli 17/20.

Contemporain·New Romance·Romance

Marked Men 2 : Jet, Jay Crownover

TitreJet

AuteurJay Crownover

EditionHugo Roman

Pages400

Prix17€

RésuméJet, star d’un groupe de métal, est le fantasme de toutes les filles. Mais Ayden, jeune femme du Sud et fan de country, s’est déjà trop brûlé les ailes pour succomber à son charme. Ce qui attisera la flamme qui brûle en lui. Vont-ils arriver à s’aimer sans se consumer ?

 

Mon avis : 

Après avoir adoré le premier tome, et ayant une furieuse envie de romance, je n’avais aucune crainte quant à me lancer dans la suite de Marked Men.

On y retrouve Jet, ami de Rule qu’on suivait dans le premier tome, et Ayden, meilleure amie de Shaw la chérie de Rule. Entre l’une qui cache son passé sombre et l’autre qui n’a jamais été en couple et idéalise la première, on se doute que les choses vont être compliquées !

J’ai beaucoup aimé le personnage d’Ayden. Elevée dans le sud des Etats-Unis, elle a une histoire tragique qui donne une profondeur à l’histoire : comment se sortir d’un milieu où rien n’est fait pour qu’on ai confiance en soi, où tout est fait pour nous tirer vers le bas ? Ayden est une jeune femme qui a longtemps été manipulée par son frère comme monnaie d’échange. De ce fait, elle veut s’éloigner le plus possible de sa vie d’avant, mais son frère Asa la rattrape.

De même j’ai adoré Jet pour son côté très attaché à sa famille. Sa mère se fait battre mais refuse de se laisser aider. La famille de Jet et représentative des violences conjugales et des familles dysfonctionnelles : la femme se fait battre mais l’amour et la peur gouvernent tout, empêchant quiconque d’intervenir pour aider. A eux deux, nos personnages renvoient un message très fort : même si des membres de notre famille nous font mal à un point inimaginable, l’amour familial permet de pardonner énormément tout simplement parce qu’on ne choisit pas sa famille. 

Leur relation est ponctuée de hauts et de bas mais ils se découvrent et luttent envers et contre tous pour concilier amour et conflits externes à leur relation. J’ai peut-être un tout petit peu moins accroché qu’avec Rule, mais ce deuxième tome reste génial, un beau 16/20.

Aventure·Coup de coeur·Fantastique·Historique·Romance·Science-Fiction

Firebird 1 : A thousand pieces of you, Claudia Gray

TitreA thousand pieces of you

AuteurClaudia Gray

EditionHarper Teen

Pages384

Prix8,57€

RésuméMarguerite Caine’s physicist parents are known for their groundbreaking achievements. Their most astonishing invention, called the Firebird, allows users to jump into multiple universes—and promises to revolutionize science forever. But then Marguerite’s father is murdered, and the killer—her parent’s handsome, enigmatic assistant Paul—escapes into another dimension before the law can touch him. Marguerite refuses to let the man who destroyed her family go free. So she races after Paul through different universes, always leaping into another version of herself. But she also meets alternate versions of the people she knows—including Paul, whose life entangles with hers in increasingly familiar ways. Before long she begins to question Paul’s guilt—as well as her own heart. And soon she discovers the truth behind her father’s death is far more sinister than she expected.

 

Mon avis : 

Une couverture sublime et une promesse de voyage dans des dimensions parallèles, j’étais obligée de craquer ! Pour ceux qui s’inquiètent, je trouve que le vocabulaire est assez abordable, peut-être pas en première lecture, mais si on a déjà quelques livres en VO derrière soi, c’est tout à fait possible.

Le roman commence après la mort du père de Meg, apparemment assassiné par son apprenti Paul qui s’est ensuite enfui dans une dimension parallèle grâce au Firebird qu’ils avaient fabriqué. Meg, aidée par Théo, un autre apprenti, se lance à la poursuite de Paul dans le but de se venger et de le tuer. Au programme ? Rien de moins qu’un Londres un peu futuriste, et une uchronie de la Russie impériale avec le retour des Romanov ! Et oui, avec ce roman vous allez voyager, découvrir d’autres réalités possibles, et le mieux c’est que ça fonctionne à merveille !

Le voyage inter-dimensionnel est compliqué à aborder en littérature car en tant que lecteur, on est à l’affût de la moindre incohérence. Mais Claudia Gray ne nous laisse aucune prise pour la logique à la recherche de la petite bête. Tout est expliqué en temps et en heure, tout est parfaitement imbriqué, rien n’est laissé au hasard.

