Bilan

Bilan lecture de Décembre !

Le mois de décembre aura été un mois chargé entre le stage, les cours en ligne et toutes les jolies lectures que j’ai pu faire. J’en suis plus que ravie !

 

  • Lettre à mon ravisseur, de Lucy Christopher
  • Inséparables, de Sarah Crossan
  • La lune est à nous, de Cindy van Wilder
  • Homère Illiade, d’Alessandro Baricco
  • A good girl, d’Amanda K. Morgan
  • Anthologie Batman (BD)
  • La montagne de livres, de Rocio Bonilla (album)
  • Lili Goth 1 : La souris fantôme, de Chris Riddell
  • Lili Goth 2 : Une fête d’enfer, de Chris Riddell
  • Lili Goth 3 : Les Hauts de Hurlefrousse, de Chris Riddel
  • Les pages de notre amour, de Nicholas Sparks
  • What light, de Jay Asher
  • Chaussette, de Loïc Clément (album)
  • Le Sablier (intégrale, 10 tomes), de Hinako Ashihara (manga)
  • La fille qui lisait dans le métro, de Christine Férêt-Fleury
  • Nimona, de Noëlle Stevenson (BD)
  • Nos âmes plurielles, de Samantha Bailly
  • Wonder, de R.J. Palacio
  • Frog Music, d’Emma Donoghue
  • Anthologie Wonder Woman (BD)
  • Super sourde, de Cece Bell (BD)
  • Que ceux qui ne peuvent pas mourir lèvent la main, d’Elora Martin (ebook)
  • La fourmi rouge, d’Emilie Chazrand
  • Nimona, de Noelle Stevenson (BD)
  • Les filles en chocolat 6.5 : Coeur piment, de Cathy  Cassidy

 

#Tops

Contemporain·Coup de coeur·Drame·Thriller

Lettre à mon ravisseur, Lucy Christopher

Titre : Lettre à mon ravisseur

Auteur : Lucy Christopher

Edition : Gallimard (Scripto)

Pages : 352

Prix : 13,50€

Résumé : Ça s’est passé comme ça.
J’ai été volée dans un aéroport.
Enlevée à tout ce que je connaissais, tout ce qui était ma vie.
Parachutée dans le sable et la chaleur.
Tu me voulais pour longtemps.
Et tu voulais que je t’aime.

Ceci est mon histoire.
Une histoire de survie.
Une lettre de nulle part

 

Mon avis :

Ce livre est sur ma liseuse depuis des mois, je l’ai vu passer et repasser sur les vidéos anglaises et enfin je l’ai lu en le trouvant dans la médiathèque où je travaille : je me suis dit que c’était un signe et qu’il était temps que je le sorte de ma PAL !

Dès les premières pages j’ai été happée par la narration qui se fait à la deuxième personne du singulier. Car ce livre, c’est une longue lettre (sans chapitres) adressée à un homme. L’homme qui a enlevé Gemma, une adolescente de seize ans, pour la séquestrer au beau milieu du désert australien. Au fur et à mesure du livre, on apprend pourquoi il l’a fait, comment il a entretenu sur Gemma une fixette de plus de six années, comment il avait soigneusement tout planifié et comment il considère qu’il l’a « sauvée ».

Avec Gemma, on vit au coeur de la chaleur écrasante du désert. On revient aux sources avec une demeure entièrement autonome en eau, en nourriture, en moyen de transport. Loin de toute connexion, on se rend compte, comme Gemma, de la beauté de la nature à l’état brut, et comme elle, on a du mal à se réadapter à la vie réelle et citadine ensuite.

Cette histoire, c’est aussi celle d’un syndrome de Stockholm vu par les yeux de la victime. Car oui, comment ne pas détester son ravisseur quand on apprend à le comprendre ? C’est toute la question qui se pose ici et que je trouve très intéressante.

En lisant ce roman, j’ai été prise aux tripes : par le paysage, par le personnage de Ty et son histoire personnelle, par les sentiments de Gemma, par son envie de s’échapper à tout prix, mais aussi par l’étouffement du retour à la ville. Ce livre fait voyager, réellement, c’est un beau coup de poing.

