Fantastique·Historique·Mythologie

L’oeil de Chaac, Emma Lanero

loeil-de-chaacTitreL’oeil de Chaac

AuteurEmma Lanero

EditionGulf Stream

Pages331

Prix17€

Résumé« Fin du IXe siècle. Une sphère mystérieuse envoyée par Chaac, le dieu de la Pluie, déclenche des cataclysmes qui mettent fin à la civilisation maya et à ses sacrifices sanguinaires. 2005. Keith, un délinquant irlandais exilé au Venezuela, part à la recherche de cette sphère avant qu’elle ne tombe entre de mauvaises mains : celles de Gabriel Keane, un collectionneur véreux et narcissique, susceptible de déclencher une nouvelle fois la puissance destructrice de Chaac. Guidé par un ancien chamane, Keith voyage jusqu’au Guatemala en compagnie de l’intuitive et énigmatique Kaya, dans une quête initiatique dont les enjeux le dépassent. Une quête qui lui ouvre peu à peu les yeux sur les forces mystiques régissant la Nature. »

Mon avis : 

Il me faisait de l’oeil depuis un moment, ne serait-ce que par son sujet que je ne vois que trop peu en littérature, et j’ai enfin eu la chance de le lire !

Je n’ai pas été déçue. L’auteur nous fait naviguer entre passé et présent, entre La Nouvelle-Orléans, le Guatemala et le Vénézuela. Si au début j’ai été un peu perdue, j’ai bien vite trouvé mes marques et heureusement car le roman fait moins de 300 pages ! On assiste pendant les premières pages, à la fin de la civilisation maya au IXe siècle suite au contact du sang sur une pierre mystérieusement tombée du ciel. En 2005, ce sont trois nouveaux personnages qui tentent d’éviter que cela se reproduise, malgré Gabriel, un étudiant fasciné par la collection d’objets maya.

Le livre, comme tous les Electrogène, nous laisse en prise avec une tension constante. Dès que l’on pense que nos héros ont une chance, un malheur arrive et nous empêche d’accéder au soulagement. J’ai particulièrement apprécié la fin qui lie l’histoire à l’Histoire avec un grand H. Je n’avais pas fait le lien au début et j’ai trouvé cela très bien amené.

Les personnages de Xingu, Kaya et Keith m’ont particulièrement touchée. Ils ont chacun leurs fêlures et j’ai apprécié l’intégration d’un personnage principal LGBT, c’est assez rare que ce type de personnage soit intégré à autre chose qu’une romance. Je regrette tout de même de ne pas en savoir plus sur le passé de Keith, sur les raisons de son exil d’Irelande. De même, tout ce qui concerne l’univers et le passé chamanique de Kaya et Xingu n’est à mon sens pas assez développé, quelques pages en plus auraient pu être les bienvenues.

Bref, un super roman, court mais intense, qui fait voyager et réfléchir, un beau 17/20 !