Bien-être·Contemporain·Drame·Romance

Des étoiles dans la mer, Natasha Boyd

TitreDes étoiles dans la mer

AuteurNathasha Boyd

EditionMxM Bookmark

Pages354

Prix5,99€ (ebook)

RésuméLivvy a pris la fuite. Elle s’est échappée là où personne ne pourra jamais la retrouver.
Mais dans le cottage isolé où elle se réfugie, il y a déjà Tom, un mystérieux inconnu, qui est là pour des raisons personnelles.
Dans l’intimité de ce cottage abandonné, au cœur de la nature sauvage de l’île, leur connexion immédiate est impossible à ignorer. Mais alors qu’ils fuient leur histoire et refoulent leurs secrets, le passé les rattrape et bouleverse leurs vies de façon inimaginable.
Malgré leurs sentiments profonds et leur alchimie puissante, ils devront se battre contre un enchevêtrement de mensonges et surmonter les blessures de leur passé. La vérité, en émergeant, fera peut-être plus de mal que de bien.

 

Mon avis : 

La couverture m’a directement attirée sur le site de Netgalley, je remercie donc l’éditeur de m’avoir permis de lire ce roman.

On suit alternativement les points de vue d’Olivia, une jeune fille en fuite et en proie aux crises de panique; et Tom, qui semble être le gardien de la vieille maison de la grand-mère d’Olivia. Une cohabitation s’engage entre eux et on apprend rapidement qu’Olivia  fuit sa famille. Il y a quelques années, sa soeur ainée, Abby, est décédée dans un accident de voiture après s’être enfuie.

Dès le début, on sent qu’Olivia cache un lourd secret qui a trait aux violences physiques et sexuelles. Elle subit de nombreuses crises de panique liées à sa soeur et a un rapport très décomplexé à la sexualité qu’elle utilise comme un moyen d’arriver à ses fins. Si Olivia ne reconnait pas Tom, celui-ci sait qui elle est, il connaissait sa soeur et se met en tête de la protéger mieux qu’il ne l’a fait avec l’ainée.

J’ai eu beaucoup de mal à m’attacher à Olivia, c’est un personnage tellement sombre et torturé, qui ne cesse de faire de mauvais choix… Je me doutais fortement de son passé mais ça ne m’a pas empêchée de ne pas compatir, sauf à la fin lorsqu’elle raconte réellement ce qu’elle a subi. Alors j’ai compris l’ampleur de son traumatisme, redoublé par la mort de sa soeur.

Ce roman, c’est une histoire d’amour mais c’est surtout l’histoire d’un traumatisme, d’enfants attouchés, de décès dont on ne se remet pas. C’est loin d’être rose, mais c’est touchant et profond, aussi profond que la mer qui borde l’île où se sont réfugiés nos personnages. La plume de l’auteur est addictive et on ne lache pas le livre avant la fin. Attention toutefois aux âmes sensibles.

Historique·Drame·Jeunesse·Mythologie·Polar·Religion

Le complot du trident, Tristan Köegel

TitreLe complot du trident

AuteurTristan Köegel

EditionDidier Jeunesse

Pages192

Prix14,20€

RésuméDans le port d’Ostie, le trafic maritime est bloqué par un navire inconnu.
Publius et son neveu Lucius enquêtent. Ils ne vont découvrir à son bord que des cadavres, morts de la peste. À leur cou, un pendentif en forme de trident. Rome est menacée et la peste n’est que le premier fléau infligé à la ville et à ses habitants. Une enquête haletante débute pour le duo…

 

Mon avis : 

Si vous cherchez un bon roman jeunesse, historique et captivant, vous avez trouvé !

On y suit Lucius dont l’oncle, grand enquêteur de l’empereur récemment décédé, est enfermé et en attente d’être jugé pour meurtre de l’empereur. Par la suite, il y a plusieurs retours en arrière pour nous expliquer le pourquoi du comment. Le tout commence quand un navire se retrouve bloqué dans le port d’Ostie et que Publius, l’oncle, est envoyé pour enquêter. Il y découvre des victimes de la peste, tous de nationalités différentes, dites « barbares », mais portant un étrange collier avec un trident. Par la suite, ce signe se retrouve dans d’autres troubles à Rome, le doute n’est plus permis : un complot est en cours. Comment Publius en est-il arrivé à se faire arrêter ? Qui est réellement Flavia ? Que veulent les comploteurs ? Qui sont-ils ?

L’intrigue est complexe mais si bien écrite que tout se délie et on ne devine pas qui est le meurtrier avant la fin. Le rôle de Flavia se devine rapidement mais personnellement je ne voyais pas comment elle pourrait s’en sortir. Lucius est un personnage très intéressant car il est humain, dans le sens où il n’a pas une loyauté aveugle, il attend des preuves pour vraiment se faire son propre avis.