Contemporain·New Romance·Romance

Marked Men 6 : Asa, Jay Crownover

Titre : Asa

Auteur : Jay Crownover

Edition : Hugo Roman

Pages : 440

Prix : 17€

Résumé : Arrivé à Denver récemment pour rejoindre sa soeur, Ayden, et son groupe d’amis, Asa Cross se bat entre l’homme que tout le monde pense qu’il est et celui qu’il veut devenir. Il a toujours été un prédateur. Mais aujourd’hui il ne veut plus blesser ceux qui l’entourent, particulièrement quand une policière pulpeuse semble intéressée par celui qui brise les règles.

Royal Hastings est rapidement confrontée à une situation tragique, qui met en danger non seulement sa carrière mais aussi celle de son binôme. Ne s’étant jamais fait de véritable amis, elle tentera de s’en sortir seule. Sauf qu’elle ne peut s’empêcher de penser au barman super sexy qu’elle a arrêté.

Avoir un crush pour Asa est la dernière chose dont Royal a besoin, mais l’attirance est bien trop forte pour y résister. Pourtant elle sait que courir après un homme qui n’a aucun respect pour la loi ne peut se terminer que dans la douleur. Un criminel et une policière, cela peut sembler mal, mais pour Asa et Royal, être ensemble est le bon choix à faire.

Mon avis :

Ca y est, avec ce volume je dis adieu aux Marked Men (même si apparemment, une série spin-off est prévue et commencera avec un volume sur la soeur de Rowdy) en lisant l’histoire d’Asa et Royal.

Asa, c’est le frère, ex-délinquant, d’Ayden (la chérie de Jet, du tome 2); Royal c’est la jolie voisine flic de Nash, nouvelle meilleure amie de Saint. Une flic et un délinquant ? Forcément ça va faire des étincelles mais à plus d’un niveau !

Au début du roman, Royal est dévastée par son rôle dans l’accident de son meilleur ami de toujours, Dom. Elle se noie dans l’alcool et les tentatives ratées de séduire Asa pour qu’il lui change les idées. Asa lui, n’arrive pas à se convaincre qu’aujourd’hui, il est quelqu’un de bien. Il est hanté par ses méfaits passés et refuse de s’accorder le bonheur qu’il mérite. A eux deux, ils vont se relever mutuellement…mais c’était sans compter les secrets de famille qui semblent faits pour les séparer.

Je dois avouer que même si j’ai beaucoup apprécié ma lecture et que le tout se lit très vite, ça demeure le tome que j’ai le moins apprécié. Je n’arrivais tout simplement pas à compatir à leurs malheurs car j’avais juste envie de les secouer et de leur mettre des claques pour toutes les décisions stupides qu’ils prenaient. C’était vraiment du « je ne veux pas te rendre malheureux/se alors je te quitte » sauf qu’en faisant ça ils étaient encore plus malheureux tous les deux…

Ca me fait tout de même un petit serrement au coeur de dire au revoir à cette famille cabossée mais si solide que forment les hommes du Marken Men, mais on les laisse tous heureux et pleins de promesses pour l’avenir (même si c’est limite trop flagrant comme happy end pour être vrai).

Aventure·Coup de coeur·Fantasy·Light Novel

DanMachi 5, Fujino Omori

Titre : DanMachi 5

Auteur : Fujino Omori

Edition : Ofelbe

Pages : 335

Prix : 13,99€

Résumé : Bienvenue à Orario, la Cité-Labyrinthe où cohabitent dieux et humains. Sous cette ville, les aventuriers, bénis des dieux, partent en quête de gloire et de fortune dans le Donjon ; un dédale mystérieux infesté de monstres.
C’est là que nous rencontrons Bell Cranel, un jeune provincial de 14 ans, qui malgré son manque d’expérience part à la conquête du Donjon sous la protection d’Hestia, une déesse impopulaire. Le hasard faisant mal les choses, il tombe sur un terrible Minotaure. Il est alors sauvé par Aiz Wallenstein, une belle épéiste, dont il tombe immédiatement amoureux. Galvanisé par ce nouveau sentiment, il repart à l’assaut du mystérieux labyrinthe.
Était-ce une erreur de vouloir suivre les pas de cette fille ? Le chemin qui mènera notre jeune héros vers son âme sœur risque en tout cas d’être semé d’embûches…

Mon avis :

DanMachi est surement une de mes séries préférées de chez Ofelbe. Je la trouve toujours drôle, pleine d’action et son format court et parfait pour ne pas s’ennuyer et se rappeler des éléments majeurs d’un tome à l’autre.

