Contemporain·Coup de coeur·Drame·Manga·Romance·Shojo

Manga : Perfect World (T.1-10), de Rie Aruga

TitrePerfect World

AuteurRie Aruga

EditionAkata

Pages180/tome

Prix6,95€/tome

SérieSérie en cours. 

Résumé : Tsugumi, à 26 ans, est décoratrice d’intérieur. Un soir, lors d’une soirée de travail, qu’elle est sa surprise de retrouver autour de la table Hayukawa, son amour de lycée ! Mais depuis la fin de leurs études, le jeune homme, impliqué dans un accident, est en fauteuil roulant. Certaine que jamais elle n’aura la force (et l’envie) de fréquenter un homme « au corps amoindri », la jeune femme va pourtant sentir quelque chose bouger en elle…


Mon avis : 

Il y a longtemps que je n’avais pas eu de coup de coeur pour une série qui soit longue (plus de cinq tomes), que je n’avais pas éprouvé des émotions aussi fortes à la lecture d’un manga.

Perfect World est un manga qui aborde le sujet du handicap dans un couple où seule une des deux personnes est handicapées. Plusieurs thématiques sont amenées au fil des tomes : l’acception, le regard des autres, les difficultés quotidienne, l’accessibilité et les aménagements, la difficulté de faire des enfants, la PMA … Autant de sujets qu’on évoque finalement peu, hormis l’accessibilité des lieux publics, quand on parle du handicap. Ici, Hayukawa est handicapé moteur, il est en fauteuil roulant après que sa colonne vertébrale ait été touchée. Il ne peut plus marcher et nécessite des soins réguliers et un suivi pour avoir une vie normale. Pour autant, il a réussi à réaliser son rêve de devenir architecte, et oeuvre désormais pour promouvoir les habitants adaptées aux handicapés. Tsugumi est une jeune décoratrice d’intérieur qui ne s’attendait pas à tomber amoureuse d’une personne handicapée. Tout commence ici : comment accepter de vivre avec quelqu’un d’handicapé et avec les responsabilités que cela implique ? 

L’autrice aborde avec justesse les difficultés qui peuvent être rencontrées par les couples « mixtes »  et par les personnes handicapées elles-même. Elle ouvre également les yeux aux personnes qui, comme moi, ne sont pas concernées par ces problèmes. Loin de faire un shojo classique et cliché, où l’homme profite de sa beauté etc pour avoir une dominance sur la fille, on a là une vraie équipe. Si dans les premiers tomes, les larmes et interrogations constantes de Tsugumi m’ont énervée, elle évolue bien vite et se révèle plus forte qu’il n’y parait. Elle grandit en découvrant la vie d’adulte et de couple, ses difficultés et ses bonheurs.

Perfect World est un manga magnifique, qui m’aura fait pleurer et sourire à de nombreuses reprises et que j’aurai plaisir à continuer dès que la suite sortira.

Contemporain·Coup de coeur·Drame·Fantastique·Manga·Romance·Shojo

Manga : Good morning little briar-rose (1-6), de Megumi Morino

 

TitreGood Morning Little Briar-Rose

AuteurMeguni Morino

EditionAkata

Pages194/tome

Prix7.95€/tome

Nombre de tomes6

RésuméParce qu’il souhaite prouver à son père qu’il pourra arrêter ses études à la sortie du lycée, le jeune Tetsu a commencé à travailler comme employé de maison pour la prestigieuse famille Karasawa. à la demeure surnommée  » la maison au sommet de la colline « , le lycéen se doit de respecter une seule règle : ne pas surtout pas s’approcher de la petite annexe du jardin, dans laquelle réside cloîtrée la jeune fille malade de la famille Karasawa.
Pourtant, un jour, son regard croisera celui de la mystérieuse Shizu. Aussitôt attiré par son sourire empli de tristesse, Tetsu se permet alors de braver l’interdit… Il ne s’imagine pas encore les nombreux secrets qui entourent la jeune fille. Qui est-elle vraiment ?


 

Mon avis : 

Voici encore un coup de coeur manga que je ne peux que recommander !