C’est un très bon polar pour la jeunesse car l’écriture est fluide, rien n’est trop trash et le tout s’inscrit dans un contexte historique intéressant et très bien mené. La fin est peut-être un peu trop tirée par les cheveux, mais globalement j’ai passé un très bon moment avec ce livre et je le recommande.

Adaptation·Drame·Historique·Seconde guerre mondiale·Témoignage

La femme du gardien de zoo, Diane Ackerman

TitreLa femme du gardien de zoo

AuteurDiane Ackerman

EditionL’Archipel

Pages350

Prix22€

RésuméJan et Antonina Zabinski dirigent le zoo de Varsovie quand éclate la Seconde Guerre mondiale. La Pologne est envahie et bientôt règne la barbarie.
Les animaux ont été tués sous les bombardements, envoyés à Berlin ou ont servi de gibier aux officiers allemands.
Jan et Antonina se mettent alors à élever des porcs – officiellement pour les troupes, officieusement pour nourrir les habitants du ghetto. Surtout, ils profitent d’un réseau de souterrains reliant les cages pour y cacher des juifs et les faire quitter le pays… Grâce au courage de ce couple, trois cents d’entre eux seront  sauvés.
Inspiré du journal intime d’Antonina Zabinski, ce récit retrace le combat d’un couple  soucieux de la cause animale qui s’engage dans une lutte secrète contre l’oppression nazie. Un très beau portrait de femme, où l’abnégation et la générosité côtoient la cruauté et l’horreur.

 

Mon avis : 

J’ai eu connaissance de ce livre par mon cours d’anglais car je devais faire un exposé sur le film qui en est l’adaptation.

Ce roman raconte la vie d’Antonina et Jan Zabinski, un couple polonais qui a été reconnu Justes parmi les Nations dans les années 50 pour avoir caché des Juifs dans leur zoo pendant l’Occupation allemande, permettant ainsi d’en sauver environ 300.

Diane Ackerman a basé son roman sur les témoignages d’Antonina et Jan, des autobiographies de leurs enfants, etc. Le tout est donc très appuyé historiquement…parfois trop aux dépens de la narration. Des chapitres entiers sont consacrés aux animaux et à leur vie car Antonina en était passionnée et que cela prenait une grande place dans sa vie et donc dans son journal. De ce fait, certains chapitres semblent longs et inutiles, pas forcément intéressants. Pourtant, ils permettent de mieux s’immerger dans l’histoire, de s’attacher à eux comme Antonina l’est.

Avec ce livre, ce n’est pas l’action qui est exaltée, ce sont les petits gestes du quotidien qui sont tout aussi importants que les grandes actions. Même si Antonina ne fait pas « grand chose » dans cette guerre, c’est vraiment elle l’héroïne du roman. C’est le ciment de cette aventure dans le sens où elle s’efforce tous les jours de ne rien montrer de ses manigances aux Allemands, de ne pas montrer sa détresse aux Juifs, de ne pas inquiéter son fils,…

Finalement, même si tout le long de ma lecture, j’ai eu l’impression de ne pas lire un truc fantastique, une fois refermé je sais qu’il me restera longtemps en tête. 

Aventure·Fantastique·Fantasy·Light Novel·Mythologie·Religion

Spice & Wolf 5, Isuna Hasekura

TitreSpice & Wolf 5

AuteurIsuna Hasekura

EditionOfelbe

Pages504

Prix20,90€

RésuméDéesse de la moisson, Holo est une louve qui peut prendre l’apparence d’une attirante jeune fille. Délaissée par les paysans de son village pour qui les vieilles légendes ne servent plis qu’à effrayer les enfants, Holo décide de rejoindre son village natal dans les terres du Nord à bord de la carriole d’un marchand itinérant, l’énigmatique Lawrence Kraft.
Tandis qu’ils découvrent de nouveaux horizons en troquant leurs cargaisons de ville en ville, le duo va apprendre à se connaître et rapidement devenir très complice. Mais méfiance : les faux-semblants, les arnaques et les dangers bordent leur chemin… Le talent divin de Holo pour comprendre la nature humaine sera bien utile pour éviter les mauvais pas et les deal douteux !
Etes-vous prêts à suivre cette charmante déesse dans un voyage initiatique parsemé de plaisirs simples, de rencontres, mais aussi de dangers ?

 

Mon avis : 

Le tome précédent nous avait laissé en plein milieu d’une situation compliquée pour nos héros. Lawrence était piégé entre plusieurs allégeances : à sa coopérative marchande et à Eve Bolan, la renarde. Fort heureusement, contrairement aux autres tomes, l’éditeur a rajouté ici un résumé du tome 4 et donc de l’intrigue. Quel soulagement d’avoir un résumé, l’intrigue devenait de plus en plus complexe et il m’était personnellement impossible de me souvenir de toutes les implications économiques du piège tendu à Lawrence.