Les personnages sont très intéressants car ils ont forcément plusieurs personnalités du fait de leurs « doubles » dans les autres dimensions. J’ai eu une affection particulière pour leur version russe car ça m’a fait penser au dessin animé « Anastasia ». Et cette idée de multiples doubles est intéressante pour le développement de la romance : si Meg tombe amoureuse d’une version, peut-être aimer une autre version du même garçon alors qu’ils sont techniquement tout de même très proches ? C’est une interrogation qui est amorcée et que j’ai hâte de voir se développer ! Les personnages sont si bien campés que la révélation finale m’a surprise de bout en bout, je ne m’y attendais pas du tout !

J’ai tellement aimé ce roman qu’une fois refermé, je me suis empressée de commander la suite, que vous ne devriez donc pas tarder à voir apparaitre sur le blog ! Un joli 18/20.

Bien-être·Contemporain·Harcèlement·Jeunesse·Romance·Vie quotidienne

Miss Dumplin, Julie Murphy

TitreMiss Dumplin

AuteurJulie Murphy

EditionMichel Lafon

Pages380

Prix15,95€

RésuméWillowdeen ne s’est jamais préoccupée de son corps. Oui, elle est ronde, et alors ? Comme elle le dit toujours, un corps parfait pour la plage, c’est son corps dans un bikini, pas besoin d’être super slim pour s’assumer. Jusqu’au jour où elle se retrouve à travailler au fast-food du coin et qu’elle rencontre Bo, qui porte un peu trop bien son nom. Et autant Will n’est pas du tout surprise de le trouver attirant, autant elle est sous le choc lorsqu’il lui vole un baiser. Mais au lieu de se sentir pousser des ailes, Will commence à douter. Comment peut-il l’aimer quand le monde entier dit que les filles comme elle doivent être cantonnées aux seconds rôles ?
Peut-être ne s’assume-t-elle pas tant que ça au final ? Un seul moyen de retrouver confiance en elle : faire la chose la plus inimaginable qui soit… s’inscrire au concours de beauté local présidé par sa propre mère, ex-miss au corps filiforme. Entraînant dans son sillage tout un groupe de candidates faites pour tout sauf défiler, Will va montrer au monde, et surtout à elle-même, qu’elle aussi a sa place sous les projecteurs.

Mon avis :

Avec le film qui va sortir, voir ce livre en occasion comme neuf était un signe. C’est en plus une lecture parfaite pour l’été, légère et avec un beau message.

Will est une jeune femme que beaucoup qualifient de grosse. Elevée par sa mère, ancienne reine de beauté, et sa tante obèse, elle s’est toujours mise en retrait auprès de son amie Ellen à qui tout réussissait. Mais quand un homme tombe amoureux d’elle, elle qui ne pensait être critiquée que par les autres se retrouve à se critiquer elle-même. Quand en plus son amie s’inscrit au concours de beauté de sa mère alors que Will comptait enfin briller quelque part, tout s’effondre. C’est l’occasion pour elle de s’accepter, comprendre ses vraies envies et se faire de nouveaux amis. 

Le gros point fort de ce roman c’est bien évidemment l’affirmation que la taille ne compte pas. Peu importe qu’on soit gros ou mince, on mérite tous de briller et d’être aimé pour qui on est. J’ai apprécié que l’auteur ne tombe pas dans le cliché de la « grosse » qui bouleverse tous les clichés et s’assume jusqu’au bout et gagne le concours. Ici, Willowdean se remet constamment en question, elle se rend compte qu’avant que les autres s’acceptent, elle doit s’accepter elle-même et pas uniquement en apparence.

Willowdean est un personnage complexe car on a à la fois envie de l’aimer pour son combat et ses idées, et en même temps je l’ai personnellement trouvée égoïste et méchante gratuitement parfois. Ca rend l’évolution de ce personnage très intéressante car elle n’est pas complètement innocente. A ses côtés évoluent des personnages divers : adolescentes au physique ingrats, obèses, transsexuels, homosexuels,… Ca donne un casting haut en couleurs qui fait plaisir à voir !

J’ai aimé ce livre pour ses personnages, pour leur évolution et pour la bonne humeur qu’il dégage, c’est vraiment la lecture parfaite pour l’été alors lancez-vous ! C’est un joli 16/20 !