Ici, il est en apparence question d’une romance entre un jeune homme travailleur et une jeune fille qui cache un secret… En réalité, on entre dans la romance entre un jeune homme qui travaille pour aider financièrement sa famille et une adolescente qui a des personnalités multiples. Mais au-delà de la schizophrénie, un côté plus fantastique explique cette particularité. C’est alors à Tetsu de trouver comment vivre avec les diverses personnalités de Shizu et de l’aider à vivre dans le monde réel et non recluse dans l’annexe de sa maison.

J’ai trouvé cette histoire très belle car plus profonde qu’une simple romance adolescente comme on le voit souvent dans les shojos. Le thème des multiples personnalités est encore trop peu abordé dans les mangas et même si c’est ici traité avec un aspect fantastique, l’auteure aborde tout de même l’isolement que ce trouble implique pour la personne qui le subit. Le manga aborde également le poids mental et financier que représente une personne qui nécessite d’importants soins médicaux sans que ceux-ci ne semblent porter leurs fruits et donc le dilemme qui s’en suit : faut-il continuer ou arrêter ?

Le tout est porté par de jolis dessins et des personnages charismatique, chaque personnalité de Shizu arrivant à tirer son épingle du jeu. Même les personnages secondaires comme les parents de Shizu ou les soeurs de Tetsu ne sont pas laissés au hasard et permettent également d’aborder le sujet de l’entourage familial et des diverses manières de vivre une même situation selon les personnages.

 

Comédie·Contemporain·Déception·Manga·Romance·Shojo

He is a beast 1-13, de Saki Aikawa

TitreHe is a beast

AuteurSaki Aikawa

EditionSoleil

Pages208/tome

Prix6,99€/tome

Nombre de tomes : 13

Résumé : La mère de Himari va se remarier, et suite à cela elle va devoir retourner dans sa ville natale qu’elle avait quittée depuis quatre ans. Lors de la rentrée scolaire, elle découvre que Keita Ogami, qui passait son temps à la tourmenter étant petite et à cause de qui elle a peur des hommes, se retrouve dans le même lycée qu’elle, pire encore… Dans la même classe ! Heureusement qu’il y a toujours le gentil Sasaeki. Mais pas de chance pour la jeune fille, Keita est toujours aussi désagréable ! Dépitée, Himari rentre le soir même découvrir sa nouvelle maison et faire la connaissance de son beau-père et de son fils. Elle était loin de s’imaginer que le nouveau mari de sa mère était en fait le père de l’ignoble Keita !

(Les couvertures présentées sont celles de doubles-tomes de chez France Loisirs, donc ma version, mais la série est régulièrement discontinuée donc j’ai indiqué les informations concernant l’édition la plus commune qui comporte un volume par tome).


Mon avis : 

J’attendais beaucoup de ce manga qui avait l’air adorable et tout mignon, une jolie petite romance quoi. Mais j’ai rapidement déchanté.

Certes, on a une mignonne petite romance entre Keita et Himari, avec la difficulté qu’ils sont demi-frère et demi-soeur par alliance. On a également de jolis dessins et des personnages attachants. Mais alors le traitement de la relation de couple est juste… choquant !

Très clairement, on a là un couple dont la relation est fondée sur la manipulation et la possessivité. Keita, le personnage masculin, est un pervers narcissique, il dit clairement dans le texte qu’Himari est son « jouet » qu’il n’aime pas que d’autres l’embêtent ou la fassent pleurer car il n’y a que lui qui a le droit. Il l’empêche de parler à d’autres garçons. Et surtout ce qui m’a le plus choqué ce sont les planches où ils s’embrassent… Himari, même quand elle est a l’origine du geste, a toujours sur le visage, l’expression d’une personne forcée. A quel moment ce genre de comportement et de réaction peut-être montrée comme normale et romantique à des adolescentes ?