Dans la première partie du roman, nous avons la fin de notre intrigue. Le tout est assez complexe et je vous conseille de vous accrocher pour bien comprendre tous les enjeux économiques et ne pas passer à côté de l’action. Ce que je déplore, c’est l’absence d’avancée (ou du moins je ne l’ai pas vue) dans la relation entre Holo et Lawrence. J’ai l’impression de commencer à tourner en rond dans le sens où le schéma narratif se répète : ils se dirigent vers Yoitsu, ils s’arrêtent dans une ville pour se renseigner sur des légendes païennes, ils se font embarquer dans des galères économiques, s’en sortent de justesse puis repartent pour Yoitsu avant que le tout ne se répète…

Dans la seconde partie, c’est donc un peu se schéma qui se répète si ce n’est qu’on en apprend un peu plus sur l’Ours qui a chassé Holo de Yoitsu il y a des siècles. C’est ce qui me manquait un peu. J’ai envie de retrouver un peu plus de développement sur ce sujet et une avancée significative dans la relation entre Lawrence et Holo, que le côté économique prenne un peu moins de place…

Ce cinquième volume reste agréable à lire, mais je me traine un peu tout de même, j’espère un peu d’amélioration pour la suite !

Contemporain·Erotique·New Romance·Romance

Marked Men 5 : Rowdy, Jay Crownover

Titre Rowdy

AuteurJay Crownover

EditionHugo Roman

Pages440

Prix17€

RésuméAprès que la seule fille qu’il n’ait jamais aimé lui dit qu’il ne serait jamais assez bien, Rowdy St.James quitte le Texas. Depuis il souhaite juste profiter de la vie avec ses amis et refuse de prendre quelque chose au sérieux, surtout quand il s’agit des filles. Brûlé par l’amour il n’est pas prêt à donner sa confiance une nouvelle fois.
Mais ça, c’était avant qu’un fantôme du passé ne resurgisse.
Salem Cruz a grandi dans une maison où il y avait trop de règles et pas assez de joie. De son enfance, elle n’a qu’un seul bon souvenir, celui d’un gentil petit garçon aux yeux bleus qui habitait près de chez elle et qui était amoureux de sa petite soeur. Aujourd’hui, alors que le destin et un vieil ami les ont réunis, Salem est déterminée à montrer à Rowdy « qu’il était une fois, il avait choisi la mauvaise soeur ». Tout fonctionnait parfaitement jusqu’à ce que la personne qui les liait par le passé refasse surfance, menaçant de les séparer pour de bon.

 

Mon avis : 

Doucement et surement, je suis arrivée au Marked Men qui m’intriguait le plus : Rowdy et son style rockabilly !

Avec l’arrivée de Salem à la fin du tome précédent, je me doutais que ça n’allait pas être rose pour notre boute-en-train. Rowdy, qu’on avait jusque là toujours vu comme le joyeux luron de la bande, se révèle être pleins de faiblesses et de rancœur contenue depuis trop longtemps. Quand Salem revient, c’est tout le passé de Rowdy qui lui revient, et notamment le fait qu’il était amoureux de la soeur de Salem et qu’elle lui a brisé le coeur. Ca crée un précédent entre nos futurs tourtereaux.

Rowdy c’est l’homme qui accepte son passé mais ne veut pas en parler, il s’est construit malgré ça, malgré les douleurs. Il a perdu sa mère jeune et a été élevé à côté d’une famille très catholique. Se moulant dans le rôle d’enfant sage pour plaire à la petite soeur, il n’était lui-même qu’avec la grande. Quand Salem revient dans sa vie après en être partie précipitamment à dix-huit ans, c’est tout son passé qui lui revient au visage.

Quant à Salem, elle a fuit la présence tyrannique et oppressante de son père et s’est construite, malgré les difficultés. Elle a du affronter la pauvreté, faire du strip tease, se former elle-même,… C’est une femme de caractère, qui décide de sa vie et de son avenir, envers et contre tous, surtout contre sa famille.

Cette histoire, outre la romance, aborde le sujet difficile de la violence conjugale et de l’oppression parentale d’une manière très dure mais en même temps juste. La victime ici, ne l’est pas seulement face à son compagnon, mais également à sa famille qui conçoit le tout comme une punition pour une faute finalement inexistante, au point que même la victime s’en convint. On voit là toute la manipulation mentale que peut engendrer la violence conjugale et c’est vraiment prenant.

Cet avant dernier tome fut une très bonne lecture, comme les autres je le recommande !

Bilan·Sans catégorie

Bilan Lecture de Septembre !

Avec la reprise des cours, ce mois de lecture a été bien moins bon que celui d’août, mais j’ai tout de même eu de bonnes lectures, particulièrement avec les livres reçus via Netgalley qui ont été de belles surprises !

 

  • Les Highlanders 1 : La malédiction de l’elfe noir, de Karen Marie Moning
  • Marked Men 5 : Rowdy, de Jay Crownover (ebook)
  • Mes hauts, mes bas et mes coups de coeur en série, de Becky Albertalli (ebook)
  • Spice & Wolf 5, d’Isuna Hasekura
  • Le complot du trident, de Tristan Köegel (ebook)

 

#Tops

 

#Mouais