Dans celui-ci, on plonge littéralement au coeur du Donjon pendant une bonne partie du livre ! Si vous souhaitez connaître ses mystères et en apprendre plus sur l’univers, les liens avec les Dieux, etc : foncez ! C’est pour moi, de loin, le meilleur volume de la série jusqu’à présent. Je me demande ce que donnera la suite, d’autant qu’à partir du tome 6, on sera dans de l’inédit absolu puisque la série animé n’y est pas encore parvenu.

Bell continue de nous surprendre par son courage et sa bonté sans fin. Il fait toujours tout pour aider ses amis et sa déesse dont il est si proche. De plus à la fin, une énorme révélation nous est faite concernant ce jeune homme et c’est passionnant !

Mais le vrai héros de ce volume c’est le Donjon ! Fourbe, il se révèle doté d’une vraie personnalité et capable de réagir en temps réel si quelque chose ne se passe pas comme il le désire. Ca fait presque peur !

Outre le Donjon un nouveau personnage entre en jeu : Hermès ! Mystérieux il semble jouer double jeu avec Bell et Hestia, mais aussi avec Freyja, la belle déesse qui s’est entichée de notre héros.

La série ne fait que monter en puissance et je me demande ce que ça donnera par la suite !

Conte·Drame·Fantastique·Jeunesse·Réécriture·Romance

L’Histoire de la Bête, Serena Valentino

Titre : L’Histoire de la Bête

Auteur : Serena Valentino

Edition : Hachette

Pages : 192

Prix : 13,90€

Résumé : C’est une histoire vieille comme le monde : celle d’un prince cruel transformé en Bête. Et celle d’une belle jeune fille qui surgit dans sa vie. Le monstre est métamorphosé par la compassion de la jeune fille et l’amour qu’il ressent pour elle. Puis ils se marient et ont beaucoup d’enfants.

Mais comme pour chaque histoire, il y a plusieurs versions. Qu’importe ce que l’on a pu dire ou écrire, une seule question demeure : qu’est-ce qui a changé le prince en la Bête que l’on connaît ? Voici l’une de ces histoires. Une histoire de bêtes, et, bien sûr, de belles.

 

Mon avis :

Après avoir beaucoup aimé le livre sur la Méchante Reine de Blanche-Neige, j’étais très intriguée de l’histoire de la Bête, qui fait partie de mon dessin animé préféré.

Serena Valentino nous raconte ici comment la Bête est devenue la Bête et lève quelques mystères du dessin animé (comment le village ne connaissait pas le château et la Bête qui l’habitait ?). La Bête c’était avant tout un adolescent riche et égoïste qui trompa une jeune magicienne que les soeurs maléfiques, aperçues dans Miroir Miroir, vengèrent. Condamné à devenir un bête, la transformation n’est pas immédiate. En quelques mois, le jeune prince s’isole, il a des hallucinations, et se retrouve finalement prisonnier de son apparence et de son esprit puisque ses serviteurs ont disparu et que des monstres semblent le poursuivre dans le château.

J’ai particulièrement apprécié le personnage de Gaston, insupportable dans le dessin animé, qui est repris et approfondi dans ce livre. Ce n’est plus juste le beau gosse débile et costaud, c’est un homme apeuré et amnésique.

C’est une réécriture assez sombre, Serena Valentino n’hésite pas à montrer toute la violence de la Bête, car la Bête, c’est aussi un animal. Et un animal qui a tout perdu peut être violent. Le contenu du Disney, avec l’arrivée de la Belle et le début de leur histoire d’amour est laissé de côté pour vraiment se concentrer sur ce qu’il se passe avant et c’est un très bon complément au dessin animé.