Je suis d’autant plus sidérée que je me dis que quelques années plus tôt je ne m’en serai pas rendue compte mais qu’aujourd’hui ça me saute immédiatement aux yeux ! Je suis d’autant plus déçue que je m’attendais à beaucoup aimé en voyant les notes du manga sur internet (une moyenne de presque 17/20) mais je semble être la seule à relever ces points. Si vous l’avez lu, pitié, dites-moi que je ne suis pas la seule !

Enfin, si vous souhaitez une histoire sur les relations demi-frère/demi-soeur, je vous conseille Marmalade Boy qui les traite bien mieux; et pour une romance avec des personnages ayant peur ou détestant le sexe opposé à la base, je vous propose H3 School, où la romance est réellement mignonne.

Déception·Manga·Shojo

GDGD Dogs 3, Ema Toyama

Gdgd Dogs 3Titre : GDGD Dogs 3
Auteur : Ema Toyama
Edition : Pika
Pages : 180
Prix : 6,95€
Résumé : « Le magazine qui publie Un Amour de Bouddha a changé de rédacteur en chef, et la série de Kanna est menacée d’arrêt définitif ! Les fidèles Dogs mettent un plan en œuvre pour sauver le manga de leur maître. Mais ils perdent leur décontraction légendaire à l’annonce d’une terrible nouvelle : le proviseur a décidé de fermer le cursus mangaka ! Kanna et les beaux gosses parviendront-ils enfin à unir leurs forces pour éviter cette catastrophe ? »
Mon avis : 
 
Ce livre étant un service presse reçu dans le cadre de mon poste de chroniqueuse chez Songe d’une nuit d’été, vous pouvez retrouver ma chronique sur le site, ici !

EOLEHey ! Moi c’est Eole ! Ici je partage un peu toutes mes passions : la lecture, la musique, un peu d’expériences personnelles et quelques astuces ! Pour ce qui est de la littérature, je chronique aussi pour le site Songe d’une nuit d’été !
Déception·Manga·Shojo

GDGD Dogs 2, Ema Toyama

Gdgd Dogs 3Titre : GDGD Dogs 2
Auteur : Ema Toyama
Edition : Pika
Pages : 176
Prix : 6,95€
Résumé : « Kanna, la talentueuse mangaka, comprend vite qu’elle peut compter sur la bienveillance et l’admiration de ses toutous fidèles et dévoués. Mais cela ne satisfait pas son ego. Elle veut des fans, des vrais ! Seront-ils au rendez-vous au comiket et à la séance de dédicaces prévue pour “Un amour de bouddha” ? »
Mon avis : 
 
Ce livre étant un service de presse reçu dans le cadre de mon poste de chroniqueuse chez Songe d’une nuit d’été, vous pouvez retrouver ma chronique sur le site, ici !

EOLEHey ! Moi c’est Eole ! Ici je partage un peu toutes mes passions : la lecture, la musique, un peu d’expériences personnelles et quelques astuces ! Pour ce qui est de la littérature, je chronique aussi pour le site Songe d’une nuit d’été !
Déception·Manga·Shojo

GDGD Dogs 1, Ema Toyama

GDGD Dogs 1Titre : GDGD Dogs 1
Auteur : Ema Toyama
Edition : Pika
Pages : 178
Prix : 6,95€
Résumé : « Kanna Tezuka, une lycéenne introvertie, a un secret : elle est l’auteur d’un shôjo prépublié dans un magazine. Et lorsqu’un cursus dédié au manga ouvre dans son lycée, elle y voit l’occasion rêvée pour travailler en douce sur ses planches ! Or, dès le premier cours, trois beaux gosses, parfaitement sous-doués en dessin, la collent sans vergogne pour glaner conseils et astuces… La talentueuse otaku arrivera-t-elle à composer avec ce trio de toutous ? »
Mon avis : 
 
Ce livre étant un service presse reçu dans le cadre de mon poste de chroniqueuse chez Songe d’une nuit d’été, vous pouvez retrouver ma chronique sur le site, ici !

EOLEHey ! Moi c’est Eole ! Ici je partage un peu toutes mes passions : la lecture, la musique, un peu d’expériences personnelles et quelques astuces ! Pour ce qui est de la littérature, je chronique aussi pour le site Songe d’une nuit d’été !